Breaking News

Haiti. Le rapport PetroCaribe évacué ?

28 Mar 2018
1309 fois

Port-au-Prince. Mercredi 28 mars 2018. CCN/Le Nouvelliste. Une fois encore, la majorité PHTK et alliés a imposé sa loi. Le compte rendu succinct de la séance du 1er févrrier, au cours de laquelle la majoritié présidentielle a renvoyé le dossier PetroCaribe à la Cour des comptes, a été adopté ce mardi, au terme de plusieurs heures de débats.

Avec 14 voix pour, 5 contre et une abstention, le PHTK n’a pas eu à piocher dans les rangs de la minorité pour parvenir à ses fins. La douce retraite de Decameron aura porté ses fruits. Le rapport PetroCaribe, même évacué au Grand corps, ne mourra point. Mais le premier des sénateurs, Joseph Lambert, peut enfin sourire, s’attendre à d’autres horizons.

L’élu du Sud-Est ne pouvait pas rêver de meilleure issue. Joseph Lambert compte désormais mettre le cap sur les propositions et projets de loi en souffrance au Sénat. Il peut enfin pavoiser, à l’idée de pouvoir donner une autre tournure à son mandat, c’est-à-dire recommencer à tenir les séances plénières, pierre angulaire du travail et de la production parlementaires, mais bloquées depuis deux mois. « Maintenant la balle est définitivement dans les pieds de la Cour des comptes », a affirmé le président du Sénat, lui qui s’est fendu, il y a peu, d’une correspondance à la CSCCA pour lui consigner qu’il ne pourrait lui transmettre les rapports PetroCaribe.

La raison ? Le Sénat ne s’est pas positionné là-dessus. Justement, dans le bric-à-brac des débats, les sénateurs Patrice Dumont, Youri Latortue et Jean Renel Sénatus, qui ont tous voté contre le rapport succinct de la séance du 1er février, ont, entre autres, dézingué la résolution et mis en avant le fait que le rapport Beauplan n’ait pas été sanctionné par l’assemblée. Minoritaires, ils n’ont pas été entendus mais peuvent tout de même se prévaloir du mea culpa de certains élus PHTK : « Cette séance a été irrégulière ! » Le chef de la majorité, Kédlaire Augustin, a même fait abstention lors du vote de la résolution et cela est symptomatique de l’ambiguïté de ladite séance, programmée pourtant au six février.

Pour le sénateur Jean Marie Salomon, lui aussi ayant voté contre le rapport succinct de la séance du 1er février, le rapport PetroCaribe, au-delà de la volonté manifeste de certains de l’enterrer à jamais, suivra son cours et continuera, forcément à alimenter les débats. Dans l’intervalle, la Cour des comptes, qui n’est pas elle-même au-dessus de tout soupçon parce que plusieurs de ses membres sont épinglés dans le rapport Latortue, s’est saisi du dossier. Elle s’estime « compétente » de l’amener au bout, a affirmé son président, Arol Elie, en audition au Sénat, lundi, devant la commission Economie et Finances.

Le président de la Cour des comptes, anecdotique aux micros de la presse, n’a pas voulu donner de délai pour le bouclage de l’enquête, de leur travail. Arol Elie n’a pas écarté non plus de faire appel à des experts nationaux ou internationaux pour les [les juges] y aider. Parce que des journalistes vénézuéliens sont actuellement en Haïti pour enquêter sur la question, parce que Youri Lartotue et Evalière Beauplan, deux redoutables sénateurs-commissaires qui font de ce dossier leur mantra, continueront à veiller au grain, la Cour des comptes a tout intérêt à ne pas rater le coche, à produire le plus vite possible son rapport.

Au cours de la séance du mardi soir, la nécessité d’un procès PetroCaribe a transpiré dans les travées du Sénat. Le sénateur Ronald Larèche, qui a voté contre le rapport succinct de la séance du 1er février, estime que des exemples doivent être tracés. Un peu plus tôt avant lui, son collègue Youri Latortue s’est montré convaincu que la lutte contre la corruption est irréversible. « La question est d’ordre mondial. Partout, d’anciens chefs d’État et de ministres sont poursuivis. L’histoire est en marche. Haïti ne doit pas rater le train », a plaidé Youri Latortue, qui devrait rencontrer, sous peu, les journalistes vénézuéliens venus enquêter sur la gestion faite de l’argent vénézuélien qui coula à flots sur l’île entre 2008 et 2016…

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires