Venezuela : Les Etats-Unis font chanter les pays membres de l'OEA pour qu'ils sanctionnent le Venezuela

08 Jui 2018
166 fois

Caracas. Vendredi 8 juin 2018. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président vénézuélien Nicolás Maduro a dénoncé lundi une campagne de chantage des Etats-Unis contre les Gouvernements d'Amérique Latine pour qu'ils votent et soutiennent une résolution qu'ils proposent avec le Groupe de Lima pour suspendre le Venezuela de cette organisation.

« Le Gouvernement des Etats-Unis, ces dernières semaines, ont développé une campagne criminelle, macabre, de chantage, de menaces envers tous les Gouvernements d'Amérique Latine et des Caraïbes. Ils les ont menacé de leur enlever leurs aides économiques, leurs possibilités de financement, ils ont menacé un pays de lui retirer ses flux de touristes et de se couper de lui, de lui retirer ses flux commerciaux, d'opprimer ses migrants, » a déclaré le chef de l'Etat à l'Hôtel Alba-Caracas lors d'une réunion avec la Direction Nationale du Parti Socialiste Uni du Venezuela (PSUV).

Dans des déclarations diffusées par Venezolana de Televisión, le Président a souligné que cette campagne a pour but « d'en finir avec le modèle de développement indépendant »  mis en place par le Commandant Hugo Chávez.

« Une fois le pays dominé, toutes les richesses tombent dans leurs mains et une ère de colonisation, d'esclavage pour notre peuple commence. C'est ce que veut l'Empire, » a-t-il prévenu.

Il a affirmé le caractère anti-impérialiste du peuple vénézuélien pour pouvoir affronter tous les obstacles que créent les axes impérialistes pour en finir avec l'indépendance du pays : « Pour le moment, il y a une bataille à propos de la dignité de Notre Amérique et le Venezuela est au centre de cette bataille pour la dignité. Nous allons en sortir avec la force morale. »

Il a réaffirmé la décision de se retirer de l'organisme international, une action que le pays a engagée en 2017 et qui prendra 2 ans à cause de la position interventionniste de l'OEA depuis 2015 et l'arrivée de Luis Almagro au secrétariat général.

D'autre part, la Maison Blanche a informé lundi que le vice-président Mike Pence a téléphoné au président de l'Equateur, Lenin Moreno, au moment où son Gouvernement dirige une campagne pour suspendre le Venezuela de l'OEA, un objectif qui nécessite la voix de 24 pays membres.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a informé de cette conversation entre Pence et Moreno qui ont parlé « d'opportunités pour revitaliser la relation bilatérale entre les Etats-Unis et l'Equateur. »

« Tandis que l'Organisation des Etats Américains célèbre son Assemblée Générale, les 2 dirigeants ont discuté du désastre humanitaire et économique au Venezuela et de la nécessité de travailler ensemble avec des nations proches de nos pour protéger et promouvoir la liberté sur le continent, » indique la Maison Blanche.

Cet appel téléphonique a eu lieu quelques heures avant que Pence reçoive à la Maison Blanche des représentants de certains pays membres de l'OEA.

A cette réception, Pence « lancera personnellement un appel aux pays du continent américain proches des Etats-Unis à voter mardi la suspension du Venezuela de l'OEA, lors de sa 48° Assemblée Générale » qui a débuté aujourd'hui.

Suspension de l'OEA

D'autre part, le Secrétaire d'Etat des Etats-Unis Mike Pompeo a demandé lundi aux pays qui font partie de l'Organisation des Etats Américains de suspendre le Venezuela : « Nous lançons un appel aux nations de l'OEA pour qu'elles fassent pression sur le « régime » de Maduro, qu'elles fassent cela aujourd'hui même à propos du Venezuela. »

« La suspension n'est pas un but en soi mais cela montrerait que l'OEA soutient ses paroles par des actes, » a dit Pompeo à l'Assemblée Générale de l'OEA.

Lors de cette session, les représentants de l'Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, des Etats-Unis, du Mexique et du Pérou ont envisagé d'engager la procédure pour suspendre éventuellement le Venezuela de l'Organisation des Etats Américains (OEA) pour soi-disant « rupture de l'ordre démocratique », selon le document en débat à l'Assemblée Générale.

Le point 10 du projet de résolution sur la situation au Venezuela présenté par les missions permanentes de ces 7 pays propose d’appliquer les mécanismes prévus dans la Charte Démocratique Inter-américaine qui peuvent aboutir à la suspension de la participation d'un Etat membre quand se produit « une altération de l'ordre constitutionnel qui affecte gravement son ordre démocratique. »

Pour que le Venezuela soit suspendu de l'OEA, il faut le soutien de 24 des 34 Etats membres actifs (2 tiers).

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires