Breaking News

Venezuela : Plus que jamais la Patrie de Bolivar a besoin de nous

07 Avr 2020 Françoise Lopez
1308 fois

Caracas. Mardi 7 avril 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le monde compte ses morts. Le monde a les yeux tournés vers l’avancée de cette terrible pandémie qui touche l’humanité entière. C’est normal, mais cette situation particulièrement difficile qui a provoqué l’arrêt de toutes les activités politiques et sociales dans le monde entier, constitue également un terreau fertile pour que certains, dans l’indifférence générale, poussent leurs intérêts géopolitiques et leurs prétentions hégémoniques en attaquant des pays libres, indépendants et souverains dont ils convoitent les richesses naturelles. Ce ne serait pas la première fois et toutes les conditions en sont réunies. Tous les médias, y compris les médias alternatifs, ne parlent que du coronavirus et à un moment où, étant tous confinés chez nous, nous avons plus de temps pour nous informer et suivre de près l’actualité, les informations nous font cruellement défaut. 

 

Nous avons cependant appris que le Gouvernement de Donald Trump, loin de s'unir à la solidarité internationale pour lutter contre ce terrible fléau, a durci le blocus commercial, économique et financier auquel il soumet depuis des années des pays libres et souverains. Ces mesures font obstacle aux importations d'aliments et de médicaments, de matériel médical dont les pays ont besoin pour faire face à l'épidémie. Ce seul fait devrait susciter l’indignation du monde entier car derrière ce type de mesures, il y a l'intention de perpétrer un génocide... Mais il y a pire. Accusant faussement le Gouvernement du Président Nicolas Maduro de s'enrichir grâce au trafic de drogues, Donald Trump n'a pas hésité à mettre à prix la tête du Président Nicolas Maduro et de certains hauts fonctionnaires vénézuéliens, comme aux temps de la conquête de l'Ouest !

S'appuyant toujours sur ces fausses accusations, il a décidé d'envoyer des bateaux de guerre et des avions dans la Mer des Caraïbes, tout près des côtes du Venezuela, pour « lutter contre ce trafic » et de doubler les capacités militaires des Etats-Unis en Amérique Latine et dans les Caraïbes... La menace est si réelle que des parlementaires colombiens supplient le président Ivan Duque de ne pas entraîner le pays dans une guerre avec le Venezuela, déclenchée par les Etats-Unis.

Par ailleurs, un bateau de passagers battant pavillon portugais et probablement chargé d'amener des mercenaires au Venezuela a attaqué il y a quelques jours un bateau garde-côtes vénézuélien et le Gouvernement a démantelé une tentative de coup d'Etat et a eu connaissance de plans destinés à assassiner le Président Nicolas Maduro. 

Mais rien de tout cela dans nos médias. Les seules informations qui nous parviennent sont celles qui concernent l'avancée de la pandémie et les mesures prises par les divers Gouvernements pour y faire face. Certes, ces informations sont édifiantes et pleines d'enseignements : ce sont les pays socialistes qui prennent les mesures les plus adaptées pour protéger le peuple, un pays pauvre comme Cuba possède un médicament 

que le monde entier réclame, et envoie de par le monde des brigades de médecins qui apportent une aide efficace à des pays bien plus développés que cette petite île des Caraïbes. Et les États-Unis, la première puissance mondiale, sont incapables de gérer cette crise. Certes, c'est aussi un devoir pour nous, organisations de solidarité, de répercuter les réussites de Cuba et du Venezuela dans la gestion de la pandémie, il faut parler de la Brigade Henry Reeve qui se dévoue depuis des années, bien qu'à sa création, elle ait été refusée par le pays qu'elle était destinée à aider (les Etats-Unis après l'ouragan Katrina) dans tous les pays victimes de catastrophes naturelles ou de fléaux divers et est actuellement présente dans 37 pays touchés par le coronavirus.

Rendre justice à ceux qui agissent est important mais il est plus important encore de protéger ceux qui sont en danger de disparaître parce que leurs opinions politiques, leur modèle économique ne conviennent pas aux Etats-Unis et que ceux-ci convoitent leurs richesses naturelles.

Pour la République Bolivarienne du Venezuela, le danger n'a jamais été si réel, si imminent. Certes, nous ne pouvons pas manifester bruyamment dans la rue à cause du confinement mais nous pouvons élever notre voix sur internet, sur les réseaux sociaux, par tous les moyens dont nous disposons, pour faire connaître ce danger, condamner l’attitude des Etats-Unis qui cherche à tirer profit du malheur de l'humanité et faire connaître haut et clair notre soutien au président Nicolas Maduro, démocratiquement élu par le peuple vénézuélien qui a choisi la voie bolivarienne en toute liberté et indépendance. 

Françoise Lopez

présidente de Solidarité Bolivarienne

URL de cet article:

http://bolivarinfos.over-blog.com/2020/04/venezuela-plus-que-jamais-la-patrie-de-bolivar-a-besoin-de-nous.html

 

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires