Breaking News

Cuba. Des efforts pour assurer une meilleure alimentation

31 Mar 2016
2518 fois
Agriculteur cubain Agriculteur cubain

La Havane. Jeudi 31 mars 2016. CCN/CC. Face au défi de produire plus d'aliments dans un climat qui évolue, des agriculteurs cubains recherchent d'autres solutions comme la plantation de cultures résistantes à la sécheresse et le creusage d'étangs pour garantir l'approvisionnement en eau.

L'objectif des exploitants agricoles est de garantir la production d'aliments pendant les périodes de sécheresse, de fortes pluies ou suite aux ouragans.

Rafael González, un petit fermier de la Coopérative de Crédit et de Services « Ignacio Pérez Rivas » a confirmé à IPS que « lorsque la sécheresse arrive, il fallait des légumes et des fruits qui s'adaptent aux conditions sèches, mais si une tempête frappait, nous devions disposer d'autres variétés résistantes à ce type d'évènements ».

A l'approche de la saison des ouragans de juin à novembre, González, originaire de la municipalité de Manicaragua, dans les montagnes de l'Escambray, recommande ainsi « d'avoir des arbres fruitiers comme le tamarinier et le goyavier, des vergers avec différentes tailles de plantains et de bananes, ainsi que des légumes comme la patate douce, la courge, les ignames et le malanga (relatif à la racine de taro), qui résistent au vent et à la pluie ».

Dans cette région de la province de Villa Clara, à 270 km de La Havane, « nous avons des cultures comme la goyave, l'avocat et l'orange, qui s'adaptent aux conditions de sécheresse », a indiqué González, véritable défenseur local de la biodiversité. C'est une des principales stratégies suivies par plus de 120 agriculteurs de cette coopérative : le « retour aux cultures traditionnellement produites dans la région ».

Rafael González, un petit fermier de la Coopérative de Crédit et de Services « Ignacio Pérez Rivas » a confirmé à IPS que « lorsque la sécheresse arrive, il fallait des légumes et des fruits qui s'adaptent aux conditions sèches, mais si une tempête frappait, nous devions disposer d'autres variétés résistantes à ce type d'évènements ».

A l'approche de la saison des ouragans de juin à novembre, González, originaire de la municipalité de Manicaragua, dans les montagnes de l'Escambray, recommande ainsi « d'avoir des arbres fruitiers comme le tamarinier et le goyavier, des vergers avec différentes tailles de plantains et de bananes, ainsi que des légumes comme la patate douce, la courge, les ignames et le malanga (relatif à la racine de taro), qui résistent au vent et à la pluie ».

Dans cette région de la province de Villa Clara, à 270 km de La Havane, « nous avons des cultures comme la goyave, l'avocat et l'orange, qui s'adaptent aux conditions de sécheresse », a indiqué González, véritable défenseur local de la biodiversité. C'est une des principales stratégies suivies par plus de 120 agriculteurs de cette coopérative : le « retour aux cultures traditionnellement produites dans la région ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires