Imprimer cette page

Guadeloupe. Courrier de M. Jacques Bangou à Josette Borel-Lincertin

15 Fév 2019
4740 fois

Pointe-à-Pitre. Vendredi 15 février 2019. CCN. L'objet de ce courrier, Réunion du « Congrès des élus Départementaux et Régionaux ».

Madame la Présidente, Chère Josette,

A l’initiative du Président de la République, le Gouvernement a engagé un Grand Débat National sur des thématiques telles : la fiscalité et les dépenses publiques ; l’organisation de l’Etat et des services publics ; la transition écologique ; la démocratie et la citoyenneté. Thématiques qu’il estime couvrir les grands enjeux de la nation.

Comme beaucoup de mes collègues Maires, dans le cadre de cette démarche citoyenne, j’ai mis à la disposition des administrés de la ville de Pointe-à-Pitre, un cahier de doléances et de suggestions, afin que les Pointoises et les Pointois qui le souhaitent, puissent exprimer leurs attentes.

Une autre phase a été lancée et à laquelle j’ai répondu par ma présence, celle de la rencontre au Palais de l’Elysée avec le Président de la République.

Cette rencontre doit nous interpeller.

En effet, dans un débat très encadré où les questions demandaient à être connues à l’avance, il a fallu plusieurs heures pour que les élus fassent entendre leur différence d’appréciation s’agissant de deux points très sensibles : les sargasses et la reconnaissance du caractère cancérigène du chlordécone.

En effet, proposer pour solde de tout compte 5 millions d’euros pour la collecte « sous 48 heures », des sargasses à fait bondir les maires de Guadeloupe et Martinique dont les communes sont exposées à cette catastrophe sanitaire et économique.

Mais surtout, la réponse du Président de la République aux questions posées sur l’empoisonnement des sols par le chlordécone et les conséquences sur notre santé a été

Irrespectueuse pour le travail produit par des scientifiques de renom, les professeurs Pascal BLANCHET et Luc MULTIGNER, comme pour les populations exposées et les malades victimes de cet empoisonnement.

Une mobilisation s’impose pour infléchir les réponses du chef de l’Etat et du gouvernement. Mais, madame la Présidente, bien d’autres points ont été abordés qui appellent à une grande vigilance citoyenne et politique.

Vous aurez constaté comme moi, que le Président de la République a constamment, dans ses réponses sur la vie chère et les finances des collectivités locales, déroulé ce qui semble être son fil conducteur :

-       Lutte contre les monopoles (ce que nous lui accordons) mais sans annonces nouvelles, pour mettre à genoux les rentes monopolistiques.

-       Mais surtout disparition des primes de vie chère en demandant aux élus d’en prendre la responsabilité politique. Ceci sans un mot, pas une fois, sur la responsabilité de l’Etat dans la mise en place initiale de cette compensation financière pour ses propres agents sur une base discriminatoire et coloniale.

Je pense que le Président de la République a révélé, là, les clés de sa philosophie politique à l’égard des outremers.

-       Droit à la différenciation non pas seulement pour reconnaître notre aptitude à gérer en proximité et faire preuve de responsabilité - c’est notre point de vue - mais pour une mise à plat des transferts de l’Etat afin que rien ne soit plus accordé en dehors du droit commun. C’est en ce sens que doivent se lire les réponses apportées sur le RSA et les finances locales avec des reconnaissances en trompe l’œil sur la disparité de la péréquation pour les collectivités locales et l’acceptation de prise en charge du RSA par l’Etat en lieu et place du Département.

-       Politique économique et réponses sur l’emploi qui se résument à laisser faire le marché en installant la concurrence.

Il nous appartient, nous guadeloupéens et en particulier nous élus, de faire entendre notre désaccord mais être aussi force de proposition.

Aussi, profitant de cette opportunité et face aux grandes difficultés auxquelles est confronté notre archipel, je vous demande, comme vous l’avez d’ailleurs récemment annoncé, de convoquer, dans les meilleurs délais, le « Congrès des élus Départementaux et Régionaux », sous votre présidence et sur lesdites thématiques, qui pourraient s’élargir à des problèmes spécifiques locaux.

En effet, la production d’un document unique, au titre de la contribution des guadeloupéens unis et solidaires, démontrera notre volonté d’aller vers la différenciation et vers plus de responsabilité, comme le préconise d’ailleurs le Président de la République dans des conditions acceptables pour avoir un réel impact sur le développement de la Guadeloupe.

Les propositions qui en découleront, devront toucher à une nouvelle organisation territoriale, administrative, économique et sociale de notre pays.

A ce stade, le maire que je suis et le PPDG, dont j’assure la présidence, sommes prêts à porter toute notre contribution à la réussite de ce « Congrès » et aux propositions concrètes qui en sortiront.

Dans la perspective de la réunion de ce prochain « Congrès  des élus Départementaux et Régionaux » que j’appelle de mes vœux et restant à votre entière disposition pour toute contribution utile, je vous prie de croire, Madame la Présidente et Chère Josette, à l’expression de mes sentiments distingués et cordiaux.

Fait à Pointe-à-Pitre, le 7 février 2019.

  

Le Docteur Jacques BANGOU

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Dernier de CCN