Breaking News

Guadeloupe. Seniors : L’alcoolisme comme remède à la solitude ?

11 Oct 2017
580 fois

Petit-Bourg. Hôtel de Ville. Mercredi 10  octobre 2017. CCN. Dans le cadre de la « Semaine Bleue », dédiée aux personnes âgées et dont le thème cette année est « A tout âge, faire société », une conférence-débat a eu lieu à la Mairie de Petit-Bourg. En présence d’un médecin, le public venu nombreux a eu l’occasion d’échanger, d’opiner, de questionner sur la question de l’alcool chez les personnes âgées. Le Dr Francis Ezelin revient avec nous sur cette rencontre, primordiale pour la prévention de l’alcoolisme chez nos seniors. 

Suite à la projection d’un court-métrage intitulé « L’honorable Monsieur Justin », réalisé avec l’aide d’acteurs amateurs et financé par l’Agence Régionale de Santé, le débat s’est ouvert autour de la question de l’alcool chez les personnes âgées.

Le film retraçait la plongée dans l’addiction à l’alcool des personnes âgées. Au travers de cette conférence, le Docteur Ezelin souhaite particulièrement mettre en garde la population guadeloupéenne, au demeurant vieillissante, contre l’addiction à l’alcool. « Une épidémie jusqu'à présent silencieuse », selon le médecin, « qui se voit de plus en plus », puisque la part des séniors est de plus en plus grande dans le schéma démographique de notre territoire.

Les causes de ces potentielles addictions : la solitude, l’isolement, la tristesse et le veuvage. Principaux conseils pour lutter contre ces risques de dérapages incontrôlés : « faire du sport », « s’engager dans la vie associative », et « ne pas hésiter à se faire aider ». A partir du moment où l’homme est dans l’addiction, « c’est qu’il est en souffrance », rappelle le spécialiste. Dans ce cas de figure, le jugement est à fuir à tout prix, pour tenter d’apporter son aide à un sénior dans l’addiction.

« Il n’y a pas de raison qu’on commence à boire après 60 ans ». Un raisonnement à ne pas prendre à la légère. Un sénior nouvellement alcoolique est un sénior en souffrance.

Le Docteur Ezelin a mené une étude sur la région de la Basse-Terre. Après avoir interrogé 260 personnes en risque d’addiction à l’aide d’un questionnaire, il s’est avéré que 42% de ces personnes, similairement à une étude menée dans la région de Bordeaux, avaient un problème avec l’alcool. Parmi ces pourcentages, 1/3 de femmes, 2/3 d’hommes.

Autre problème soulevé conjointement par le médecin et par certains des membres du public : la dissimulation de l’addiction. Par différentes techniques, les personnes âgées ont parfois tendance à cacher leurs bouteilles, sous leur lit par exemple.

Avec l’aide d’un confrère, Francis Ezelin donne des consultations gratuites et anonymes à Basse-Terre : « il faut se battre pour les aider ». « Le fait de diminuer la consommation aide déjà beaucoup », notamment pour contrer les troubles cognitifs dont sont sujets les personnes âgées.

Adresse : Centre A.B.P.T.A. : 11, rue Maurice Marie-Claire, 97100 Basse-Terre. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Alexandra Giraud

Journaliste CCN

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires