Breaking News

Guadeloupe. Coups de feu à Basse-Terre : pourquoi Priscilla Lonn a-t-elle été tuée ?

04 Aoû 2017
5807 fois
Priscillia, la jeune femme abattue derrière cette porte, au pied de la cage d'escalier adjacente au bâtiment où elle habitait Priscillia, la jeune femme abattue derrière cette porte, au pied de la cage d'escalier adjacente au bâtiment où elle habitait Alexandra Giraud

Basse-Terre, Capitale. Vendredi 4 août 2017. CCN. Priscilla Lonn, une jeune femme de moins de 30 ans a été tuée mercredi soir à 20h45 à Basse-Terre, à quelques encâblures du CHBT. 3 impacts de balles ont été retrouvés sur son corps. Habitante de la cité Mont Bazin en périphérie de la capitale, la jeune femme était descendue après avoir entendu une dispute en bas de son immeuble pour vérifier si son compagnon était impliqué ou pas. A peine descendue près du bâtiment adjacent au sien, elle  a été abattue. Les raisons de cette mort demeurent pour l’heure encore très mystérieuses. La police poursuit ses investigations.

PHOTO 1 2

Le bâtiment J de la cité Montbazin, où résidait la victime

« Elle est morte pour rien », s’indigne Alfred Vermont de Boisrolin, adjoint au Maire, délégué à la sécurité. Le mobile a été établi par la police judiciaire, l’enquête est ouverte. Jeudi après-midi, une réunion d’urgence s’est tenue à l’Hôtel de Ville de Basse-Terre, rassemblant le maire, Marie-Luce Penchard, le préfet et les forces de l’ordre. « Le choc est là », pour le Maire, qui tient malgré tout à rassurer la population, en soulignant le fait que qu’elle fait confiance au préfet, ce dernier lui ayant « donné un certain nombre de garanties ».  Un Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance aura lieu dés jeudi matin prochain. « Il n’est pas question de baisser les bras » pour le représentant de l'État français qui insiste sur l’amplification des actions déjà engagées dans les heures et les jours qui viennent.

debatauto

Une réunion d'urgence a eu lieu jeudi dans l'après midià la Mairie de Basse-Terre avec le Préfet, le Maire et les représentants des forces de l'ordre 

Un événement qui survient peu de temps après qu’un autre homicide ait été commis dans la même ville le 17 juillet dernier, lors d’une altercation entre deux hommes convoitant la même femme. L’un des deux, féru d’arts martiaux, avait alors transpercé l’autre homme d’un couteau. Similairement à cette affaire, il ne s’agirait pas d’un règlement de compte, selon Nicolas Le Guernevel, Commandant de Police et Chef du Commissariat de Basse-Terre, également présent à la réunion d’urgence jeudi. 

Ce meurtre est le 24éme depuis le début de l’année. Il vient s’ajouter à la déjà trop longue liste des homicides qui font trop souvent la une de l’actualité en Guadeloupe. La réunion d’urgence convoquée par le maire de Basse Terre en présence du préfet n’est qu’un premier pas, mais non une solution. La question de toute cette violence dans nos villes a des causes très profondes, qu’il faudra traiter. Pour l’heure, les sociologues et les psychologues guadeloupéens sont plutôt muets, et nos jeunes s’entretuent. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Alexandra Giraud

Journaliste CCN

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires