Breaking News

Venezuela: Qu’est-ce que l’Alternative Populaire Révolutionnaire ? Décembre sans quarantaine ?

21 Nov 2020 Jesús A. Rondón
346 fois

Caracas. Samedi 21 Novembre 2020. CCN/Bolivarinfos/Françoise Lopez. Ces élections ont créé une situation nouvelle. Pour la première fois, le chavisme n’y va pas uni, ce qui nous amène nécessairement à nous poser des questions sur le nouvel acteur politique qui a surgi. Dans cet article, nous présenterons les principaux traits de cette option et nous examinerons les annonces du Gouvernement bolivarien concernant l’élimination des restrictions mises en place pour contrôler le coronavirus au Venezuela. Enfin, nous soulignerons que cet article est le numéro 20 et nous remercierons ceux qui rendent possible sa publication comme ce site sur lequel je lis cette note et les camarades qui le soutiennent volontairement en le traduisant en français, en italien et en allemand.

Qu’est-ce que l’Alternative Populaire Révolutionnaire ? 

Les élections destinées à former le nouveau Parlement sont   essentielles  pour le chavisme car l’opposition qui y participe a entrepris peu de travail politique avec ses membres. Dans les rues, on le voit,  c’est le chavisme qui cherche à mobiliser sa base électorale, d’une part, le Grand Pôle Patriotique avec le Parti Socialiste Uni du  Venezuela (PSUV) à sa tête et d’autre part, l’Alternative Populaire Révolutionnaire (APR), avec le Parti Communiste du Venezuela à sa tête. Le PSUV  a une machinerie électorale éprouvée et soutenue par des personnalités qui occupent des charges d’Etat et mettent sa disposition d’énormes ressources alors que l’APR se présente plus modestement et de façon plus artisanale. Pour comprendre la dynamique électorale, il faut se demander quelle différence fait l’APR en tant qu’expression du chavisme dans ces élections. 

L’APR est un mouvement alluvionnaire récent né des tensions à l’intérieur du chavisme, essentiellement concernant les réponses que donne le Gouvernement bolivarien aux mesures coercitives unilatérales mises en place par le Gouvernement étasunien et ses alliés. Elle s’est constituée en tant que structure avec des propositions électorales bien qu’elle prétende être une plate-forme de lutte de longue haieine et aller au-delà des élections. Ils disent être d’accord avec des principes comme l’anti-impérialisme, le socialisme, la récupération de l’héritage de Chávez mais avec un programme commun encore épars, c’est-à-dire en processus de définition.

Plusieurs organisations politiques font partie de l’APR  dont le Parti Communiste du Venezuela, le Courant Marxiste International, Tupamaros, Somos Lina, entre autres. Cette option électorale est représentée aux élections par le Parti Communiste du Venezuela grâce au fait que certaines organisations ont été touchées par des décisions du Tribunal Suprême de Justice à cause de conflits internes qui ont provoqué l’idée de présenter une option alternative au Grand Pôle Patriotique.

Dans les discours des dirigeants de l’APR, il y a d’autres éléments communs que nous n’allons pas hiérarchiser. Ils se présentent comme une référence éthique et cohérente et revendiquent aussi une position de classe, celle de la classe ouvrière. Ils encouragent cette base du chavisme déçue par une partie de la direction du PSUV et les actions que le Gouvernement bolivarien fait ou cesse de faire.

Il est naïf d’attendre que l’Alternative Populaire Révolutionnaire ob tienne la majorité mais il faut constater que dans le chavisme, d’autres voix commencent à s’exprimer, des voix qui, éventuellement peuvent contribuer à engager le débat sur des problèmes en suspens comme celui des salaires, à l’Assemblée Nationale. Avec n’importe quel résultat, sa participation aux élections apporte à l’APR de la force dans son processus d’accumulation organique pour avoir une incidence sur la corrélation des forces dans le chavisme, ce qui n’est pas sans danger.

Nouvelles des élections

  • Le Conseil National Electoral a signé un accord avec le Conseil d’Experts Electoraux d’Amérique Latine (CEELA) pour le contrôle international des élections. Cette entité, qui réunie des experts électoraux de la région, a déjà participé à des élections antérieures.
  • Cette semaine a commencé l’accréditation des témoins électoraux proposés par les organisations politiques qui participent aux élections. Selon la capacité d’organisation des partis, ces témoins peuvent être présents dans tous et dans chacun des bureaux de vote pour témoigner que les opérations du système électoral se déroulent comme prévu. Ce processus d’accréditation se fait en ligne et s’achèvera le 28 novembre prochain.
  • Les machines à voter commencent à être distribuées dans tout le pays. Ce sont celles qui ont été contrôlées et elles garantissent la transparence du vote.
  • La chancellerie vénézuélienne a engagé les démarches pour inviter les personnes qui viendront remplir les fonctions de contrôleur international de diverses parties du monde  et assurer la logistique. Elle prend aussi les mesures de biosécurité nécessaires.
  • Dimanche 15 novembre, on a réalisé ls seconde simulation du processus électoral avec la même quantité de bureaux que précédemment, c’est-à-dire environ 400. Cette simulation est destinée à ce que les électeurs continuent à se familiariser avec le système de vote. Le bilan de cette simulation, selon le Conseil National Electoral et les organisations politiques, a été positif et le nombre de participants a été élevé, comme pour la première simulation. 

Décembre sans quarantaine ?

Le président Maduro a répété ce week-end qu’il estime qu’en décembre, la population vénézuélienne ne sera plus en quarantaine, une mesure mise en place par le Gouvernement bolivarien pour contrôler la pandémie, de sorte que toutes les activités qui sont réduites actuellement ou soumises à un assouplissement, pourront fonctionner. L’autorisation de fonctionnement accordée à toutes les activités économiques implique de toujours respecter strictement les mesures de biosécurité dans tous les espaces où les gens vivent. Cette mesure, pour certains secteurs, n’est qu’une officialisation car dans les faits, ils fonctionnent en ignorant les restrictions du Gouvernement.

Le président Maduro a ordonné de coordonner avec les entreprises qui possèdent des cinémas et des théâtres la façon dont elles pourront réactiver leurs activités. On envisage aussi d’ouvrir les terminaux terrestres pour permettre le transport interurbain qui en ce moment se fait en privé à des prix élevés et sont payés en dollars. En ce qui concerne le transport aérien, cette semaine, l’organisme de régulation de l’aviation civile a autorisé les vols au départ et à destination de Panamá, ce qui s’ajoute à d’autres destinations comme la Turquie, le Mexique et la  République Dominicaine.

Au Venezuela, le. sport qui est le plus regardé à la télévision est le base-ball. Le Gouvernement bolivarien a autorisé la saison 2020-2021 à commencer mais la Ligue Vénézuélienne de Base-ball Professionnel n’a pas encore annoncé son début réel. On estime que les stades pourraient ouvrir au public avec  40 % du public.

Dans notre pays, il y a une diminution importante du rythme de contagion, ce qui s’exprime dans le fait que le nombre de cas diagnostiqués par jour qui, cette semaine, n’a pas atteint les 400. Dimanche 15 novembre, seuls 5 % des cas diagnostiqués étaient des cas actifs, c’est-à-dire 4128 sur les  92 373 qui ont été testées positives. Les cas actifs ont été soignés en majorité dans le système de santé national public. Le nombre de morts par jour a aussi diminué de façon importante et aujourd’hui, on dit que 851 personnes sont mortes du virus. Le nombre de tests réalisés continue d’augmenter, de sorte que plus de 2 250 662 de tests ont été réalisés aujourd’hui.

Brèves :

Le Président Nicolás Maduro a invité Joe Biden à rétablir les mécanismes de dialogue entre les administrations conformément au principe de souveraineté et de respect. Le Gouvernement bolivarien a encouragé plusieurs initiatives publiques et privées de dialogue et y a participé. Maintenant, il réaffirme son orientation en proposant des ponts au président élu des Etats-Unis d’Amérique.

Le président élu des Etats-Unis d’Amérique a déclaré qu’une fois investi, il ferait un changement important dans les politiques migratoires restrictives mises en place par Donald Trump, ce qui voudrait dire qu’il accorderait le statut de réfugiés aux Vénézuéliens en situation irrégulière.

L’Union européenne a prolongé d’un an l’ensemble de mesures coercitives unilatérales qu’elle mis en place contre le Venezuela. Le chancelier vénézuélien Jorge Arreaza a condamné cette confirmation de la politique d’ingérence du bloc communautaire européen et a dénoncé sa soumission à la politique étrangère des Etats-Unis.

Dimanche dernier, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne au Venezuela a quitté le pays, ouvrant la voie à une nouvelle situation des relations diplomatiques entre les 2 pays. Il sera remplacé par un chargé d’affaires. La délégation espagnole dans notre pays a eu des relations étroites avec l’opposition au chavisme et a facilité la mise en œuvre de certains de ses plans.

On espère que les exportations de pétrole augmenteront avant la fin de l’année grâce à différentes tactiques mises en place récemment pour sa commercialisation parmi lesquelles réduire les conditions auxquelles est soumis le Venezuela pour commercialiser les hydrocarbures en permettant de développer des accords avec des intermédiaires (dont la domiciliation ne serait pas précisée) et de les transporter sur des bateaux qui feraient en sorte de ne pas être identifiés sur leur trajet. Tout cela pour rendre plus difficile la persécution des opérations pétrolières vénézuéliennes de la part du Gouvernement des Etats-Unis.

Dans le cadre de l’impact des mesures coercitives unilatérales du Gouvernement des Etats-Unis, la transnationale étasunienne Cargill a vendu ses installations à l’entreprise à capital vénézuélien et à un fonds sur lequel on n’a que peu d’informations, de sorte qu’elle ne cessera pas d’opérer dans notre pays dans les prochains mois. Les installations de Cargill produisent des aliments pour les hommes et les animaux (essentiellement des hydrates de carbone et des huiles).

Si vous souhaitez commenter ce texte, demander qu’on approfondisse un sujet ou poser tout autre question en rapport avec ce texte, vous pouvez écrire à l’auteur : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Traduction Françoise Lopez pour Bolivar Infos

Source en espagnol :

Jesús A. Rondón

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires