Breaking News

Venezuela : ABC et Ledezma cherchent à faire croire à une nouvelle crise des missiles

25 Juil 2020
604 fois

Caracas. Samedi 25 Juillet 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Les batteries médiatiques qui se dirigent d'Espagne contre le Venezuela ont l'habitude d'être pleines de mensonges facilement démontables. La bêtise et la démesure ornent les faux bruits des médias les plus à droite d'Espagne et sont toujours accompagnés de personnifications politiques peu légitimes.

Quand le président Nicolás Maduro a dénoncé la campagne médiatique orchestrée par Elliott Abrams, l'envoyé spécial de Washington pour tenter de changer le régime de la République Bolivarienne, il fallait s'attendre à ce que non seulement les médias vénézuéliens et étasuniens anti-chavistes s'activent mais aussi à ce que les médias espagnols comme El País, La Sexta et ABC se joignent à eux pour miner au niveau médiatique le camp politique et social vénézuélien sur les réseaux, les chaînes et dans les approches.

Le fugitif Antonio Ledezma, ancien maire de Caracas, a répondu à la convocation d'Abrams et a donné à ABC de fausses informations que, sans les vérifier, les éditeurs du journal ont publiées sans aucune vergogne comme ils l'ont fait auparavant à propos du Venezuela, du chavisme et du Gouvernement vénézuélien

Avant de démonter cette désinformation, il faut rappeler qu' ABC avait publié le mois dernier un faux reportage dans lequel il affirmait que le Gouvernement vénézuélien finançait secrètement le parti politique 5 Etoiles en Italie qui a été totalement démenti et pour lequel le média espagnol ne s'est ni excusé ni rétracté. Personne ne s'attendait réellement à ce qu'il le fasse étant donné sa réputation.

Le 21 juillet, il a publié sur son site «Ils alertent sur le déploiement de systèmes de défense antiaériens russes au Venezuela, »  un article qui, ne serait-ce qu'à cause de l'évidente désinformation qu'il contient, n'a pas été largement repris par le reste des médias anti-chavistes au Venezuela. Voyons.

Selon les « sources anonymes » de Ledezma, 11 unités de systèmes russes de défense anti-aérienne S-400 et S-500 sont déployés dans différents états du Venezuela pour « défier les États-Unis » et commencer une « course aux armements » de l'Amérique du Sud et des Caraïbes. Une information pour laquelle soi-disant l'ex-maire de Caracas allait déposer une « plainte » à l'ONU et à l'OEA.

Les systèmes antiaériens russes

Il est certain que, comme ABC le fait dire à Ledezma, ces systèmes antiaériens russes « sont les meilleurs du monde » mais c'est la seule chose qui soit vraie dans ce que raconte le média espagnol.

Les S-400, par exemple, valent 500 000 000 de $ car c'est l'un des modèles les plus demandés au monde. Selon la CNBC, « quelques 143 pays se sont montrés intéressés par l'achat de S-400 » parce qu'ils coûtent moins cher que les Patriot Pac-2 (1 000 000 000 de $) et les THAAD étasuniens (3 000 000 000 de $).

De plus, l'achat des S-400 ne demande pas de remplir autant de conditions et d'être aussi dépendant envers le Kremlin que l'achat des systèmes made in USA, qu exige un mariage total avec d'Armée des États-Unis car le Pentagone et la Maison Blanche règlent les paramètres des 2.

En outre, les systèmes russes ont une plus forte puissance de feu et la capacité de « neutraliser un éventail plus large d'objectifs et à a fois plus haut, » rapporte Mundo Sputnik.

Une autre note de l'agence russe explique que « le système antiaérien S-400 Triumf (SA-21 Growler dans la classification de l'OTAN) est capable d'abattre des avions furtifs, des missiles de croisière, des missiles balistiques tactiques et tactiques-opérationnels. »

Les S-500 ont toutes les capacités du modèle précédent mais avec plus de puissance de feu en parlant de façon exponentielle et c'est déjà prouvé par l'armée russe car ils seront déployés sur tout le territoire de la Fédération en 2021. 

Est-il possible que les services de renseignement et de sécurité militaires des Etats-Unis n'aient pas été avertis du déploiement des systèmes antiaériens russes au Venezuela, ces unités énormes et complexes devant être achetées sur le marché international ? Personne au Venezuela ne se serait rendu compte de cela, alors que les mouvements de la Force Armée Nationale Bolivarienne (FANB) sont connus pratiquement au jour le jour ? 

Pour Ledezma et ABC, seul un modèle militaire qui n'a pas été mis au point au Venezuela peut être déployé dans le pays.

Un détail

Déjà, ABC avait « informé » que le Gouvernement de Vladimir Poutine avait l'intention d'installer un bouclier antiaérien sur la base aérienne Capitán Manuel Ríos de El Sombrero, dans l'état de Guárico et dans d'autres installations, à la mi-2019. Cette information n'avait rien de nouveau si nous tenons compte des contrats militaires signés ces dernières années par les Gouvernements du Venezuela et de la Russie.

Il s'agissait probablement de l'installation du système de défense antiaérien russe S-300, aujourd'hui opérationnel à El Sombrero, une localité qui n'est même pas mentionnée par Ledezma dans le plus récent « reportage » d' ABC. 

L'achat des S-300 fut mené à bien par le Gouvernement du présidentHugo Chávez et ils sont arrivés au Venezuela en 2013. BBC Mundo avait qualifié leur installation dans l'état de Guárico de déploiement « du meilleur système de défense aérospatiale de la région. » l 

Les S-300 ont été décisifs dans la capacité de défense de dissuasion de la Syrie dans la guerre transnationale qui lui a été imposée grâce à l'assistance russe qui lui a remis les premiers exemplaires en 2018. 

Ainsi, le fait qu'il n'existe pas de déploiement des modèles que Ledezma et le média espagnol d'extrême-droite mentionnent et qu'il y a des années que la doctrine de défense intégrale du Venezuela a été mise en place sont corroborés.

L'alarmisme de Ledezma amène à comparer son « information de sources anonymes » à la crise des missiles nucléaires soviétiques à Cuba de 1962, un événement historique loin de la tension actuelle entre les Etats-Unis, la Russie et le Venezuela.

Alors que l'escalade de 1962 a presque amené une guerre nucléaire entre le Gouvernement de John F. Kennedy et l'Union Soviétique, le contexte est bien différent en ce moment puisque les menaces militaires sont unilatérales et viennent des Etats-Unis. Elles ne s'inscrivent pas dans le cadre d'attaques nucléaires et le Gouvernement Trump n'implique pas la Russie dans ses ultimatums envers le Venezuela.

De plus, il y a une différence abyssale entre un système de défense antiaérien et un système de missiles balistiques. Ce dernier destiné à une attaque extrême et le premier est destiné à dissuader d'accomplir différentes actions militaires.

En tout cas, ce que fait Ledezma grâce à cette désinformation, c'est hurler pour qu'on retire les systèmes antiaériens russes pour qu'on puisse activer « l'option militaire » pour renverser le président Nicolás Maduro.

ABC cite le dirigeant anti-chaviste en faisant les éloges de la thèse selon laquelle le Venezuela entre dans une « course aux armements »... Avec qui ? Avec la Colombie, le Brésil, le Panamá, des pays impliqués dans le siège régional contre notre pays, aussi dépendants de la technologie et de l'industrie militaire étasuniennes que le Venezuela des russes, en ce moment ? Le raisonnement géopolitique ou militaire pour affirmer cela ne tient pas.

Mais les éditeurs d'ABC considèrent cela comme un scoop et prennent le risque que ce qu'ils ont publié puisse être analysé et démenti par n'importe qui , d'un groupe politique ou d'un autre, ayant des connaissances minimales des opérations de la FANB et du marché des armes russe. Ce n'est pas un hasard dans le nouveau chapitre de la guerre médiatique perpétuelle contre le Venezuela.

traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

https://www.resumenlatinoamericano.org/2020/07/24/venezuela-abc-y-ledezma-escriben-un-nuevo-capitulo-de-la-campana-mediatica/

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires