Breaking News

Cuba. Santé : Un vaccin breveté cause la mort de nourrissons

23 Oct 2019 Joelle Fara
399 fois

République Dominicaine. Mercredi 23 octobre 2019. CCN/On Cuba News. La nouvelle de la mort à Cuba de Paloma Domínguez Caballero, âgée d'un an, dans la nuit du 9 octobre après avoir reçu le vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole) s'est répandue sur les médias sociaux au cours des dernières heures et agite la toile quant à la légitimité de ce nouveau vaccin.

Le 9 octobre à 22h00 Paloma Domínguez Caballero est décédée. Elle avait eu un an le 2 octobre. Ses parents, Yaima Caballero Peralta et Osmany Domínguez, demandent des explications sur ce qui est arrivé à leur fille. Les autorités cubaines, 72 heures après le décès, ont expliqué par une note du ministère de la Santé publique (MINSAP) qu'une commission “ étudie les causes de cet événement malheureux. Le ministère de la Santé publique, pour sa part, admet que quatre autres enfants souffriraient des effets après avoir reçu le même vaccin à la polyclinique Betancourt Neninger à Alamar, dans la municipalité de Habana del Este.

Parmi eux "l'un est en soins intensifs, l’autre est stable, et les deux autres évoluent favorablement."

Les parents de la petite fille, résidant à Alamar, l'ont emmenée à la Polyclinique pédagogique Enening Betancourt Neninger le 7 octobre pour recevoir le vaccin correspondant contre les oreillons, la rubéole et la rougeole, qui est appliqué aux enfants cubains dès leur première année de vie. , selon le programme de vaccination à Cuba.

Cette procédure a été correctement effectuée par les professionnels de la santé du centre médical.

Deux heures plus tard, les incidents et les premiers effets indésirables ont commencé. «Nous sommes d'abord allés à la même polyclinique parce que nous pensions seulement qu'il fallait lui donner quelque chose pour les vomissements et que nous rentrerions à la maison. Avant de la prendre, nous avons attendu qu'elle vomisse plus d'une fois, car ils m'avaient dit que cela pouvait arriver. J'ai seulement attendu une heure avant de l'emmener chez le médecin.

L’état de la fillette empire et 48 heures plus tard elle décède. Des explications et des plaintes ont été émises bien que l’hôpital et la théorie de la négligence médicale ne soit pas avérée. Une enquête est ouverte et les familles ont été prises en charge par les services de l’hôpital. Les composants du dit vaccin et son administration serait-ils à bannir  ou serait-ce le système immunitaire des patients et les réactions au cas par cas qui justifieraient de telles dérives?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires