×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1778
Imprimer cette page

Guadeloupe. présidentielles françaises : Rama Yade à la pêche aux parrainages

11 Nov 2016
3127 fois
Rama Yade est reçu à l'Hôtel de Ville par Jacques Bangou. Rama Yade est reçu à l'Hôtel de Ville par Jacques Bangou. Flora Ferdinand

Pointe-à-Pitre. Vendredi 11 Novembre 2016. CCN. Rama Yade, ancienne secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères est en visite chez nous  dans le cadre de sa campagne. En effet, l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy s’est déclarée candidate à l’élection présidentielle française  de 2017 il y a déjà près de six mois. Pour tenter d’obtenir les 500 parrainages nécessaires et prétendre à la course à l’Elysée, elle n’a pas hésité à venir en Guadeloupe. Bonne  pioche?

Jacques Bangou, maire de Pointe-à-Pitre, a reçu Rama Yade jeudi matin. L’ex ministre de Sarkozy est venue lui présenter ses idées. Le maire de Sainte-Anne, Christian Baptiste, a également assisté à l’entrevue privée. La candidature de R. Yade se veut, dit elle « indépendante, au dessus des autres partis », c’est pourquoi après avoir été exclue du Parti Radical et déjà en délicatesse avec l’ex UMP, elle a créé son propre rassemblement « non encarté » affirme-t-elle. La candidate a donc exposé son projet pour la France et plus spécifiquement pour nos régions. Comme on peut le lire sur le site de son parti « La France qui ose », elle s’adresse à nous en ces termes: « Ce n’est donc pas l’Outre-mer qui a besoin de la France. C’est la France qui a besoin de l’Outre-mer. »

Rama Yade affirme vouloir réunir tous les déçus de la politique française (et ils sont nombreux) et utilise un vocabulaire particulier : « Par ma candidature, je souhaiterais que la France se mette au diapason des évolutions du monde et de sa propre société. » Elle ambitionne donc « d’incarner une nouvelle offre, proposer une nouvelle alternative », d’apporter un projet de réconciliation nationale et de modernité. Elle poursuit « Le monde est plus divers que l’oligarchie politique qui nous dirige. Je ne crois pas en une politique qui s’accroche à de vieilles lunes, je crois en une politique qui se renouvelle. » L’exemple américain n’illustre que trop bien son propos.

Ses dix années d’expérience politique lui ont laissé des séquelles. Certainement par souci de pédagogie, elle prend toujours un exemple pour expliquer l’idée qu’elle vient de formuler. A propos de l’innovation économique, elle prône la décentralisation citoyenne. Elle souhaiterait confier le soin de reprendre certaines compétences de l’Etat à la société civile « les entreprises, associations, fondations, coopératives ou familles » et prend le cas de Pôle-Emploi qu’elle compare à la société CAPA : « Pôle-emploi c’est 53 000 salariés et un budget de 5 milliards d’euros pour 4% de chômeurs placés alors que vous avez une petite entreprise qui a réussi à placer 30 000 chômeurs en un an et a réalisé un million de chiffre d’affaires. C’est un petit peu scandaleux quand même !»

Concernant nos territoires, elle dit viser trois objectifs majeurs :

1) Le développement économique durable, solidaire et responsable pour sortir d’une économie de rentes et de monopoles à l’origine de la cherté de la vie.

2) L’égalité sociale au sein de la République, avec une priorité accordée aux femmes et à la jeunesse, dans un contexte où les inégalités ultramarines sont particulièrement révoltantes.

3) Une ouverture stratégique sur le monde par l’innovation écologique dans cette France qui abrite 80 % de la biodiversité française.

A la question « Qu’ attendez vous  de cette visite ? » Rama Yade répond qu’elle est venue recueillir le point de vue des élus. Elle a été reçue par le président de Région Ary Chalus mais aussi par la Présidente du Conseil Départemental, Josette Borel-Lincertin. Rama Yade précise qu’elle défend « un projet évolutif qui ne se fera pas contre ni sans mais avec les élus. » Elle a été « bouleversée » par l’attitude de certains élus martiniquais qui avaient rempli sa feuille de parrainage avant même son arrivée. Elle est repartie avec près de quarante parrainages. Pour l’instant sa tournée guadeloupéenne a été infructueuse mais tous saluent son courage politique. Jacques Bangou ne ferme pourtant pas la porte : « Madame Rama Yade apporte une approche différente qui est susceptible d’aborder les questions politiques sous un autre prisme. Mon équipe et moi-même attendons son programme et nous y serons extrêmement attentifs. Il n’y a pas d’incompatibilité idéologique à ce que je soutienne une candidature comme la sienne. Je lui souhaite bonne chance pour se faire entendre de la Nation. »

Rama Yade a précisé qu’elle attendait des élus qu’ils contribuent à son programme en lui soumettant des idées. Une façon de faire de son programme un peu le leur et ainsi s’attirer leur voix. Mais les élus guadeloupéens répondront-ils à cet appel ? 

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Dernier de