Breaking News

Bannière les iles de Guadeloupe
CCN

CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

URL du site internet: http://www.caraibcreolenews.com

Basse-Terre, Capitale. Mercredi 23 Novmbre 2016. CCN. Depuis le 20 novembre, sont entrées en vigueur deux des onze mesures sécurité routière de la loi de modernisation de la justice du XXIe siècle issues des décisions du Comité interministériel de la sécurité routière du 2 octobre 2015.

Fort-de-France. Mercredi 23 Novembre 2016. CCN. La prochaine réunion de l’Assemblée Plénière de la Collectivité Territoriale de Martinique se tiendra les mercredi 23 et jeudi 24 novembre  à 10h en salle Camille Darsières de la rue Gaston Defferre,selon l’ordre du jour ci-joint.

Saint-Claude. Mercredi 23 Novembre 2016. CCN. Dotée d’un curvomètre servant à vérifier la vitesse maximum d’un cyclomoteur de 50 cmÑ, la gendarmerie de Guadeloupe, en lien avec les procureurs de la République de Pointe-à-Pitre et de Basse-Terre, a décidé de mettre en place une opération de prévention pour permettre aux parents de faire vérifier le scooter de leurs adolescents. En effet,trop souvent, les gendarmes constatent que des scooters sont débridés pour leur permettre d’atteindre des vitesses très supérieures aux 50km/h autorisés. Or, il faut reconnaître que ce type d’engin et surtout leurs pilotes n’y sont absolument pas préparés.

Caracas. Mercredi 23 Novembre 2016. CCN. Au nom de la droite et de l'extrême droite vénézuéliennes, merci à M. Guillaume Erner pour son traitement de la crise vénézuélienne, à travers une seule intervenante, représentante (assez caricaturale, je vous l'accorde, mais universitaire, vous avez eu raison de le souligner) de l'opposition.

Caracas. Mercredi 23 Novembre 2016. CCN. Retour au galop du réel refoulé par les grands médias. Alors que ceux-ci qualifiaient de « prisonniers politiques » les leaders d’extrême droite arrêtés pour possession d’explosifs ou organisation de violences meurtrières avec l’appui paramilitaire d’Alvaro Uribe, la droite vénézuélienne reconnaît à présent qu’il n’existe que des « personnes arrêtées ». Plus surprenant encore, elle admet la réalité d’une guerre économique qu’elle qualifiait jusqu’ici d’invention du président Maduro « pour cacher la faillite du socialisme bolivarien ». Le sociologue vénézuélien Franco Vielma nous éclaire sur ces revirements inattendus.

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires