Breaking News

La Réunion : Xavier Niel casse la « pwofitasyon » pour lancer Free Mobile dans les dernières colonies

06 Juil 2017
3743 fois

Saint-Paul, La Réunion. Jeudi 6 juillet 2017. CCN. Moins d’un an après avoir été autorisé à lancer un réseau de 4ème génération sur l’île de la Réunion, l’opérateur français Free Mobile a lancé mardi son premier forfait téléphonique dans les dernières colonies françaises (DCF). Une offre unique dans tous les sens du terme : 9,99 € par mois et sans engagement. C’est deux fois moins cher qu’en France. Le trublion des télécoms justifie ce positionnement tarifaire par sa volonté de ne pas prendre part au phénomène de « statrosphérisation » des prix observé depuis des lustres sous les tropiques. Bref, Iliad-Free se joint à la lutte contre la pwofitasyon, le mouvement de protestation contre la vie chère dans les DCF. Vraiment ? Éléments de réponse.

Autorisé dans un premier temps en octobre 2015 par l’autorité de la concurrence à entrer au capital du consortium malgache Hiridjee, opérant sous la marque Only à la Réunion, puis un an plus tard, en octobre 2016, par l'Arcep à déployer un réseau de téléphonie 4G dans les DCF, Free n’a pas traîné pour déployer ses antennes et lancer ses premières offres commerciales ou plutôt son unique offre : appels illimités (à La Réunion, vers la France, les DCF et les fixes en Europe), SMS illimités selon les mêmes modalités, MMS illimités à la Réunion, la 4G+ à La Réunion avec un fair use de 25 Go, le roaming illimité depuis la France, les DCF et l’Europe vers La Réunion. Tout cela pour 9,99 € par mois ! Qui dit mieux ?

Pour l’instant, personne. Pas même Free Mobile France ! Il ne sera pas aisé de dupliquer l’offre d'abondance de Free sans tailler dans ses marges et fragiliser son modèle économique. Cependant, ne rien faire serait accréditer les accusations portées par  Xavier Niel dans son keynote organisé mardi au cinéma Cambaie : « Depuis que je suis à La Réunion, je n’enlève plus mes lunettes car j’ai l’impression de tout payer deux fois plus cher. On a décidé de mettre fin à ces disparités en lançant Free à La Réunion ». En marge du keynote de présentation, Xavier Niel enfoncera le clou au micro de nos confrères d’Antenne Réunion, « c’est plus simple de déployer un réseau ici [ndrl. à La Réunion], on y paie moins de TVA donc on peut avoir des prix beaucoup plus serrés et donc maintenant les Réunionnais vont payer deux fois moins cher qu’en métropole, c’est fini d’être les mal lotis ! ». 

Au-delà de la rhétorique bien rodée de l’enfant terrible des télécoms français, le forfait à 9,99 € par mois apparaît surtout comme une arme de dissuasion contre un quadruple play lowcost que pourrait dégainer la concurrence en réponse à l’agression et auquel Free ne pourra répondre faute d’un réseau fixe. En effet, aussi bien dans son dossier de candidature à l’attribution de fréquences 4G que devant les députés français en juillet 2016, Maxime Lombardini, le DG de Free, n’a eu cesse d’affirmer la volonté de l’opérateur d’appliquer des tarifs identiques à ceux pratiqués en France, c’est-à-dire une offre principale à 19,99 € et une secondaire à 2 €. Les opérateurs réunionnais s’étaient donc préparés en conséquence. Ils ont opté pour le lancement de marques lowcost censées mieux contenir le tsunami annoncé tout en protégeant les marges de la maison-mère. Il s’agit de Red pour SFR avec un forfait aux alentours de 25 € et Koifé pour Orange qui s'alignera sur le tarif devenu un standard, 19,99 €.

L’autre solution consiste à lancer des offres quadruple play combinant le fixe et le mobile défiant toute concurrence à des tarifs suffisamment alléchants. Or, le fixe est sans nul doute le talon d’Achille de Free Mobile. En faisant son entrée sur le marché réunionnais avec un tarif aussi bas, Free Mobile cherche surtout à couper de l’herbe au pied de ses concurrents. On peut s’abonner à l’internet fixe chez Orange ou SFR tout en ayant un abonnement mobile chez Free. Et ce, sans se ruiner.

L’opérateur n’a pas « pour l’instant » de réseau fixe dans les DCF, dixit Niel. « Pour l’instant ». Une précision qui est tout sauf rhétorique. Xavier Niel laisse clairement entendre que les choses pourraient évoluer. Son expérience mi-figue, mi-raisin sur le marché suisse où il a racheté à travers NJJ Capital, sa holding personnelle, l’ex-Orange Suisse rebrandé pour l’occasion Salt, l’a conduit à envisager la construction d’un réseau fixe pour proposer de l’internet fixe en fibre optique (et surtout faire du mobile à moindre coût !).  Et si la prochaine arrivée de Free Mobile aux Antilles s’accompagnait de la Freebox ? À suivre.

Revoir le keynote de Free Mobile Réunion.

Interview de Xavier Niel pour Antenne Réunion.

Évaluer cet élément
(12 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires