Breaking News

Venezuela : Des condamnés pour violence politique reçoivent des aménagements de peine

05 Jui 2018
353 fois

Caracas. Mardi 5 juin 2018. CCN/Bolivainfos/Françoise Lopez. Pour renforcer le dialogue et la réconciliation nationale, fondements de la nouvelle période de gestion 2019-2025 du président de la République, Nicolás Maduro, vendredi, la Commission pour la Vérité, la Justice, la Paix et la Tranquillité Publique a annoncé d'attribution d'aménagements de peine à des prisonniers liés à la violence politique. Grâce à ces mesures accordées par le Tribunal Suprême de Justice (TSJ), 39 citoyens ont bénéficié d'aménagements de peine : libération, contrôle judiciaire, interdiction de quitter le pays et aménagements de peine.

Daniel Ceballos, ex-maire de la municipalité de San Cristóbal, état de Táchira, condamné pour la commission présumée des délits de rébellion et de conspiration, est l'un des bénéficiaires d'une mesure préventive de contrôle judiciaire tous les 30 jours avec interdiction de quitter le pays et de faire des déclarations aux médias et sur les réseaux sociaux.

Dans ce premier groupe se trouvent aussi des personnes présumées impliquées dans les manifestations et les illégalités survenues entre 2014 et 2018 et celles qui ont participé aux violences du 2 avril 2018, date à laquelle a été blessé le député d'opposition Teodoro Campos.

Dans le cas des personnes condamnées par la justice militaire comme le général à la retraite Ángel Vivas, arrêté pour avoir incité à la violence en 2014, ce seront les tribunaux militaires qui détermineront les mesures de substitution à leur appliquer.

Selon les médias privés, parmi les personnes qui bénéficient de ces mesures se trouvent :

Yessica Cordero, Ramón Ruiz, Yancer Soto,Diego Medrano, Jorge Galan, Luis Orozco, Luis Acosta, Hoffman Díaz, Junior Pérez, Gabriel Vega, Alexis Alcalá Duque, Gregori Pulido, Edisson Pichardo, Jairo Peñuela, José Alexis De Los Santos, José González León, María Elena Uzcátegui, Carmen Alicia Gutiérrez Acevedo, Carmen Briones Donoso, Angelis Quiroz, Ninoska Josefina Bolívar, Stefanny Salazar, Diannet Blanco, Brigitte Herrada, María Angelina Salcedo Torres, Nazareth Vásquez, Virgen Liliana Quintanillo, Erika Palacios Alfonzo, Melanye Álvarez Castro, Geraldin Chacón, Marianyelis Sánchez Delgado, Gregory Hinds Rodríguez, Juan Pablo Giraldo, Juan Pedro Lares, Fermín Cocchioni, Diego Gómez, Ender González et Dylan Canache.

Pour la réconciliation nationale 

Ce premier groupe d'annonces fait partie d'un processus de rénovation politique stimulé par le président de la République, Nicolás Maduro, pour renforcer la paix et la réconciliation nationale en renforçant le débat franc en tant que mécanisme pour résoudre les conflits politiques.

« Depuis la diversité, nous pouvons penser différemment, nous pouvons croire différemment, je sais qu'il en est ainsi. Mais nous pouvons nous comprendre par des voies différentes de la violence, » a déclaré Delcy Rodríguez, présidente de la Commission pour la Vérité, la Justice, la Paix et la Tranquillité Publique.

Elle a invité les bénéficiaires de ces mesures à « se joindre aux efforts pour la paix » rappelant ainsi l'exhortation faite par le chef de l'Etat le 24 mai dernier, lorsqu'il a demandé aux secteurs qui se sont livrés à la violence de « déposer les armes » et de commencer « à faire de la politique. »

Le Gouvernement, représenté par le vice-président pour la Communication et la Culture Jorge Rodríguez a soutenu la même position en exprimant son souhait que cette décision renforce la voie de la réconciliation.

« Le Président Nicolás Maduro forme des vœux pour que ces mesures conduisent à un processus de pacification véritable et envoie un message pour que le débat franc et intense d'idées et que les voies constitutionnelles, légales et électorales soient les seuls moyens auxquels recourent dans l'avenir ceux qui ont l'intention honnête de participer à la vie politique de la forte démocratie vénézuélienne, » a-t-il déclaré en lisant un communiqué officiel.

Ce processus d'aménagement de peines, principalement destiné à ceux qui n'ont pas commis de crimes graves, a bénéficié de la participation de dirigeants politiques de l'opposition qui ont fait office de garants de l'application de ces mesures.

Ce groupe était composé par  Pedro Pablo Fernández, dirigeant du COPEI, Javier Bertucci, ex-candidat à la présidence et par les gouverneurs Ramón Guevara, de l'état de Mérida, Antonio Barreto Sira, d'Anzoátegui et Laidy Gómez, de l'état de Táchira.

Ce groupe de garants a été formé après une réunion de chacun des dirigeants avec le Président Nicolás Maduro au Palais Présidentiel de Miraflores, à Caracas.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires