Breaking News

Saint-Martin. Post Irma : La Semsamar lance le big chantier de la reconstruction avant les prochains cyclones !

26 Avr 2018
1086 fois

Marigot. Vendredi 27 avril 2018.CCN. 6 mois après la catastrophe Irma, la Semsamar a convié les medias de St Martin et de la Guadeloupe* pour évoquer devant eux le processus de la reconstruction. Il en ressort principalement que la Direction de la Semsamar a du aller chercher « avec ses dents » les 51 millions d’euros nécessaires auprès des ministères français et/ou des assureurs pour ouvrir le chantier. Le Top départ de la réhabilitation et de la reconstruction est pratiquement déjà donné, mais c’est aussi une vraie course contre la montre qui est engagée, car la saison cyclonique n’est plus si lointaine et elles sont encore nombreuses les résidences dont les toits se sont envolés. Reportage.

De Grand Case airport au centre ville de Marigot, les traces des dégâts causés par Irma sont encore très visibles. L’île a terriblement souffert de ce monstrueux cyclone. Ici une maison individuelle complètement brisée, plus loin au bord de la route des voitures renversées, ou un hôtel qui a connu des heures de gloire et qui essaie de se remettre à flots.

DSC_0771.jpg

 Marigot portera longtemps encore les stigmates d’Irma. Mais la vie, semble vouloir reprendre très timidement ses droits, car quand nous arrivons ce matin-là près du siège de la Semsamar, dans la parking près de la marina, on peut encore garer son véhicule : impensable l’an dernier à la même date !

Marie Paule Romana Bélénus (MPRB) semble à la fois détendue et soucieuse quand elle démarre la conférence de presse.

DSC_0759.jpg

Les médias St Martinois ont fait le déplacement. Du côté des médias Guadeloupéens, il manque RCI, Nouvelles Semaine et Guadeloupe la -1ère. La télévision du service public fait cruellement défaut à St Martin, Michael Bastide qui a assuré avec dévouement la correspondance jusqu'à Irma, n’est plus en poste et personne d'autre n’a encore pris la suite.

MPBR explique longuement chiffres et slides, à l’appui les petites et grandes batailles qu’elle a du mener à bien pour boucler le budget de la reconstruction.

La programmation des travaux est déjà une réalité. La phase 1 concernant les couvertures de résidences, les menuiseries extérieures, les réseaux de fluides, est sur le point d’être activée. Mais il faudra pas moins de 6 à 8 mois, pour que ces travaux arrivent à leur terme, d’autant et cela a été plusieurs fois dit et répétés, on ne peut pas reconstruire à l’identique.

DSC_0770.jpg

Même si les résidences construites par la Semsamar, ont le mieux résisté à la violence destructrice d’Irma, il faudra renforcer les points fragiles et fragilisés, particulièrement les toitures.

La DG de la Semsamar rappelle aussi, que le budget de la reconstruction n’est pas entièrement bouclé. Il manque encore plus de 12 millions d'euros. Mais en dépit de ce manque, il faut y aller !

Sur le terrain, les « reconstructeurs » sont déjà en place, du gros œuvre à la menuiserie, tout le monde est fin prêt. Les entreprises, venant de Guadeloupe, mais aussi de Saint-Martin, sont à pied d’œuvre, et comme la Sensamar, a toujours souhaité développer un volet social, des programmes d’insertions sont parties prenantes de cette reconstruction. Les entrepreneurs en « gagnant » les marchés savent qu’ils doivent aussi contribuer à la lutte contre le chômage des jeunes St-Martinois. Ils travailleront dans le grand chantier de la reconstruction.

DSC_0772.jpg

Mais, personne ne le cache, une grosse inquiétude subsiste : la saison cyclonique 2018 sera t-elle intense ? car tous ces travaux qui démarrent au mois de mai, devront garder un rythme soutenu, pour ne pas être impactés par un éventuel mauvais " " temps "

Les dernières pluies qui se ont abattues sur St Martin, n’ont pas rassuré les sinistrés—toujours sans toit, et parfois sans maison.

Ceux dont les baies vitrées avaient explosé souhaitent désormais autre chose. On l’apprend au cours de l’’exposé, d’un des responsables de la Semsamar, que les habitants des résidences de Saint-Martin souhaitent que leurs maisons soient désormais « bunkerisées », et qu’une pièce au moins de ces habitations se doit d’être à l’épreuve des vents et autres pluies violentes.

Cela entrainera nécessairement un surcoût la Semsamar devra aussi assumer.

33 ans après son installation, la Société d’Economie Mixte de St Martin, a été ébranlée par le cataclysme et l'état ne lui a pas fait  de cadeaux, mais les réserves financières ne l’ont pas mise à nu.

En Guadeloupe, en Martinique, en Guyane, la Semsamar dispose encore de moyens suffisants, de bons contrats d'assurances, à la condition qu’un nouvel ouragan, ne vienne pas encore tout dévaster. La phase 2 de la reconstruction devrait démarrer en octobre : On touche du bois !

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires