Breaking News

Guadeloupe. Mercato : Fin du CDD de Camile Galap  et possible  transfert chez Ary Chalus ?

19 Fév 2018
2826 fois

Basse Terre –Capitale. Lundi 19  février 2018. CCN. La nouvelle  tombée mercredi dernier  ( conseil des  ministres du gouvernement francais) de la nomination d’un nouveau  recteur et donc du départ immédiat de Camille Galap a tout  de même ( un peu) surpris  les acteurs du monde éducatif . 3 ans  après ( Janvier 2015)  son arrivée en Guadeloupe  alors que  son CDD  avec  l’état français est  officiellement  arrivé à son terme, Ary Chalus  rebondit et lui propose un CDI…

 

Flash back : extraits d’une « lettre ouverte »  d’une intersyndicale  d’enseignants publiée en Octobre 2014 et adressée à Stephen Martens, alors Recteur de l’Académie

 

« Les organisations syndicales signataires dénoncent un refus et un mépris systématiques du dialogue social que vous orchestrez et qui aboutit aujourd’hui à une rupture définitive de ce dialogue dans notre Académie. La situation dans notre Académie, loin de s’améliorer, ne cesse de se dégrader. Le système scolaire en Guadeloupe connait des problèmes d’échec et de retard scolaire qui deviennent récurrents et des problèmes structurels de formation, notamment professionnelle avec des orientations inadaptées à notre réalité et à nos besoins en développement. Ainsi, chaque année, c’est près de 1200 élèves qui sortent du système scolaire sans diplôme ou niveau requis pour accéder à un emploi. Le taux d’élèves en difficulté voire en grande difficulté, quel que soit le niveau, est très important dès le CP, ce taux ne fait que s’accroître tout au long de leur cursus scolaire. C’est donc à la résolution de ces questions fondamentales pour l’avenir des élèves de Guadeloupe que vous devriez consacrer toute votre énergie et travailler en synergie avec tous les acteurs de l’éducation dans l’académie. Malheureusement, Il n’en est rien ! (…)C’est pour toutes ces raisons et aussi dans le souci de freiner cette entreprise de casse du service public d’éducation que les organisations syndicales signataires vous demandent unanimement de mettre fin à cette situation en commençant par renoncer officiellement à votre mission de recteur chancelier des universités en Guadeloupe. »

 

Un trimestre plus tard la cause était entendue et Stéphane Martens était dégagé. C’est dans un contexte passablement troublé que Camile Galap, nommé recteur arrive en Guadeloupe. Un pays qu’il connaît parfaitement puisqu’il y a passé une grande partie de son enfance

 

Sitôt installé (janvier 2015) il s’attachera à renouer le fil du dialogue avec les syndicats. Ce ne fut pas chose aisée, car du coté du ministère francais de l’éducation, la tendance principale était déjà à la réduction des moyens donc à la fermeture des classes et à la suppression de postes d’enseignants

 

Ainsi, lors de son 7é congrès le SPEG qui fut pendant très longtemps le fer de lance de la contestation dans le monde de l’éducation soulignait avec force que : « Le système scolaire en Guadeloupe ne remplit ni son rôle d’éducation, ni son rôle de formation. En atteste, une réalité qui persiste et s’aggrave même depuis plusieurs années : un taux d’illettrisme qui dépasse les 25%, des retards scolaires importants, plus de 1000 élèves rejetés chaque année du système sans diplôme ou avec un niveau de formation ne leur permettant pas de trouver un emploi (seulement 35% d’une classe d’âge ayant le BAC) »

 

Trois ans après, Camille Galap n’a pas vraiment réussi à inverser la tendance. Il a sans doute essayé, mais la dure réalité de l’école dans un contexte colonial ne peut être changée d’un coup de baguette magique. L’ex Recteur qui a, à maintes reprises répété au cours de son ultime conférence de presse qu’il demeurait un serviteur de l’état s’est donc employé à appliquer les directives de « son » ministère. Mais alors comment expliquer les communiqués de presse élogieux publiés par les présidents des collectivités majeures regrettant tous son départ ? Le silence très éloquent des syndicats enseignants vaut-il approbation du bilan de Camille Galap. ? L’ex Recteur, en fait, a surtout donné une touche personnelle et humaine à son action. Sa bonne connaissance du « terrain », on ne peut pas le nier, a sans doute facilité ses contacts et son action. Même dans les moments délicats il s’est attaché à ne pas rompre le dialogue social. Curieusement, c’est sans nul doute en tant que Chancelier d’une université très troublée par la « sécession » du pôle guyanais de l’ex UAG, qu’il a du Peser de tout son poids pour apaiser les esprits. Il a surtout eu à gérer la gouvernance souvent contestée et pas irréprochable de Corine Mence Caster. Cette dernière a d’ailleurs recemment publié « Le talisman de la Présidente » un pseudo roman d’aventures, où elle narre avec force détails éclairants, les dessous de l’affaire du Céregmia et la crise de l’ex UAG.

 

Evoquant la longue grève déclenchée sur le Campus de Fouillole ( Guadeloupe) contre son action, l’ex présidente ( rappelons le : démissionna brutalement de son fauteuil en aout 2016) y va de son bouquet de fleurs pour Camille Galap:  «  Il avait fallu fallut un recteur bien courageux et intègre pour ne pas trouver cette situation normale, ni acceptable, pour intervenir auprès de la tutelle de l’Autre Bord en dénonçant les abus aux quels pouvaient conduire les lâchetés institutionnelles ». De son côté Camille Galap a aussi rappelé qu’il a toujours été présent à tous les conseils d’administration de l'université, même quand celle ci était en pleine tourmente. C’est sous sa chancellerie, que Janky a été élu président de l’U. A. Nomination qui n’a pas vraiment résolu tous les problèmes posés ; mais pour l'heure avant une possible nouvelle tempête, il y régne un calme plus apparent que réel. Autre domaine toujours très sensible sous la mandature de C. G, la question du créole à l’école. Face à une réduction drastique des moyens par le ministère français de l’éducation, l’enseignement du créole demeure un souci majeur. Camile Galap admet qu’il a fait avec les moyens accordés et que sous sa gouvernance l’enseignement du créole à l’école n’a pas disparu .Mais a -t il vraiment progressé ? Enfin, c’est sur la gestion post ouragans (Irma et Maria,) qu’il dit s'être le plus impliqué  humainement. Là aussi, les avis sont mitigés, car sur la rentrée à Saint Martin les syndicats et les personnels appelés revenir sur place, ne partageaient pas le point vue rectoral. Six mois encore après Irma à St Martin, la précarité est toujours de mise et cela en dépit de la visite à grand frais de Macron et plus tard celle d’ Edouard Philipe,-Premier Ministre français qui fut l’adversaire politique au Havre de Camile Galap, lors d’une joute électorale.

 

Galap a t- il été « puni » par son Premier ministre ? Rien ne permet de l’affirmer car il a accompli entièrement les 3 années de son mandat… mais ce qui est sur, c’est qu’il se retrouve aujourdh’ui sans affectation précise. C’est peut être à la suite d’échanges avec le président de Région que ce dernier aurait décidé de lui proposer un poste à la direction de Guadeloupe Formation.

 

On sait depuis que l’éviction officielle de Patrick Dumirier à la direction de Guadeloupe Formation a été prononcée, suite a à une action du syndicat CFTC, que le poste était « vacant » Galap comme on le murmure, a t- il déjà accepté ? C’est une possibilité qui lui a été offerte, car l’ex recteur outre des raisons familiales, semble aimer la Guadeloupe et plutôt que de se retrouver dans la France des Edouard Philipe et autre Macron, pourquoi n’accepterait- il pas son transfert à la Région ? Cette hypothèse, si elle se vérifie, serait tout à la fois un pied de nez au gouvernement français et une sorte d’épée de Damoclès sur la tête du nouveau recteur, car il sait qu’il aura sur son action en live le regard de son prédécesseur. Situation inédite en Guadeloupe deux recteurs dans le même espace ? Et puis last not least, le nouveau recteur n’a pas semblé laisser un souvenir impérissable la Réunion, où on peut considérer qu’il a été aussi un peu dégagé. Décidément…

Évaluer cet élément
(7 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires