Breaking News

Venezuela : Le territoire que la droite veut remettre aux Etats-Unis

29 Sep 2019
349 fois

Caracas. Dimanche 29 septembre 2019. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a demandé jeudi au Procureur Général d'ouvrir une enquête sur le député d'opposition Juan Guaidó pour son intention d'abandonner la revendication du pays envers le Guyana pour la région de l'Esequibo.

Quelques heures après que la Vice-présidente Exécutive, Delcy Rodríguez, ait déclaré que Guaidó faisait partie d'une « organisation criminelle avec une façade politique » dont la finalité était de remettre le territoire vénézuélien et ses actifs aux entreprises transnationales et au Gouvernement des Etats-Unis, Maduro a affirmé qu'il s'agit d'un plan pour échanger la zone connue comme Esequibo Guyanais située dans l'est du Venezuela contre le soutien politique des Etats-Unis.

Qu'est-ce que l'Esequibo ?

Le territoire de l'Esequibo fait environ 160 000 kilomètres carrés et est situé au sud-est du Venezuela, limité au nord et à l'ouest par les états vénézuéliens de Bolívar et de Delta Amacuro.

C'est une zone riche en minerais et en forêts, récemment des gisements de pétrole y ont été trouvés et sa position géographique, avec une sortie sur la mer des Caraïbes et sur le delta de l'Orénoque, a éveillé l'intérêt des Etats-Unis.

Le Venezuela réclame ce territoire depuis 1899 où il en a été dépossédé par une sentence arbitrale truquée entre le Royaume Uni et les Etats-Unis et continue aujourd'hui à le réclamer.

La spoliation de l'Esequibo

L'Esequibo a été contrôlé par l'empire espagnol, l'empire hollandais et plus tard l'empire britannique qui, en 1897 s'est engagé envers le Venezuela qui réclamait ce territoire, à résoudre le différend devant des tribunaux internationaux.

Tout a commencé quand le géographe et naturaliste prussien Robert H. SchomburŽk a fixé les nouvelles limites du territoire en ne respectant pas celles établies jusqu'en 1835 qui plaçaient le fleuve Esequibo comme limite du Venezuela.

Peu à peu, ses expéditions patronnées par la Royal Geographic Society, ont élargi sur les cartes la colonie anglaise du Guyana en lui annexant plus de 203 000 kilomètres carrés.

Le Venezuela a dénoncé les actes d'ingérence britanniques et en 1899, le problème a été réglé par l'arbitrage de Paris qui favorisait les arguments du Royaume Uni par rapport à ceux du Venezuela.

Pendant le procès concernant l'Esequibo, la délégation anglaise a refusé de s'entendre directement avec le Venezuela et a décidé de parler avec les Etats-Unis qui ont fini par « représenter » les intérêts vénézuéliens.

Le résultat de cet arbitrage truqué aa été dénoncé par Caracas mais ce n'est qu'en 1949 que l'avocat étasunien Severo Mallet-Prevost a révélé la fraude « consécutive à un partage de l'empire sans base juridique. » 

La revendication du Venezuela

Depuis 1966, le Venezuela et le Guyana ont tenté de résoudre ce différend grâce à un processus de négociation dirigé par les « médiateurs » du Secrétariat Général de l'Organisation des Nations Unies après que Caracas ait signé avec le Royaume Uni l'Accord de Genève. Mais sans résultats.

Quand, en 2015 la compagnie pétrolière Exxon Mobil a annoncé la découverte d'un important gisement dans l'Océan atlantique, juste dans la zone concerné par le différend historique, celui-ci s'est aggravé.

Des exploitations pétrolières ont eu lieu avec l'aval du Gouvernement du Guyana et cela a provoqué la protestation du président vénézuélien, Nicolás Maduro.

Après un incident diplomatique, on a à nouveau décidé de résoudre le conflit grâce aux « médiateurs » de l'ONU mais, de nouveau, sans résultats.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

NOTE de la traductrice:

Pour lire le discours de Maduro sur ce différend:

http://vivecuba.e-monsite.com/medias/files/maduro-esequibo-6-juillet-2016.pdf

Source en espagnol :

https://www.telesurtv.net/news/venezuela-esequibo-oposicion-ceder-eeuu-20190906-0008.html

URL de cet article : 

http://bolivarinfos.over-blog.com/2019/09/venezuela-le-territoire-que-la-droite-veut-remettre-aux-etats-unis.html

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires