Breaking News

Venezuela. Accord de coexistence démocratique pour le Venezuela

13 Fév 2018
73 fois

 

 

Caracas. Mardi 13 Février 2018. Bolivarinfos/CCN. Réunis, le Gouvernement et l'opposition sont d'accord sur la nécessité de fixer un cadre politique, économique et social qui produise des avancées dans la situation actuelle du Venezuela.

 

Les objectifs du présent accord sont d'affirmer la souveraineté nationale, a stabilité démocratique, la possibilité de gouverner, le plein respect des droits de l'homme, les garanties concernant les élections, la coopération face aux situations économiques et sociales existantes, d'affirmer l'Etat de Droit constitutionnel, le complet développement des droits politiques et l'engagement envers le respect de la démocratie, le rejet absolu de al violence comme outil politique et d'affirmer une politique de réconciliation comme fondement de la coexistence et démocratique dans le pays.

 

Cet accord devra être mis en place et respecté réciproquement dans tous ses aspects.

 

  1. Souveraineté et sanctions unilatérales contre le Venezuela

 

Le Gouvernement et l'opposition décident de travailler ensemble pour que les sanctions unilatérales contre le pays qui bloquent les capacités financières nécessaires pour satisfaire les besoins de base du peuple vénézuélien soient révisées et supprimées. Par conséquent, on crée une commission bilatérale pour qu'elle fasse les démarches adéquates auprès de la communauté internationale. La commission commencera à fonctionner dans un délai de 48 heures.

 

Le Gouvernement et l'opposition affirment la légitimités des droits du Venezuela sur le territoire du Guyana de l'Esequibo et soulignent leur respect absolu de l'Accord de Genève de 1966 comme seul outil juridique valide pour résoudre cette controverse territoriale et pour arriver amicalement à un règlement pratique et satisfaisant pour les 2 parties.

 

Les parties rejettent, en conséquence, l'inexplicable recommandation du Secrétaire Général de l'ONU qui prétend détourner l'application des moyens politiques successifs fixés par l'Accord de Genève et laisser la résolution de cette controverse dans une inertie dangereuse en n'utilisant pas la qualité juridique et pacifique qu'offre ce traité international en vigueur en accord avec les pré-supposés de paix que doivent appliquer les Nations Unies.

 

Les parties ratifient leur ferme soutien envers les actions qu'engage la République pour défendre ses droits souverains sur l'Esequibo.

 

  1. Elections

 

Les élections auront lieu le 22 avril 2018.

 

Garanties du processus électoral :

 

  • On exhorte à sélectionner les 2 recteurs désignés le 13 décembre 2016 par la cour Constitutionnelle du Tribunal Suprême de Justice. Ils seront le fruit du consensus entre les signataires de cet accord.

  • Le Gouvernement et l'opposition décident de proposer au Secrétaire Général des Nations Unies la formation d'une délégation d'accompagnement et d'observation des élections ainsi que d'une représentation des pays accompagnants signataires de cet accord.

  • On assurera et favorisera, dans le déroulement de al campagne électorale, l'équité dans l'accès aux médias publics et privés et aux réseaux sociaux nationaux et internationaux.

  • Le jour des élections, les bureaux de vote nationaux seront réinstallés dans leurs lieux d'origine et on devra le diffuser le plus possible pour que les électeurs le sachent.

  • Tous les audits techniques seront réalisés avec les standards établis qui ne pourront être inférieurs à ceux utilisés aux élections du 7 octobre 2012 et du 6 décembre 2015. En particulier, ces audits toucheront toutes les composantes du système avec des protocoles établis et en présence des observateurs internationaux.

  • Les membres des bureaux de vote seront tirés au sort comme il se doit sous le contrôle du Pouvoir Electoral.

  • Les listes électorales devront rester ouvertes pour les actualisations aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'étranger du 8 février au 15 février.

  • Les parties s'engagent à renforcer les mécanismes de participation politique des paris au système démocratique.

  • Au sein de la Commission de Suivi et de Contrôle de l'Accord, un groupe de haut niveau sera constitué pour s'occuper des affaires qui se présenteraient et du bon déroulement du processus électoral. Cette commission sera composée par un représentant du Gouvernement, un représentant de l'opposition et l'ex-président José Luis Rodriguez Zapatero.

  • Les parties s’engagent à reconnaître le résultat des élections présidentielles de 20118 quels qu'ils soient.

 

  1. Renforcement de l'Etat de Droit Constitutionnel

 

  • Le Gouvernement et l'opposition décident de créer une commission politique à l'Assemblée Nationale et à l'Assemblée Nationale Constituante pour que ces institutions coexistent.

 

  1. La situation économique et sociale

 

Sans minimiser les compétences et les responsabilités du Gouvernement dans les politiques publiques dans le domaine économique et social, on décide :

 

De former immédiatement une commission pour étudier, analyser et formuler des propositions constructives pour aborder la situation économique du Venezuela.

 

La présente commission sera ouverte au travail et aux propositions des différents secteurs sociaux et pourra solliciter la collaboration d'experts.

 

La commission proposera en priorité des mesures pour promouvoir l'accès de la Population aux biens et aux services par différentes moyens existants comme la suppression des blocus financiers, l'obtention de lignes de financement des divers organismes et diverses entités internationaux ou de pays prêts à coopérer et, en général, par tout autre moyen qui puisse y contribuer.

 

La présente commission sera constituée dans les 7 jours suivant la signature de cet accord.

 

  1. La Commission pour la Vérité

 

La Commission pour la Vérité devra réaliser ses travaux dans les meilleurs délais et présenter un rapport dans les 2 mois. 3 représentants de l'opposition et une ONG qui défend depuis longtemps les droits de l'homme proposée par l'opposition en feront partie. La commission continuera à encourager des mesures dirigées vers les bonnes initiatives adoptées le 23 décembre 2017.

 

La finalité de cette commission est la réconciliation, l'indemnisation des victimes, la Paix, la justice et elle est destinée à obtenir une coexistence démocratique au Venezuela.

 

  1. Commission de suivi et de Contrôle de l'Accord

 

Cette commission est constituée pour stimuler et réaliser le suivi de la mise en place des accords entre le Gouvernement et l'opposition.

 

Elle sera composée par (des représentants du Gouvernement, des représentants de l'Opposition), le Gouvernement de la République Dominicaine, les chanceliers des pays accompagnants qui assistent à la signature du présent accord et par l'ex-président Rodriguez Zapatero. Elle se réunira une fois par mois dans un lieu à déterminer.

 

Elle sera présidée et convoquée par le Gouvernement de la République Dominicaine.

 

Le Gouvernement et l'opposition pourront demander des convocations extraordinaires par l'intermédiaire du président de la République Dominicaine.

 

La Commission de suivi garantira la mise en œuvre des accords, résoudra les doutes concernant l'interprétation et les conflits qui pourraient se produire. Sa méthode de décision sera le consensus.

 

Da même, la Commission pourra s'adresser officiellement aux Gouvernements, aux organisations et aux entités internationales pour demander leur collaboration dans la mise en œuvre de cet accord et cela, dans le respect de la souveraineté de la République Bolivarienne du Venezuela.

 

Tous les textes, accords et rapports de la Commission seront déposés devant le Gouvernement de la République Dominicaine qui agira en tant que garant de leur authenticité.

 

La Commission nommera un coordinateur et un Secrétariat Technique pour ceux qui faciliteront le soutien nécessaire à l'accomplissement de sa tâche.

 

La Commission travaillera sur une période non définie et en tout cas, contrôlera l'Accord et la nécessité de le maintenir, de le modifier ou de l'éteindre après les élections présidentielles de 2018.

 

Fait et signé à Saint Domingue, République Dominicaine, le 6 février 2018

 

Signent, au nom de la République Bolivarienne du Venezuela,

 

Au nom de l'opposition au Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela,

Source en espagnol:

http://albaciudad.org/2018/02/acuerdo-gobierno-oposicion-por-la-paz-y-la-convivencia-pacifica-republica-dominicana-pdf-video/

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/ 2018/02/venezuela-accord-de-coexistence-democratique-pour-le-venezuela.html

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires