Breaking News

Guadeloupe. Déclaration du Kolèktif Doubout pou Gwadloup !

26 Jui 2019
3218 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi 26 juin 2019. CCN. Les 26 et 27 juin 2019, le Congrès des élu·e·s se réunira pour “initier un cycle de travaux sur l’avenir du territoire”. Nous, Guadeloupéen.ne.s de l’émigration, faisons cette adresse aux élu·e·s, organisations patriotiques, progressistes, syndicales, aux membres de la société civile et à la jeunesse de notre pays :

Nous savons tous la mélasse dans laquelle notre pays se trouve empêtré.

Echec scolaire, chômage massif, endémique, délabrement de la production guadeloupéenne, persistance d’une domination de “l’import-distribution” —qui fait de notre territoire un marché de consommation captif aux mains de monopoles et au seul profit des exportateurs, au détriment de l’emploi productif—, chlordécone, sargasses, empoisonnement des eaux et des denrées végétales, dégradation du CHU, pénurie d’eau, violences, explosion du nombre de cas de cancers, de leucémies et d’infertilité, inégalités sociales et discriminations raciales, émigration forcée en particulier de la jeunesse et vieillissement de la population... autant de maux dont souffre au quotidien notre pays Gwadloup et dont est victime quotidiennement notre peuple.

Les 171 années d'assimilation et 73 ans de départementalisation n’ont jamais réellement brisé les chaînes de l’héritage colonial, nonobstant des améliorations sur le plan sanitaire, des droits acquis sur le plan social après bien des luttes. Au contraire, ces années ont contribué à aggraver la dépendance de notre pays envers les circuits d’approvisionnement extérieurs. Elles ont aussi révélé les véritables freins qui jugulent toute perspective de développement durable, ont engendré l'augmentation des injustices, les mouvements sociaux et les répressions systématiques. Force est de constater que nous sommes devant un échec indéniable, en particulier sur le plan de l’économie. Celle-ci porte les caractéristiques d’une véritable économie coloniale. Le déséquilibre de la balance commerciale est vertigineux car le volume de produits que nous exportons a considérablement chuté. En outre, l'intégration de la Guadeloupe à l'Union européenne nous place dans une position où les principes de la libre circulation des marchandises, des capitaux et des biens ne favorisent pas notre développement, ne permettent pas non plus à notre production de faire face à la concurrence. Nous nous trouvons donc devant une impasse dont il est vital de nous libérer sans plus tarder. Ajoutons à cela la désinformation orchestrée pour tenter de maintenir notre peuple dans l'ignorance, freiner toute velléité d'émancipation, de prise de responsabilités dans la gestion de nos affaires et la défense de nos intérêts, l’aliénation qui obstrue les voies vers la décolonisation dans l’esprit de bon nombre de nos concitoyen·ne·s guadeloupéen·e·s.

Dans ce contexte mortifère, des organisations patriotiques, progressistes, syndicales, des associations, des hommes et des femmes résistent, luttent, dénoncent depuis des décennies, parfois au péril de leur vie et de leur liberté, le déclin économique et la crise sociale, sanitaire et environnementale qui gangrènent notre pays Gwadloup.

Cependant, force est de constater qu'au delà de ces revendications sur le plan social, économique, sanitaire et environnemental, la question politique et son corollaire le projet politique, pourtant au cœur de tous les maux de la Gwadloup, sont les grands absents du débat guadeloupéen. Pouvons-nous aujourd’hui, et compte-tenu du constat ci-dessus, nous contenter de grappiller un ersatz d’aménagement institutionnel dans le cadre d’une réforme constitutionnelle pensée par la France, dont nous ne serions pas les inspirateurs quand nous sommes à même de concevoir et réinventer le devenir de la Gwadloup afin de doter notre pays des instruments novateurs favorables à son développement par l’institution de nouvelles instances de décision ?

Nous, membres de la diaspora, déclarons que l’heure est venue, pour les guadeloupéen.ne.s, de prendre leur destin en main. Nous appelons solennellement toutes les organisations politiques, syndicales, associatives, mais aussi et surtout la jeunesse de notre pays, à s’unir et faire front commun dans un grand élan de solidarité afin de mettre en œuvre toutes les voies et moyens pacifiques nécessaires pour sortir notre pays GWADLOUP de l’errance idéologique, de l’immobilisme intellectuel, de la dépendance économique et sociale, de la course vaine à une prétendue égalité réelle, un soi- disant rattrapage de développement. Nous appelons à un sursaut contre l’assimilation qui nous engloutit progressivement et méthodiquement, contre la colonisation de nos esprits qui nous aliène, nous prive de toute idée d’émancipation et nous plonge dans la dépendance. L’heure de la responsabilité assumée est venue.

Pour la Gwadloup, ce pays nôtre, dont nous avons hérité, ce pays nôtre où coule le sang de nos ancêtres qui se sont tant battus afin de gagner leur liberté, nous devons, à notre tour, nous lever, ensemble, unis dans la solidarité guadeloupéenne, pour élever notre nation au rang des nations libres de ce monde. Nous nous devons de poursuivre la lutte engagée depuis des siècles, pour cette même liberté, encore inachevée.

Citoyens et citoyennes de Gwadloup, le temps de la construction d'un projet guadeloupéen, pensé et maîtrisé par les Guadeloupéen·ne·s, ouvert sur la Caraïbe, au sein du continent américain, en solidarité avec le monde africain, en lyannaj avec le reste du monde, ce temps là a sonné !!

Citoyens et citoyennes de Gwadloup, raffermissons nos cœurs, renforçons nos esprits, galvanisons notre foi en notre peuple, devenons des bâtisseurs et bâtisseuses d'une nouvelle Gwadloup, débarrassée de ses oripeaux coloniaux, souveraine de ses choix politiques, maîtresse de son orientation économique, déterminée à repenser l'éducation et la formation de tous ses concitoyen·e·s, à travers ses langues, sa culture, son histoire, son patrimoine. Faisons naître une Gwadloup intégrée au monde caribéen, en solidarité et coopération avec ses voisin·e·s caribéen·ne·s et américain·e·s, soucieuse de se construire un avenir durable, dans la protection et la valorisation de son environnement.

Citoyens et citoyennes, élu·e·s du peuple, membres et élu·e·s de la société civile, faisons front commun, au delà de toute obédience, unissons nos forces pour reconquérir notre qualité de peuple digne et fier, convergeons vers la lutte pour la liberté, la responsabilité, la souveraineté, selon les étapes librement consenties par les populations natives et la diaspora de notre Gwadloup bien-aimée.

Annou doubout pou sové péyi la é gannyé libèté an nou !

Kolèktif Doubout pou Gwadloup !

- Jèrmen Beautin, assistant social
- Janpyè Chaville, association Éritaj, ingénieur en électrotechnique, formateur en langues et cultures créoles - Jèrti Dambury, autrice et metteure en scène
- Maks Diakok, danseur et chorégraphe
- Didyé Dorzil dit Dòwla, président de Mouvement Culturel Choukaj, conducteur de bus, militant syndical, guadeloupéen engagé
- Janpyè Dupont dit Tizòrèy, éducateur sportif, ambulancier, militant culturel
- Klodyo Gane, ouvrier du bâtiment, musicien gwoka, militant culturel
- Téo Lubin, Comité du 10 mai, régisseur, animateur radio
- Widi Mango, auteur, musicien gwoka, militant culturel
- Toni Mango, association Éritaj, enseignant langues et cultures créoles
- Jan-Iv Saint-Clair, Mouvement Culturel Choukaj, Conducteur de bus, militant culturel
- Kolen Serin, Technicien fret aérien, animateur radio, musicien gwoka, militant culturel

Évaluer cet élément
(2 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires