Breaking News

Guadeloupe. Médias Exit : Pourquoi Michel Reinette a- t- il été obligé de fuir Télé-Guadeloupe 1ére ?

02 Fév 2018
4663 fois

Baie Mahault. Vendredi 2 février 2018. CCN. C’était  au milieu des années 6O, il ne faisait pas  très bon d’être  journaliste  et  gwadloupéyen…   à  Radio  Guadeloupe , officine d’info du pouvoir  colonial francais. Les studios de la radio  de l’époque (la télé n’arrivera que plus tard)  se trouvaient, comble d’ironie  ou  de malchance, à Basse Terre, à moins d’une  minute  de la  Préfecture. Et  « tout naturellement » le Préfet faisait souvent office  de « rédacteur en chef »  de cette radio qui débutait chaque matin ses programmes par une « Marseillaise » tonitruante. D’ailleurs le  télex  de l’AFP était installé non pas à Radio Guadeloupe, mais à la Préfecture. Plus  de 60 ans après, les Préfets se font plus discrets et n’interviennent  plus  de manière aussi péremptoire et directe. . Mais  ce contrôle de  l’information par le pouvoir colonial   a tout de même laissé des traces  ou des peurs dans le cerveau  des journalistes officiant dans ce media .Ainsi  l’une  des séquelles  la plus « visible » de cette époque, c’est l’autocensure, que pratiquent avec une incroyance appétence, certains de nos confrères.

Ainsi donc le journaliste  gwadloupéyen Michel Reinette, qui fit  ses premières armes  au micro de la radio  d’état en Guadeloupe  fut contraint de s’exiler en France, au début des années 80 ; Sans doute  son patronyme était devenu  pour  de  nombreux ( faux)  confrères encombrant.  C’est donc en  France et ponctuellement  à Fort de France  qu’il fit dès cette  époque l’essentiel de sa  carrière. Depuis   2007, il est rédac chef des JT  du weekend end sur une grande chaine francaise .Outre le desk  journalisme, Michel Reinette a réalisé  quelques documentaires, qui sont la preuve de sa volonté de mieux faire comprendre les réalités de son pays. Mais Reinette qui aime  son pays  voulut ,  pour terminer sa carrière  akaz,  revenir y exercer  ses talents.il débarque  donc à  Télé Guadeloupe 1ére  en avril 2017.  Il connaît   bien la maison, et  surtout  la  directrice  qui n’est autre que Sylvie Gengoul, une consoeur qu’il pense être aussi  une  amie de plus de 20 ans. Pendant  ce bref séjour comme rédacteur en chef  à  Télé Guadeloupe 1ere,   Reinette imprime sa marque : L’info de la chaine  (re) prend  alors  des couleurs. Les sujets sont traités, avec une rigueur et  un professionnalisme qui ont souvent  fait défaut dans ce media  où  l’on préfère ronronner  et faire le dos rond  pour ne pas trop se mouiller et déplaire.  Très vite aux yeux de sa propre direction, Michel  Reinette devient encombrant, gênant. au  point que  le journaliste excédé par l’hypocrisie  de certains , la parano  ou l’immobilisme d’autres,  décide de fuir  ce media  télé où il ne faut surtout pas  déranger l’ordre établi.

Exit  donc Michel Reinette, c’est a 2e fois  qu’il est  ainsi viré journalistiquement  de son   propre pays.  Il a adressé à CCN  sa  lettre d’adieu….

La Lettre de Michel Reinette à ses  ex confrères de Guadeloupe 1ère la Télé !

Morne Bernard à Baie-Mahault le mercredi 31 janvier 2018,

 

Chers collègues et confrères,

 

En exergue de ce mot de départ, je voudrais d’abord vous dire ma conviction du devoir accompli à vos côtés.

Vous me donnerez peut-être acte que bien qu’elle se conjugue nécessairement à l’imparfait, cette conviction sanctifie, pour le moins, l’énergie proactive, l’ouverture et la disponibilité, et plus encore la volonté du toujours mieux, jamais marchandée, que j’ai partagée avec les journalistes, les techniciens et l’ensemble de la machine Guadeloupe 1ere.

 

Sitôt embarqué avec vous fin avril dernier, entre émissions et débats calendaire, élections législatives et présidentielle, rages de cyclones en septembre la francophonie, incendie du CHU, histoires d’eau et tutti quanti, j’ai eu à cœur d’impulser un JT ancré dans la réalité du pays-Guadeloupe et réconcilié avec son environnement caribéen.

 

Le rythme imposé par cette actualité trépidante et les contraintes subséquentes, ont pu indisposer certains d’entre vous et bousculer de manière inusitée l’ordonnancement, sur mesure, de leur zone de confort.

Je croyais naïvement bien faire en servant sans complaisance le devoir d’informer, comme le ferait tout professionnel, sous toutes les latitudes.
Je m’avise de mon erreur d’appréciation, sans pour autant m’en mortifier et sans renier rien des méthodes que j’ai appliquées ici et pour lesquelles je croyais avoir été appelé, parce qu’elles avaient été éprouvées et validées ailleurs dans les espaces les plus électifs et les plus sélectifs.

 

Je suis donc effaré qu’on puisse un seul instant, pour de ténébreuses et inavouables raisons, m’imputer des velléités d’ambition de gouvernance que je pourrais avoir aujourd’hui, alors même que certains d’entre vous savent parfaitement que je déclinais tantôt, des propositions récurrentes, autrement plus édifiantes au national.

 

Je suis revenu ici par choix optionnel et racinaire sur des fonctions longuement débattues avec la Direction régionale et les instances nationales.

Le cahier des charges était clair et je me suis attaché à le respecter tout en confessant, à l’heure de vérité, que je m’accommodais mal du confortable conformisme qui parasitait nos audaces tant techniques qu’éditoriales. 

Quoi qu’il en soit, comment imaginer qu’à 6 mois de la retraite, je m’aventure à grenouiller pour tenter d’évincer une Direction, incontestable de rigueur et de talent, exemplaire dans sa gestion et parfaitement intégrée dans une fonction conquise de haute lutte et par ses seuls mérites signalés ?

Ce serait folie et inconséquence, alors même que mes intimes d’ici, savent combien mes impératifs familiaux et mes devoirs paternels exigent de lucidité et de clairvoyance et n’autorisent ni errements ni manquements rédhibitoires.

Alors cherchez l’erreur, et suivez le guide ! 

« Chercheur de vérité, ne prends pas cet (écrit) pour le signe d’un imaginatif. Seul le souci d’amour a conduit ma main droite ». Ainsi parlaient les soufis persans de « La conférence des oiseaux » qui m’inspirent et gouvernent mon propos.

Je pars sur la pointe des pieds pour ne point troubler votre quiétude ni déranger davantage vos coutumes.
Sans inféodation ni coteries et n’ayant ni dieu ni maître, je quitte des frontières où j’ai tout donné sans compter, comptant en revanche sur votre adhésion à une aventure professionnelle que j’avais rêvée jubilatoire. Comme un challenge à relever ensemble.
« Travailler c’est trop dur » disait Henri Salvador ou Julien Clerc, je ne sais plus…

Que la théorie du complot se donne donc licence et à loisir -quel beau mot !- mais vous savez comme moi, qu’il n’y a pas de secret que le temps ne révèle !

Toi ma chère amie avec qui, au fil de nos « carrières », j’ai fomenté tant de connivences et de complicités, jusqu’à mon retour au pays natal, tu me diras un jour à qui profite le crime qui justifie de tels dénis, retournements et reniements.

Toi mon vieux camarade des jours difficiles, tu vois la lumière alors que la flamme de ton « chaltouné » s’est éteinte avec le vent du nord. 

A vous tous mes chers collègues, mes amis comme mes « frères contraires » (Paul Eluard) et autres bifrons parfois myrmidons, sachez qu’à l’heure de vous quitter et au soir de ma longue « carrière », je continue encore à m’inquiéter quand je me regarde, mais rassurez-vous, je me rassure en me comparant.

Au surplus et comme le disait superbement une poétesse sud-américaine anonyme, « je vole au-dessus des querelles, car j’ai longtemps fréquenté les oiseaux », …même de mauvais augure.

 

La saison de vœux touche à sa fin, mais le carnaval bat son plein. Alors, bon carnaval à tous, avec ou sans masques ; et que votre station soit toujours La Première…en Guadeloupe !

Soyez tous heureux.

 

Good bye and Good Luck !

 

Michel Reinette

Évaluer cet élément
(61 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires