Breaking News

Venezuela : Le coronavirus inoculé intentionnellement à des Vénézuéliens en Colombie ?

23 Mai 2020
409 fois

Caracas. Samedi 23 mai 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Le président vénézuélien, Nicolás Maduro, s'est étonné mercredi du taux étonnamment élevé de personnes infectées par le COVID-19 parmi les Vénézuéliens qui sont rentrés de Colombie. « Dans les investigations primaires qui ont été faites sur les Vénézuéliens contaminés, is nous disent que, d'un moment à l'autre, ils ont commencé à les faire monter dans des bus. Ils ont quitté les villes de Bogotá, Cali et Medellín en parfaite santé. Ils n’avaient eu de contacts qu'avec leur famille et ils pensent qu'on les a contaminés dans les bus, » a déclaré le président.

Le Venezuela a confirmé 75 nouveaux cas en 24 heures dont 66 sont des personnes qui sont rentrés au Venezuela de Colombie et 1 du Brésil.Le 19 mai, on rapportait 131 nouveaux cas positifs sur lesquels 110 étaient des personnes qui revenaient d'autres pays. Parmi elles, 81 arrivaient de Colombie. Le dimanche, 37 nouveaux cas ont été enregistrés sur lesquels 24 étaient importés et le samedi 45 nouveaux cas ont été enregistrés sur lesquels 34 étaient également importés.

Le Président vénézuélien a accusé à nouveau son homologue colombien Iván Duque d'avoir ordonné ors d’une réunion privée de faire tout ce qui était possible pour contaminer le Venezuela. Il dit qu'il a les preuves et que des investigations sont en cours : « Nous sommes en train de prouver qu'il y a un nouvel ingrédient qui est la méchanceté de contaminer des Vénézuéliens. Il y a une enquête. »

La vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodríguez, a aussi signalé qu'on avait dénoncé devant l'Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS) le peu de coopération du Gouvernement colombien dans le contrôle de ce qu'ils appellent les «trocheros», ou personnes qui se consacrent à introduire illégalement des citoyens de Colombie au Venezuela par des chemins illégaux («trochas» ou «chemins verts») en évitant les contrôles migratoires et que ces personnes soient examinées pour savoir si elles ont le COVID-19 ou mises en quarantaine.

Elle a aussi dénoncé le fait que sur un vol en provenance du Pérou qui faisait partie du Plan Retour dans la Patrie, au début du mois, « la moitié des voyageurs étaient contaminés et quelques 50% n'ont pas pu monter dans l'avion parce qu'on leur a découvert le coronavirus avant qu'ils montent dans l'avion et ils sont restés là, sous la bonne garde de l'ambassade. »

Face au nombre élevé de cas sur la frontière, le Gouvernement a décrété un couvre-feu dans les municipalités frontalières des états de Zulia, Bolívar, Apure et Táchira. De même, tous les Vénézuéliens qui entrent dans le pays doivent rester 14 jours en quarantaine sur al frontière alors qu'auparavant, la quarantaine avait lieu à la destination finale des voyageurs.

Maduro a aussi demandé aujourd'hui à la force Armée Nationale Bolivarienne et à la Police Nationale d'être en alerte maximale face à ces faits et il a ordonné de multiplier les lits militaires, les tentes et les hôpitaux de campagne « pour avoir 2 000, 3 000 lits ou tous ceux qui manquent » à la frontière d'Apure, de Táchira et de Zulia. Il a indiqué qu'il a envoyé un hôpital de campagne à Santa Elena de Uairén, état de Bolívar. Ils sont destinés à augmenter le nombre de personnes qui pourront être soignées.

D'autre part, Maduro a évoqué les déclarations faites mardi par le ministre de la Défense de la Colombie, Carlos Holmes Trujillo, qui a admis implicitement que « l'Opération Gedeón » avait été préparée en Colombie. Le ministre s'était montré ennuyé par le fait que le Gouvernement du Venezuela ait tellement d'informations, d'enregistrements, de vidéos et de photos de ce qui se passe en Colombie et avait dit que les mécanismes destinés à identifier les fonctionnaires publics colombiens qui ont fait passer des informations au Venezuela allaient être intensifiés. A ce sujet, Maduro a déclaré : « Qu'ils enquêtent ! Ils ne trouveront rien. Nous savons faire notre travail pour défendre le Venezuela, protéger le peuple et préserver la paix de notre pays. »

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires