Breaking News

Venezuela : Le Venezuela propose au Guyana de reprendre les contacts diplomatiques

01 Avr 2018
571 fois

Caracas. Dimanche 1 avril 2018. CCN/Bolivarinfos. Le Ministère du Pouvoir Populaire pour les Relations Extérieures informe le Peuple vénézuélien et la Communauté Internationale que le 28 mars 2018, il a envoyé une note diplomatique au Ministère des Relations Extérieures de la République Coopérative du Guyana prenant position sur la mettre du Secrétaire Général des Nations Unies António Guterres du 30 janvier 2018 dans laquelle il propose le règlement judiciaire comme solution pacifique à la controverse territoriale que notre pays a avec le Guyana suite à la au fait que sentence arbitrale de 1899 concernant la frontière entre le Venezuela et ce qui était alors le Guyana Britannique est nulle et non avenue.

A ce sujet, on a porté à la connaissance des autorités guyanaises que la République Bolivarienne du Venezuela rejette le contenu de cette lettre et comme elle l'a fait savoir au Secrétaire Général de l'ONU le 25 février 2018, dans la mesure où il dépasse les compétences qui lui ont été accordées en tant que médiateur par accord mutuel entre les 2 parties et contrevient à l'esprit, au but et à la raison de l'Accord de Genève du 17 février 1966.

De même, la République Bolivarienne du Venezuela a informé qu'elle conteste expressément le règlement judiciaire comme moyen de résoudre la controverse territoriale sur le Guyana de l'Esequibo puisqu'il viole le préambule de l'Accord de Genève de 1966 qui établit catégoriquement que la controverse doit être « amicalement résolue de façon acceptable pour les 2 parties. » La méthode précitée viole, de même, l'article 1 étant donné qu'elle ne conduit pas à des solutions satisfaisantes pour le règlement pratique de la controverse. » 

On a également réaffirmé au Gouvernement guyanais que recourir au règlement judiciaire pour résoudre la controverse est inacceptable, stérile et inapplicable étant donné que la République Bolivarienne du Venezuela ne reconnaît pas comme obligatoire la juridiction de la Cour Internationale de Justice et en ce sens, a toujours été cohérente avec sa position historique de faire des réserves expresses ou de n'être signataire d'aucun instrument juridique international qui contienne des clauses qui engagent à faire de cette Cour une juridiction obligatoire.

Enfin et pour avancer dans le choix d'un accord mutuel, d'une méthode de résolution pacifique de la controverse sous l'égide de l'Accord de Genève de 1966, le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela a proposé au Gouvernement de la République Coopérative du Guyana de reprendre les contacts diplomatiques permettant de trouver une solution pratique et satisfaisante à cette controverse territoriale.

Ces contacts permettraient, en plus, d'évaluer conjointement l'opportunité de continuer à avoir un médiateur sous les auspices de l'ONU dans un contexte cordial et de dialogue constructif et pacifique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires