Breaking News

Guadeloupe. Politique : Victorin Lurel est-il vraiment déjà de retour ?

29 Sep 2017
1862 fois

Basse-Terre, Capitale. Vendredi 28 Septembre 2017. CCN. Le week-end dernier, la liste qu’a présentée l’ex-président de Région aux sénatoriales françaises a raté de peu le grand chelem. En remportant 2 sièges sur les 3 en jeu, Victorin Lurel refait un peu surface. Faut-il extrapoler et penser que cette victoire aux sénatoriales est le signal de départ d’une possible reconquête ? S'agit-il aussi d’une nouvelle défaite pour le camp d’Ary Chalus ? La bataille des Régionales 2020 serait-elle déjà engagée ?

 Même si les sénatoriales ne mobilisent  que les grands électeurs, à l’annonce des résultats, les lurelistes présents dimanche à la préfecture ne cachaient pas leur joie.

Depuis la déculottée aux régionales de décembre 2015, le cuisant échec des socialistes aux présidentielles françaises, les lurelistes n’en menaient pas très large. Les deux sièges de sénateurs sont donc pour eux à la fois une (petite) revanche après une série de déconvenues et la preuve que Victorin Lurel demeure toujours pour cette  fraction de la « gauche »  traditionnelle guadeloupéenne ( PS et PPDG), un stratège et un leader.

Dans la majorité régionale bicéphale  d’Ary Chalus, ces sénatoriales ont eu un goût plutôt amer, singulièrement pour la composante de droite qui demeure toujours très divisée et n’enchaine que des défaites.

Ainsi aux dernières législatives, le maire de Vieux-Habitants Aramis Arbau, qui avait été préféré à Luc Adémar, n’avait pas tenu la distance. Il s’était fait battre par Hélène Vainqueur, l’ex-suppléante  de Victorin Lurel. Cette fois-ci, c’est Luc  Adémar, plus ou moins (mal) soutenu par sa famille de la droite divisée qui échoue à la sénatoriale.

Enfin l’autre composante de la majorité  régionale, désormais plus macroniste  que de gauche, a quand même réussi à sauver les meubles. Dominique Théophile, l'ex-président du GUSR qui avait été sacrifié aux dernières législatives au profit d' Olivier Serva, arrache de justesse un fauteuil de sénateur.

Eric Jalton, un autre poids lourd de l’échiquier politique, connait lui aussi  quelques difficultés. Rozan Rauzduel qui fut son poulain aux législatives de mars dernier, a très mal résisté à la marche en avant d’Olivier Serva, qui est devenu le nouveau député de la première circonscription.

Cette fois, c’est Fabert Michély, le premier adjoint à la mairie des Abymes, bénéficiant du soutien théorique d’ Eric Jalton qui échoue lamentablement aux sénatoriales. Il ne recueille sur son nom  que 42 voix, loin, très loin derrière Dominique Théophile qui lui rassemble 221 suffrages.

Ces échecs successifs pour Eric Jalton, peuvent-ils être considérés comme autant de signaux d’alerte avant la  grande bataille des municipales abymiennes de 2020 ? Olivier Serva  devenu aux Abymes le principal opposant, pourra-t-il mettre Eric Jalton en danger ? Pas sûr, car dans son  proche entourage, on laisse entendre qu’il pourrait plutôt partir à la conquête de la Région et tenter de succéder à l’actuel président si ce dernier décidait de passer la main. 

De son côté, Victorin Lurel qui fut il y a de cela quelques années, l' artisan du renouveau de la fédération du PS français après la mort de Fréderic Jalton, s’active depuis des mois dans la création d’un nouveau grand parti de Gauche guadeloupéenne. Le PPDG de Jacques Bangou, guère visible au-delà de Pointe-à-Pitre, est déjà en marche avec Lurel. Ce nouveau parti qui rassemblera, outre les socialo-lurelistes, le PPDG et quelques éléments isolés, deviendrait alors la grosse machine de guerre au service de Lurel dans la perspective d’une éventuelle bataille  des Régionales.

Les mois à venir sont donc porteurs d’une possible recomposition du paysage politique de la gauche traditionnelle. Le GUSR de Guy Losbar, très proche de la République en Marche (LREM) de Macron, pourra-t-il freiner le balan de Lurel ?

La droite divisée, en totale perte de vitesse et sans véritable leader ni projet pour la Guadeloupe, n’est-elle pas à terme condamnée à se refonder pour ne pas disparaître totalement ?

Mais attention, Lurel n’ a remporté les sénatoriales que grâce aux grands électeurs, c’est-à-dire, tous ces maires et élus qu’il avait soutenus et  arrosés  quand il était encore président de Région.

Reste à savoir si dans l’opinion guadeloupéenne, Lurel qui était très largement distancé  par Ary Chalus, aussi bien dans les sondages que sur le terrain concret, a vraiment progressé.

Les sénatoriales, très peu médiatisées, arrivant peu après l’ouragan Maria, n’ont guère retenu l’attention d’une opinion  publique qui elle, a porté Chalus à la Région mais qui attend avec une certaine impatience les promesses de cette nouvelle gouvernance.

 

 

 

resultatsenatorial

 

 
 
 
 
 
Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires