Breaking News

Haïti. Grand'Anse, un an après Matthew

11 Oct 2017
241 fois

Port-au-Prince. Mercredi 11 Octobre 2017. Lenouvelliste/CCN. La reconstruction est difficile et lente. Les autorités de l'État sont pointées du doigt par les victimes qui vivent, pour certains, toujours dans des abris de fortune.

Les séquelles de l'ouragan Matthew sont encore visibles sur le visage des habitants dans plusieurs communes, notamment Moron, Chambellan, Abricots et Marfranc, etc. La Grand'Anse tente de se relever malgré les interventions de plusieurs ONG dans ce département et dans plusieurs communes. Les résultats sont très peu visibles et des fonds continuent de couler à flots. Des endroits sont dépourvus de structures sanitaires adéquates. Les écoliers parcourent plusieurs kilomètres pour se rendre à l'école.

Comme de nombreux agriculteurs, Roger Venel, coordonnateur des CASEC de la 2e section Source-Chaude, dénonce la mauvaise gestion de l'aide humanitaire post-Matthew. « Notre État est irresponsable », dit-il. « Nous vivons comme des bêtes dans certaines sections communales dans ce grand département qui a été ravagé par le cyclone Matthew, déplore-t-il. Jusqu'à aujourd'hui, les conditions d'existence des habitants des coins les plus reculés de la Grand'Anse sont déplorables. Cette situation se dégénère généralement lors de la saison pluvieuse

« J'invite les autorités responsables, s'ils ont encore un cœur, à se pencher sur la situation difficile que connaissent les habitants de la Grand'Anse. La plupart de ceux qui vivent de l'agriculture n'ont presque rien un an après l'horreur qu'ils avaient connue et vécue avec Matthew, continue Roger Venel. Elles (les autorités) doivent nous respecter et venir à notre aide, soulignant que « nous les avons votées pour nous défendre dans les moments difficiles. Elles doivent cesser de ne toujours penser qu'à leurs intérêts personnels afin de prioriser la communauté.»

Pour sa part, le délégué départemental Torchon Schiller apporte certaines précisions sur les décisions qui ont été prises par les autorités pour voler au secours de la population. Plusieurs institutions, notamment l'EPPLS et la direction départementale de l'Agriculture, se sont déjà mises au travail à cet effet, a-t-il indiqué. 150 maisons seront réparées dans 47 sections communales et 13 communes dans le département de la Grand'Anse, a-t-il fait savoir.

Parallèlement, a souligné Torchon Schiller, le président Jovenel Moïse avait procédé dans les jours passés à la pose de la première pierre d'un centre qui doit produire en moyenne par année 4 millions de plantules destinées aux habitants des zones les plus frappées par Matthew.

« Tout est pris en compte par les autorités gouvernementales pour venir en aide aux personnes qui sont dans le besoin dans la Grand'Anse », insiste Torchon Schiller. « Nous travaillons de concert avec toutes les structures de l'État dans le but d'aider ce département à se relever un an après Matthew », dit-il. Des efforts sont consentis pour permettre à la population grand'anselaise de retrouver ses habitudes, promet le délégué départemental de la Grand'Anse.

Dans beaucoup de communes de la Grand'Anse, notamment Marfranc, Moron et Chambellan et des zones côtières de Jérémie, de Beaumont, les victimes de l'ouragan Matthew vivent encore sous des tentes en dépit de la propagande des autorités gouvernementales, départementales et communales. Il faut plus que des paroles pour aider ceux qui sont véritablement dans le besoin.

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/177522/grandanse-un-an-apres-matthew

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires