Breaking News

Guadeloupe. Economie : Le Show Chalus du PPI a-t-il convaincu les patrons ?

19 Mar 2018 Sarah Rinaldo
1753 fois

Jarry. Mardi 20 mars. CCN. Le Président de Région, Ary Chalus, entouré des élus et cadres régionaux a tenté de rassurer tant bien que mal les entrepreneurs guadeloupéens sur l’accompagnement de la Région vers une développement économique, social et environnemental de l’archipel. Malgré les 72O millions d’euros annoncés pour les 2 années à venir, il y a comme un malaise chez les chefs d’entreprises : pourquoi ?

Les élus et les chefs d’entreprise ont majoritairement répondu présent à l’invitation de la Région d’assister à la séance plénière de présentation du plan pluriannuel d’investissement. L‘amphi du WTC était plein à craquer avec des gens assis dans les escaliers d’autres debout, faute de places

WTC 2

« J’ai voulu réunir les acteurs économiques de notre île pour présenter l’état de notre réflexion. Construire la Guadeloupe, cela passe par la concrétisation des grands projets structurants qui participeront à rééquilibrer notre archipel. » précise Ary Chalus.

« De 2018 à 2020, ce sont plus de 720 millions d’euros que nous souhaitons investir donc 485 millions directs de la Région et 235 millions d’euros de subventions d’investissement octroyés aux collectivités, départements communs. » at-il poursuivi.

Ce PPI prévoit :

-        Le projet de « Bus des mers » : c’est 1 Million d’euros pour le lancement de ce mode de transport innovant et durable et 4 Millions supplémentaires pour le déploiement des premières lignes.

-        La construction du nouvel hippodrome Saint-Jacques ; d’ici 2020 c’est 15,7 Millions d’euro qui s’ajouteront au 1,75 Millions déjà investis en 2017 et pour un cout total du projet de 22 Millions d’euros.

-        Les travaux de la cité scolaire de Baimbridge : 51,5 Millions d’euro de travaux dans les trois ans qui s’ajouteront aux 11,5 Millions investis en 2017.

-        La reconstruction du Lycée Gerty Archimède, à Morne à L’Eau pour un coût de 10 Millions d’euros.

-        L’amélioration du réseau routier à hauteur de 63 Millions d’euros de travaux nouveaux d’ici 2020.

-        L’investissement de 46,3 Millions d’euros dans l’environnement et l’énergie.

Difficile cependant pour certains socioprofessionnels de contenir leur inquiétude.

Ainsi, le président de la Chambre du Commerce et de l’Industrie, Patrick Vial-Collet réagit : « Le premier problème que nous connaissons est le suivant : « Comment vont se mouvoir les hommes et les femmes pour venir au travail ? C’est un problème d’infrastructure routière et mais aussi sur la manière de développer le transport collectif au mieux des intérêts des Guadeloupéens. » Le président de la fédération du bâtiment José Gaddarkhan soulève à son tour l’alarmante situation des entreprises et de leurs dettes fiscales : « Quand on entend le montant des investissements, on ne pourrait que se réjouir. Mais, j’espère que les entreprises guadeloupéennes seront toujours vivantes pour pouvoir participer à tous ses travaux. Avec le transfert des compétences vers la Région, il y a urgence car si nous continuons dans cette voie, malgré le montant important des investissements annoncé par la Région, bientôt il n’y aura plus d’entreprises guadeloupéennes pour les réaliser. Les sociétés meurent les unes après les autres. Il y a beaucoup de marchés de maîtrise d’œuvre qui vont sortir en 2018 et j’espère que les entreprises seront toujours là. »

La vice-présidente de la Région en charge du numérique, Diana Perran à rappeler : « Nous sommes pleinement conscients de cet état de fait. Dans l’ensemble des marchés que nous allons passer, nous allons faire jouer cette clause sociale particulièrement dans le domaine du numérique. Ce sont des opérateurs privés qui vont y répondre. Lors des négociations, nous allons insister à ce que des entrepreneurs locaux puissent répondre présents sur ces marchés. »

Le secteur de la pêche cristallise aussi plusieurs appréhensions. Jean-Claude Pioche, maire de la Désirade expose ses difficultés à faire fonctionner un port de pêche, de passagers et de frets : « Il ne faut pas oublier les îles du sud car nous avons des contraintes de triple insularité. »

Des propos à la suite desquels Ary Chalus réagit au quart de tour : « Depuis notre arrivée, les îles du sud ont été les plus accompagnées. Et bien que les ports relèvent de la compétence du Département, j’ai rencontré vos pêcheurs et nous avons voté le budget pour réparer leur pompe à glace. Dès qu’il s’agit de l’intérêt de la Guadeloupe, je fais. Mais il ne faudrait pas que l’on dise que j’ai voulu faire à la place des autres. »

Mais rassurons-nous, la Guadeloupe regorge d’atouts tels que l’attractivité de son territoire qui concourt au bien-être de la population. Celle-ci favorise le tourisme et le nombre grandissant d’investisseurs. Le secteur touristique revêt une importance déterminante car c’est un levier de croissance pour les autres secteurs économiques. L’objectif : atteindre un million de touristes en 2020 pour un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros et la création de mille emplois pérennes.

 

Encadré : C’est quoi PPI ?

Le Plan Pluriannuel d’Investissement (PPI) est un outil de prospective financière élaboré pour la durée du mandat. Il est actualisé chaque année, en fonction des aléas rencontrés.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la Loi NOTRe (7 août 2015), les collectivités doivent présenter le PPI qu’elles ont élaboré pour la durée du mandat.

Il vise à partager la trajectoire financière de la Région Guadeloupe et la traduction en actions sur les 3 prochaines années, notamment en termes d’infrastructures et réseaux routiers, d’équipements sportifs, de développement numérique, de développement touristique et l’attractivité du territoire, le transport, l’appui aux communes, le plan d’urgence pour l’eau potable, la mise en valeur de l'environnement et l’enseignement supérieur.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires