Breaking News

Guadeloupe. Musique : en chant classique ou en chant populaire, « soyons nous-mêmes »

04 Déc 2017
449 fois

Pointe-à-Pitre. Salle Rémy Nainsouta. Lundi 4 décembre 2017. CCN. Chanteurs, chorales ou amateurs de musique se sont réunis le 23 novembre dernier à Pointe-à-Pitre pour une conférence-débat autour du thème de « la décolonisation vocale ». Analyse de la formation classique au chant, par José-Gérard Toucet et son invitée spécialement venue du Mexique, Séverine Parent.

Nous sommes conscients qu’il n’est pas possible d’être biens et équilibrés tout seul. Nous sommes des êtres de relations, multiples, nés dans un endroit entouré de cadeaux de la nature.

« Nous », c’est « nous » dans la globalité – José-Gérard Toucet

José-Gérard Toucet ouvre la conférence débat par une introduction linéaire au thème de la conférence-débat. Un thème pas seulement réservé à la région Guadeloupe. Nous sommes conscients d’une sorte d’influence très forte de part les différents courants, médias, systèmes en place, l’homme dans son intégrité a de plus en plus tendance à se laisser envahir malgré lui. Nous ne pouvons pas être vraiment à notre place si là où nous sommes, nous ne nous sentons pas en accord avec nous même. Soyons à l’écoute de ce que nous sommes. Le travail vocal  est prétexte le plus formidable pour aller à la rencontre de soi-même. La voix est faite pour notre bien-être. La voix apprend au travers du rythme, de l’écoute et de l’échange à explorer des univers visibles et même invisibles.

José-Gérard ToucetSaintannais d’origine, José-Gérard Toucet passe 30 années en tant que chanteur, chef de cœur et coach vocal en France. Œuvrant depuis 1979 pour le développement du Gospel, il organise divers ateliers-chorales dans plusieurs villes du continent et participe à de nombreux concerts tant en Europe qu’aux Etats-Unis. Il crée avec une amie la première chorale francophone constituée de Noirs Antillais et Américains. Régulièrement invité sur les plateaux de télévision, participant entre autre à « L’école des fans » de Jacques Martin, cet ensemble vulgarisera l’art de ce genre musical en France et révèlera de nouveaux talents.Pour acquérir et transmettre une meilleure maitrise de la voix, José-Gérard Toucet suit diverses formations auprès de grands noms de chant lyrique, comme Raphaël Sikorski au Laboratoire de la voix, David L. Jones Le teacher mentoring program à New-York. Iseult Welsch du Centre de psychophonie Héliogramme de la méthode Marie-Louise Aucher. Mais c’est la formation complète au coaching vocal (FoVMACO) selon la pédagogie de Richard Cross qui déterminera son plaisir d’enseigner et de créer des formateurs.En 2016, il revient mettre toutes ses compétences au service de ses compatriotes. Il dirige et dispense en Guadeloupe une formation performante préparant aux métiers de Coach Vocal, de Formateur en Communication Orale et de Professeur de chant. Il est le formateur détaché dans la Caraïbe francophone pour l’école Richard Cross, organisme qui donne accès à une certification professionnelle du niveau III (Bac + 2), déclaré au JORF au n°0182 le 5 août 2017, texte n° 31, Arrêté du 28 juillet 2017 portant enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles.

Séverine Parent, invitée de Gérard Toucet, partage ensuite son parcours dans le domaine de la voix. Française en dépit de son accent québécois tenace qu’elle décrit comme un « virus », elle vit aujourd’hui au Mexique. Elle ne vient finalement de nulle part, songe-t-elle. Ayant reçu une formation de piano classique à partir de 4 ans, de clarinette  et de chant à partir de 15 ans jusqu’au niveau de l’opéra elle Rencontre Richard Cross, qui est conseiller vocal. Elle commence à travailler avec lui. Richard Cross ouvre son esprit à d’autres écoutes et perceptions de la voix, jusqu’au jour où elle découvre sa voix de poitrine. Elle quitte alors le classique pour avoir accès à toutes les possibilités et couleurs vocales que lui offre sa voix.

Richard CrossFoVMACO a été pensée et mise en place par le Chanteur classique Richard CROSS devenu chanteur moderne d’adoption. Coach vocal réputé, notamment pour des artistes majeurs, tels Annie Lennox, Hélène Ségara, Julie Zenatti, Maurane, Michel Polnareff, Michel Sardou, Zazie, etc..., il compte plus de 400 passages à l'écran dans plusieurs émissions de télévision dont M6/Popstars, TF1/Star Academy, entre 2001 et 2012, ce qui l’a rendu populaire auprès du grand public. Depuis 2005, il consacre l’essentiel de son temps à former des professeurs de la voix. Sa formation a récemment reçu une certification professionnelle du Niveau III (Bac + 2), déclaré au JORF au n°0182 le 5 août 2017, texte n° 31, Arrêté du 28 juillet 2017 portant enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles. De cette formation sont déjà sortis plus de 300 coachs vocaux dispensant leur savoir et venant en aide à des milliers de chanteurs et orateurs de par le monde.

Le modèle de ce à quoi elle a été confrontée en tant que pédagogue, c’est l’imposition d’un modèle pour la voix à tous les chanteurs, quel que soit leur style. La seule manière de la travailler semble être le classique. Si on veut faire de la musique traditionnelle, amplifiée, chinoise, de gorge : le modèle occidental ne convient plus.

Finalement, qui nous a mis dans la situation où seul un chemin parait bon à suivre ?

L’histoire de la voix dans l’histoire humaine remonte à très loin. Il y a 35 000 ans, les gens chantaient déjà, pour preuve : les peintures rupestres. On en est venus à différencier les musiques, parce que les musiques dites « savantes » viennent des monastères et de la musique militaire. La révolution française a développé les hymnes pour mobiliser les gens. A partir du 18ème siècle, les classes dominantes commencent à dire « voici le système de musique tel qu’on le conçoit, c’est celui que nous allons transmettre à nos enfants à l’école ». La tradition pourtant, dans les chants populaires, est très présente à cette époque, par le biais de la transmission orale. Les règles édictées par l’éducation nationale à cette époque transparaissent tel quel : « bien respirer », « avoir le corps droit », « faire des notes aigues mais pas criées ».

Pour exemple, Edith Piaf, qui chante tout en voix de poitrine et non en voix de tête. C’est la tradition dans les classes populaires. La voix de tête étant plus légère.

« Au conservatoire, ils ne sont que conservateurs » - Séverine Parent

Expérience : « ce son là n’est pas beau ». Un jugement de valeur qui revient souvent chez les professeurs de chant classique. Ce système classique reste néanmoins un très bon système de formation. Il transmet certaines valeurs mais dans le même temps un certain formatage, qui exclu les gens qui ne rentrent pas dans la boite. Finalement, un système qui fini par se scléroser.

Beaucoup de personnes rejettent ce système classique de formatage.

« Chacun a sa place » - José Gérard Toucet

Nous sommes dans un système de chant équivalent au système économique mondial. La performance passe avant la jouissance et le bien-être.

L’anecdote de la compétition chez les chanteurs d’opéra de Séverine Parent en dit long : quand elle était petite, elle était à l’opéra d’Avignon, pour voir « La Traviata ». Lorsque le ténor a manqué LA note aigue la plus difficile de toute l’oeuvre, il s’est fait huer par le public.

Dans les musiques populaires, on dit d’abord un texte avant de penser à la mélodie. Pour exemple : Serge Gainsbourg. En classique on va de voyelle en voyelle. En populaire, on va de consonne en consonne.

« Je défends la fusion des musiques, de faire ce que tu veux avec ta voix » - Séverine Parent

Alors pourquoi l’idée de décolonisation ?

On intellectualise tellement la technique, que tout à coup la personne devient un ensemble de techniques et manque d’âme et de cœur. « Pour moi, la technique est un outil, et ne devrait pas devenir l’objectif final de l’apprentissage du chant », déclare Séverine Parent. Le but premier doit rester le plaisir, sans jugement. L’apprentissage théorique de la musique lui a appris à déconstruire les instincts. Il faut trouver un équilibre entre compréhension, instinct et plaisir. Jusqu’à 25 ans, elle chante dans le classique, puis elle prend encore 15 ans de plus pour retrouver le plaisir d’être sur scène et pour se couper de l’analyse constante. Voici ce qu’est pour nos deux protagonistes la décolonisation vocale.

« Pourquoi vouloir être quelqu’un d’autre que la personne qu’on est ? » - Séverine Parent

Cette question de la voix va plus loin : est-ce que c’est seulement dans la musique classique qu’il y a un besoin de décolonisation ?

Quand les enfants sont en contact avec la musique dés leur plus jeune âge dans le foyer, ils ont un accès à l’art beaucoup plus facile, car des connexions se font jusqu’à l’âge de 7 ans. Un autre exemple de colonisation par le son : la musique pop américaine, qui est un format aussi. Un modèle finalement très réducteur, qui rentre aussi dans un phénomène de compétition de voix. On a développé chez les gens le désir de compétition. Il ne faut pas oublier que morphologiquement, on nait avec un timbre de voix qu’on peut développer ou pas.

« La différence fait peur. Pourtant, la différence est une richesse » - José-Gérard Toucet

Après la déconstruction, Séverine s’est reconstruite grâce à Richard Cross. Ce qui la frappait, c’était la souffrance dans laquelle les gens étaient au moment de chanter. C’est comme ça qu’elle a reconstruit sa vision de la voix, de la pédagogie. Elle a commencé à considérer qu’en dehors de la compétition, tout son côté humain était légitime. En Amérique Latine par exemple, beaucoup de gens ont de l’air de la voix. Air que les professeurs classiques veulent supprimer et appellent « vice » en espagnol. « Je me suis acceptée dans l’entièreté de ce que je suis », conclut-t-elle fièrement.

Elle ressent alors par la suite plus de tolérance face à ce qu’elle pouvait écouter et qu’elle ne comprenait pas auparavant. Cela dit, le système classique lui a apporté des richesses qu’elle n’oublie pas, au contraire : elle essaie de faire un pont entre les deux mondes.

Par ailleurs, l’instrument de la voix est élastique, mais jusqu’à un certain point. Il y a des côtés qui disparaissent. La voix est toujours une sorte d’équilibre. Il y a toujours un prix à payer. Il faut accepter d’utiliser juste une zone. Ca reste quand même l’instrument le plus versatile. Il faut « trouver un équilibre entre analyser trop ou analyser et sentir ».

« On vient à l’autre avec sa propre histoire », Séverine Parent

Enseigner le chant, ou apprendre le chant, c’est recevoir un vocabulaire particulier. L’important, c’est de garder une ouverture d’esprit.

« Il ne faut pas rentrer dans des schémas de peur, car il n’y a rien à gagner dans la peur » - José-Gérard Toucet

Séverine ParentFormatrice vocale d’origine française et canadienne est reconnue internationalement pour son travail de « dénicheuse » de talents artistiques et de coaching vocal notamment pour la prestigieuse production canadienne le « Cirque du soleil », où elle a sélectionné près de 500 des meilleures voix du monde pour leur base de données.Séverine Parent a dirigé de nombreuses auditions, ateliers et conférences en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique Latine et dans la Caraïbe. Son professionnalisme, sa formation  et la maitrise de trois langues (français, anglais et espagnol) lui ont permis de partager son savoir autour du monde. Son expérience tient d’une excellente formation professionnelle, dont une licence en histoire à la Faculté d’Aix-en-Provence (1994) et divers diplômes obtenus en musique au Conservatoire de Musique de Cavaillon France (1998), en chant lyrique au Lycée Musical de Marseille (1997) et pour la formation des professeurs de l’Ecole Richard Cross (2000).Elle s’est produite comme chanteuse lyrique pendant plusieurs années sur les scènes françaises et suite à la formation de Richard Cross a œuvré comme coach vocal dans « Roméo et Juliette », « Graal », « Je m’voyais déjà », « Chicago », « Mozart », « Bloodbrothers » en France et au Québec. En 2005, elle a travaillé pour le « Festival Montréal en Lumière », comme assistante à la programmation et coordinatrice pour l’Agence Artistique Deschatelets jusqu’en 2008.Elle vit actuellement au Mexique où elle a fondé avec Raùl Hernandez la compagnie « Vocalery » (2016) avec laquelle elle parcours l’Amérique Latine, proposant des ateliers de technique vocale et de pédagogie Richard Cross.Séverine a récemment créé au Vénézuela la fondation « SonArtes » avec laquelle elle a organisé plusieurs activités de collecte de fonds. Parmi ces activités, des ateliers de technique vocale à Caracas, à San Cristobal, l’enregistrement d’un disque, des concerts … Séverine assure aujourd’hui la direction vocale du département de diffusion culturelle du « Tecnologico dde Monterrey », apportant soutien aux chanteurs des spectacles de cette université (Queen, La famille Addams …).
Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires