Breaking News

Vénézuela. Journée de solidarité " nous sommes tous la Vénézuela"

08 Mar 2018
603 fois

Caracas. Jeudi 8 mars 2018. CCN/Bolivarinfos. Des représentants des secteurs sociaux et du Gouvernement Bolivarien exposent mardi et mercredi l'importance de la lutte livrée par le peuple du Venezuela face à la menace des agents de l'Empire qui ont redoublé leurs actions pendant ces 5 dernières années. La réponse à cette escalade est aujourd'hui une référence pour les peuples d'Amérique, d' Afrique, d'Europe, d'Océanie et du Moyen Orient. C'est que ce pays sud-américain « est en lutte contre toutes les puissances impériales » qui ont cherché à mettre à genoux notre nation avec un blocus financier, a indiqué le ministre des Relations Extérieurs Jorge Arreaza, à l'ouverture de la Journée Mondiale de Solidarité « Nous Sommes Tous le Venezuela, » au Théâtre Teresa Carreño de Caracas.

A l'inauguration de l'activité, Arreaza a souligné la présence de 116 délégués d'Amérique Latine, 33 des Caraïbes, 48 d'Amérique du Nord, 19 d'Afrique et 34 d'Europe, ainsi que de plusieurs délégués originaires d'Océanie. « Vous avez la responsabilité de diffuser la vérité sur le Venezuela. De briser le blocus médiatique. Actuellement, il y a des mécanismes pour innover, » a indiqué Arreaza. 

Il a rappelé qu'en 2017, le Gouvernement des Etats-Unis a mis le pays sous blocus : « Nous avons un blocus semblable à celui que subit notre sœur, la République de Cuba, un peuple courageux et résistant. »

Il a indiqué que les mesures prises par le président étasunien Donald Trump « ont fait annuler des transactions à la banque internationale pour qu'il nous soit impossible de remplir nos engagements de paiement ou de recevoir des paiements » qui permettent d'acheter des biens de première nécessité comme des aliments ou des médicaments pour le peuple.

Les Etats-Unis ont même menacé de déployer une opération militaire contre notre pays, c'est pourquoi le président vénézuélien, Nicolás Maduro, a insisté sur le dialogue avec les secteurs d'opposition et a réaffirmé le caractère démocratique avec l'appel aux élections pour choisir les membres de l'Assemblée Nationale Constituante, les gouverneurs et les maires.

Les élections du Président, des membres des conseils législatifs et des conseils municipaux ont été fixées au 20 mai. « Les institutions vénézuéliennes ont créé les conditions pour que tout le monde participe à ces élections et qu'il y ait une solution démocratique, constitutionnelle et pacifique, » a remarqué Arreaza.

Quant à la politique de certains pays de la région qui se sont alignés sur les Etats-Unis comme le Pérou, qui prétend empêcher le président Nicolás Maduro de participer au Sommet présidentielles des Amériques, le chancelier a déclaré que ce pays n'a pas la possibilité de prendre une telle décision.

« Ils n'ont aucune possibilité, d'aucune sorte, ni à l'Organisation des Etats Américains ni dans les mécanismes de convocation du sommet. C'est l'impérialisme qui leur dit ce qu'ils doivent faire, » a-t-il dit tout en soulignant l'initiative de l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique-Traité de Commerce des Peuples (ALBA-TCP) qui, lors de son XV° Sommet Ordinaire qui a eu lieu à Caracas lundi, a décidé de faire les démarches diplomatiques pour garantir la participation du Venezuela à ce sommet.

Validité du modèle bolivarien

La présidente de l'Assemblée Nationale Constituante (ANC), Delcy Rodríguez est également intervenue. Elle a mis en avant l'héritage du Commandant Hugo Chávez qui a créé le projet bolivarien basé sur la justice sociale : « Le Commandant Hugo Chávez a levé les drapeaux de nos libérateurs. Notre Père de la Patrie, Simón Bolívar, était un ennemi déclaré de l'impérialisme, » a-t-elle noté.

Selon Rodríguez, la Révolution Bolivarienne a été renforcée par le président Maduro qui a affronté une escalade de violence et d'interventionnisme des agents de l'opposition vénézuélienne et du Gouvernement des Etats-Unis qui ont cherché à saboter le processus de dialogue et la convocation d'élections libres et transparentes.

« Le Département d'Etat a dit qu'il ne reconnaîtrait pas les élections au Venezuela. Peu nous importe, ici, c'est le peuple qui commande. Le Venezuela est et restera une patrie libre, » a-t-elle dit. 

Rodríguez a indiqué qu'en 2017, entre avril et juillet, les attaques de la droite ont redoublé et ont fait plus de 120 morts, des milliers de blessés et que des centaines de centres de santé, d'écoles, d'unités de transport et d'installations publiques ont été détruites par des groupes séditieux qui ont été soutenus par des secteurs de l'opposition.

« Au milieu de la terrible violence à laquelle le Venezuela a été soumis l'année dernière pendant 4 mois avec un scénario clairement de facture impériale » ordonné par le Département d'Etat des Etats-Unis, « le 1° mai 2017, le président Maduro a convoqué le pouvoir d'origine pour installer une Assemblée Nationale Constituante » qui a amené la paix et la stabilité dans le pays, a-t-elle rappelé.

Elle a aussi évoqué le fait que le chef de l'Etat a appelé l'opposition au dialogue et qu'une seconde phase de ce dialogue s'est déroulée en République Dominicaine de septembre 2017 à février de cette année, débouchant sur la rédaction de l'Accord de Coexistence Démocratique pour le Venezuela que le Gouvernement a signé mais pas la droite.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires