Venezuela. Maduro réagit aux sanctions des États-Unis

02 Aoû 2017
249 fois

Saint-Denis. Mercredi 2 août 2017. Clicanoo/CCN. Le président vénézuélien Nicolás Maduro a expliqué que les sanctions que les Etats-Unis ont appliqué lundi contre lui concernent sa qualité de président d'une Nation libre qui n'obéit pas aux ordres de l'étranger et encore moins de l'Empire.

« qu'ils prennent des sanctions qui leur chante parce qu'elles n'expriment que l'impuissance, le désespoir et la haine du magnat empereur des Etats-Unis (Donald Trump) qui voit l'Amérique Latine comme un petit chien qui bouge la queue et dit oui, » a-t-il dénoncé.

Il a rappelé que l'argument du Département du Trésor pour imposer des sanctions a été la réalisation, ce dimanche, des élections pour choisir les candidats à l'Assemblée Nationale Constituante à laquelle ont participé plus de 8 millions de citoyens. « Ils donnent des ordres et croient qu'ils doivent être obéis par leurs sujets en Amérique Latine et dans les Caraïbes, » a-t-il ajouté.

Du Conseil National Electoral (CNE) où il a reçu le premier rapport avec les résultats du vote de dimanche, Maduro a rappelé que sous la présidence de George W. Bush, on a envisagé et réalisé l'invasion de l'Irak avec le regrettable soutien de certains présidents. « Où sont aujourd'hui José María Aznar et Tony Blair? Qui les ont soutenus ? Ils sont rejetés et oubliés par le monde entier. C'est ce qui arrivera avec ceux qui aujourd'hui soutiennent Donald Trump en Amérique Latine contre le Venezuela, » a-t-il assuré.

Il a réaffirmé que c'est une époque de vaillants et que le Venezuela ne se taira pas. « On me sanctionne parce que je suis capable de dire la vérité sur la persécution des Etats-Unis contre les peuples latino-américains. Personne ne va tordre la direction souveraine et indépendante de notre patrie, » a-t-il dit.

Il a remercié pour les manifestations de solidarité reçues de la part de groupes sociaux et politiques qui ont soutenu la décision souveraine du pays de réaliser ses propres élections sans ingérence. « Ou on est avec Trump, ou avec le Venezuela et la démocratie. On soutient Trump ou le monde libre. »

Il n'est pas sans importance que la décision du Bureau de Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) d'imposer des sanctions au président Maduro ait immédiatement provoqué de la peur et des réactions négatives sur les marchés internationaux. Cependant, il faut préciser que les désignations de l'OFAC constituent une décision administrative qui n'a été vérifiée ou avalisée par aucun juge.

Déjà en février 2017, l'OFAC a informé qu'elle avait désigné le vice-président du Venezuela, Tareck El Aissami pour être l'objet de sanctions. Auparavant, en 2008, sous le Gouvernement de George W. Bush, la même chose avait été faite contre Henry Rangel Silva (à cette époque directeur de la DISIP), Hugo Carvajal (à cette époque directeur de la direction du Renseignement Militaire) et l'ex-ministre Ramón Rodríguez Chacín.

En 2015, le président de l'époque Barack Obama, sur la base d'une loi différente approuvée par le Congrès états-unien, sanctionnait 4 fonctionnaires des Forces Armées (de directeur de l'époque de la Police Nationale Bolivarienne, l'ex-directeur du SEBIN et une procureure du Ministère Public).

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

http://albaciudad.org/2017/08/maduro-sobre-sanciones-nadie-va-a-torcer-el-rumbo-soberano-e-independiente-de-nuestra-patria/

URL de cet article :

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2017/08/venezuela-maduro-reagit-aux-sanctions-des-etats-unis.html

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires