Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 2474

Guadeloupe. Prévention: Un carnaval sans CHU et sans urgence donc sans violences ?

08 Jan 2018
765 fois
Claire Darius, Président du Comité du carnaval de Basse-Terre - Uber 3000 Claire Darius, Président du Comité du carnaval de Basse-Terre - Uber 3000

Basse-Terre. Préfecture. Lundi 08 janvier 2018. CCN. A l’heure de l’ouverture de la saison carnavalesque 2018, une réunion de travail a eu lieu vendredi dernier dans la matinée, dans le but de sceller les mesures de sécurité indispensables pour cette période a de l’année qui engendre indéniablement des risques supplémentaires pour les guadeloupéens. La secrétaire générale de la préfecture, Virginie Klès, lev colonel Bazir pour les sapeurs-pompiers et le président du comité du carnaval de Basse-Terre, Darius Claire veulent un carnaval totalement sécurisé ». Le carnaval 2018, se fera dans un contexte particulier, celui d’un hôpital de campagne (escrim) toujours en place après l’incendie du CHU ce qui ne facilitera pas la prise en charge des urgences en cas de besoin. Explications

Durant cette période carnavalesque 2018, somme toute plus courte que les années précédentes, l’Etat français, les maires et les organisateurs de manifestations carnavalesques travaillent de concert pour garantir la sécurité pendant le carnaval. Un contexte particulier cette année néanmoins, puisqu’un plan vigipirate est en vigueur et que les soins depuis l’incendie du CHU sont réorganisés.

Pour ce faire, 500 gendarmes et policiers sont déployés pour sécuriser les sites et les abords de la quarantaine de défilés prévus.

Nous avons interrogé la secrétaire générale de la préfecture, le commandant des sapeurs-pompiers et le président du comité du carnaval de Basse-Terre :

CCN : La situation est cette année exceptionnelle pour la prise en charge des urgences médicales ?

Virginie Kles secretaire generale de la prefecture et sous prefete de Basse Terre 002

 

Virginie Klès : la seule chose qui est un peu spécifique cette année par rapport aux autres années, c’est effectivement l’état hospitalier et notamment la capacité d’absorption des urgences hospitalières sur la Guadeloupe aujourd’hui. L’incendie du CHU n’est pas encore totalement résorbé, en plus en fin de mois on n’aura plus l’ESCRIM, l’hôpital de campagne, donc c’est un point particulier d’attention. Ce qui est mis en place, c’est la réunion d’aujourd’hui, avec une alerte spécifique de tous les organisateurs pour que chacun d’entre eux soit particulièrement attentif à mettre en place sur le terrain les moyens nécessaires de prévention.

CCN : Quel sera le cheminement des urgences médicales ?

Le colonel Bazir commandant des sapeurs pompiers de Guadeloupe 001

 

Colonel Bazir : Ce sera le cheminement actuel, c'est-à-dire qu’aujourd’hui et au moins jusqu’à la fin janvier, les urgences sont amenées vers l’ESCRIM de Pointe-à-Pitre, puis il y a un redispatching interne qui se fait. Après le 29 janvier, date où normalement l’ESCRIM termine sa mission, ça suppose que le service des urgences ait pu reprendre son activité au CHU : à ce moment là, on les emmènera directement au niveau du service des urgences du CHU. A l’heure actuelle, on est encore en train de travailler avec la préfecture et le CHU sur justement cette ouverture du service des urgences. .

CCN : Sur quels points de sécurité, en tant que président du comité du carnaval de Basse-Terre, insistez-vous particulièrement ?

Darius Claire : Nous insistons sur la discipline de nos membres, du public, et nous insistons aussi sur les questions de sécurité. Nous insistons aussi sur le fait que la collaboration des forces de sécurité et de l’ordre est nécessaire et incontournable. Mais le gros souci reste que le public qui participe soit discipliné et que nos membres puissent s’exprimer en toute sécurité.

 

La préfecture rappelle les mesures de sécurité :

Durant les défilés :

-       Laisser libre des axes rouges, qui servent à la circulation des services de sécurité et de secours

-       Respecter les zones de stationnement prévues

-       Ne rien laisser dans les voitures qui pourrait attirer les convoitises

-       Repsecter les consignes données par les organisateurs et les forces de l’ordre

-       Utilisation recommandée de timbales à la place des verres

-       Pas de pétards ni d’armes factices

-       Pas de deux-roues dans les défilés

-       Pas de vente d’alcool sur la voie publique

-       Les ventes en caddies sont interdites

Sur la route :

-       Respecter les limitations de vitesse

-       Porter un gilet réfléchissant et utiliser une lampe de poche, ou à défaut porter des vêtements clairs pour être mieux vu la nuit

-       Attacher la ceinture de sécurité à l’avant comme à l’arrière

-       Mettre et attacher le casque pour les deux-roues motorisés, passagers y compris

-       Respecter les distances de sécurité entre les véhicules et les adapter au trafic et aux conditions météorologiques

-       Celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas

-       Adopter un comportement citoyen sur la route

 
 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires