Breaking News

Haïti. Le diabète fait rage dans l’indifférence de nos autorités

10 Nov 2017
181 fois

Port-au-Prince. Vendredi 10 Novembre 2017. Lenouvelliste/CCN. Toutes les six secondes une personne meurt de diabète dans le monde. En Haïti, on dénombre environ 350 000 personnes vivant avec une hyperglycémie chronique. Et chaque semaine, trois d’entre elles sont amputées d’au moins un pied.

Les complications du diabète font rage. La maladie, constatent les professionnels de la santé, est diagnostiquée très tard à cause d’un manque d’information. Le Dr Nancy Charles Larco, directrice exécutive de la FADHIMAC, dénonce le manque d’implication des autorités dans la gestion et la prise en charge des maladies chroniques. A l’occasion de la Journée mondiale du diabète, elle invite la population à venir se faire dépister gratuitement le 14 novembre à la FHADIMAC.

Azeline Desirlis est diabétique depuis l’âge de 17 ans. Aujourd’hui, elle a 24 ans. Le combat qu’elle mène pour vivre avec la maladie n’est pas facile. Elle a témoigné, ce jeudi, au cours d’une conférence de presse organisée par la Fondation haïtienne du diabète et des maladies cardio-vasculaires (FHADIMAC).

Dans un pays où la majorité de la population ne gagne pas deux dollars américains par jour, elle doit dépenser cette somme chaque jour pour acquérir les médicaments et pour payer les frais de consultation. Le diabète est une maladie coûteuse et débilitante qui représente un danger médico-social aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Le meilleur moyen de le combattre est par la prévention et par l'information. Depuis plusieurs années, le monde entier multiplie les conférences et s’accentue sur ces deux volets. Pourtant chez nous, c’est tout le contraire.

Lors de cette conférence de presse, la directrice exécutive de la FHADIMAC, le Dr Nancy Charles Larco, a dénoncé le manque d’implication des autorités dans la gestion et la prise en charge des maladies chroniques en Haïti alors que les chiffres indiquent qu’on enregistre 350 000 diabètiques en Haïti et 2 000 000 de personnes souffrant de l’hypertension artérielle.

« On entend les bruits pour le sida, pour le choléra mais pas pour les maladies chroniques. Au niveau de la FHADIMAC, organisation privée, nous remplissons notre devoir civique. Mais les instances concernées doivent faire un plus de bruit concernant les maladies chroniques », a lancé le Dr Nancy Charles Larco, soulignant que le diabète cause beaucoup de souffrances dans les familles haïtiennes.

L’État doit investir dans la prévention parce qu’il est plus facile et plus économique, renchérit-elle.

Cette année, à l’occasion de la Journée mondiale du diabète, célébrée tous les ans le 14 novembre, l’Organisation mondiale de la santé (OPS) met l’accent sur le diabète chez les femmes. Il y a 199 millions de femmes atteintes de diabète dans le monde et ce total devrait augmenter à 313 millions d’ici 2040.

Les femmes atteintes de diabète ont plus de difficulté à concevoir et si la maladie est mal contrôlée pendant la grossesse, elle peut engendrer des complications chez la mère comme chez le bébé. Environ une naissance sur sept est affectée par le diabète gestationnel (diabète développé pendant la grossesse, DMG). Et beaucoup de femmes atteintes de DMG ne le savent pas et elles développent des complications liées à la grossesse.

En vue de sensibiliser et de dépister la population, les femmes en particulier, la FHADIMAC offre des séances de dépistage gratuites le 14 novembre. Des séances de dépistage pour les complications aux yeux et aux pieds chez les patients diabétiques seront aussi offertes à un prix spécial.

Le Dr Sébastien Joël Volmar annonce que le développement des activités de santé en Haïti (DASH) sera, cette année, aux côtés de la FHADIMAC. Du 20 au 24, le test du diabète sera disponible dans tous les centres de DASH, a-t-il affirmé. « Il est important de faire le dépistage. Celui-ci permet de relever les cas précoces de diabète », a-t-il recommandé.

« Insuffisance rénale, infarctus (stroke), cécité, crise cardiaque, amputation des membres inférieurs… » sont les complications du diabète.

Il est recommandé de suivre une bonne hygiène alimentaire. Car 70% des cas de diabète type 2 peuvent être prévenus grâce à un mode de vie sain. « Il faut manger sainement. Éviter trop de sel et de graisse. Réduire la consommation de sucre. Les boissons sucrées sont les principales ennemies du diabétique ».

Url de cet article : http://lenouvelliste.com/article/178808/le-diabete-fait-rage-dans-lindifference-de-nos-autorites

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires