Breaking News

Brésil : Jair Bolsonaro, une apologie de la dictature

05 Nov 2018
135 fois

Brasilia. Lundi 5 novembre 2018. CCN//Bolivarinfos/Françoise Lopez. Bien qu'il se déclare nationaliste, les propositions de Bolsonaro visent la privatisation de divers secteurs de l'économie comme en 1964. La dictature a donné la priorité au capital étranger et aux multinationales : l'entreprise allemande Volkswagen —fondée par le régime nazi— qui opérait au Brésil  avec des travailleurs en condition d'esclavage en est un exemple.

En 64, les médias les plus importants du pays faisaient une campagne « anti-communiste » contre le Président progressiste João Goulart, l'accusaient d'amener le Brésil à être comme l' Union Soviétique et la Chine alors que ce qui était bien aurait été qu'il soit comme les Etats-Unis.

Ils ont aussi construit un schéma d'opinion anti PT en rendant le Parti des Travailleurs responsable de tout ce qui se passait dans le pays. Dans certains cas, il s'agissait de processus sociaux naturels : l'homosexualité, l'égalité de genre et les changements culturels qui choquaient les conservateurs.

 

La campagne de mensonges contre Fernando Haddad a consisté à diffuser de fausses informations qui, dans le contexte anti PT des médias, pourraient être crédibles : le PT soutenait l'inceste, distribuerait un “kit gay” aux enfants dans les écoles, légaliserait la pédophilie et nationaliserait les médias religieux. Toutes ces informations sont fausses et toutes bénéficient à la campagne de Bolsonaro.

Le journal Folha de Sao Paulo rapporte que des patrons ont financé illégalement la campagne de Bolsonaro centrée sur de fausses informations diffusées sur les réseaux sociaux et sur WhatsApp, une plateforme qui a des électeurs en plein essor : les jeunes.

Les jeunes qui n'ont pas vécu la dictature répètent encore et encore devant les médias que pendant la dictature, on vivait mieux et qu'il faut « sacrifier » certaines choses pour obtenir une croissance de l'économie. Mais en a-t-il vraiment été ainsi ?

La dictature a laissé le Brésil avec une inflation de 200% et une dette extérieure au moins 20 fois supérieure à ce qu'elle était en 1970. Les riches sont devenus plus riches et les travailleurs qui luttaient pour de meilleurs salaires étaient réprimés parce que revendiquer était interdit.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires