Breaking News

Bannière Lamentin

Equateur : Le Procureur demande la prison préventive pour Rafael Correa

06 Juil 2018
331 fois

Quito. Vendredi 6 juilet 2018. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le Procureur Général de l'Equateur Paúl Pérez a demandé mardi à la juge de Garanties des Peines de la Cour Nationale de Justice de l'Equateur Daniella Camacho la prison préventive pour l'ex-président Rafael Correa dans l'enquête à laquelle il est soumis pour son implication présumée dans l'affaire de l'enlèvement de l'ex-membre de l'Assemblée Nationale Fernando Balda.

Il a présenté cette demande après que l'ex-président ne se soit pas rendu lundi au siège de la Cour Nationale de Justice à Quito, capital de l'Equateur pour commencer son cycle de présentations quinquennales comme l'indiquait la mesure préventive de Camacho prise le 18 juin.

Au lieu de cela, Correa s'est présenté au Consulat de l'Equateur en Belgique, le pays où il réside depuis l'année dernière. Selon l'ex-président, la Convention de Vienne sur les Relations Consulaires, la Convention Inter-américaine sur les Droits de l'Homme, la jurisprudence de la Cour Inter-américaine et la Constitution et les lois de la République d'Equateur le protègent.

Le procureur Pérez a demandé, en outre, qu'une alerte rouge soit diffusée par Interpol pour qu'il soit arrêté et extradé. Cette demande est soutenue par les défenseurs de Balda.

Les défenseurs de l'ex-président, pour leur part, ont demandé qu'on établisse une mesure préventive de présentation au Consulat de l'Equateur en Belgique.

Correa a été impliqué par Camacho dans l'enquête sur l'enlèvement de Balda le 18 juin dernier. L'ex-président a signalé qu'ils l'ont fait « sans aucune preuve » contre lui. De plus, il a qualifié « d'impossible à mettre en œuvre » la mesure préventive contre lui.

« Un procureur trié sur le volet, une implication sans aucune preuve, une juge qui se soumet à l'illégalité de l'Assemblée Nationale, une mesure préventive impossible à mettre en œuvre, etc... Savent-ils quel succès va avoir cette farce au niveau international ? Ils ne s'en préoccupent pas, tout est question de temps. Nous vaincrons !, » a-t-il twitté.

« L'affaire Balda »

Selon Balda, ses ravisseurs étaient des membres du Secrétariat National du Renseignement (SENAIN) qui obéissaient aux ordres de Correa mais une autre version dit que c'étaient des officiers de la Direction Générale du Renseignement de la Police de l'Equateur (DGI). En fait, le principal impliqué est Luis Raúl Chicaiza qui, au moment des faits, était membre actif de la DGI.

Chicaiza, dans son témoignage, a impliqué Correa. Il a dit qu'il avait parlé 2 fois avec l'ex-président à propos de l'enlèvement. Cependant, son avocat a révélé dans une interview accordée à Ecuador Inmediato, qu'il « n'y a pas de preuves que Rafael Correa ait appelé. »

L'ex-président Correa a déjà donné sa version des faits le 24 mai dernier quand il a fait une déposition libre au Consulat de l'Equateur en Belgique. De plus, il a dénoncé le fait que dans ce processus, des éléments de cet enlèvement sont mêlés au processus de déportation qui a eu lieu ensuite contre Balda, qui avait été condamné à 2 ans de prison pour le délit de droit commun d'injure non calomnieuse grave.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires