Breaking News

Guadeloupe. Crise post-CHU : Le Centre Hospitalier de Basse-Terre acteur incontournable de notre système d e santé

30 Avr 2018
859 fois
La directrice de l'ARS Valérie Denux et les docteurs André Atallah et Stéphane Pelczar La directrice de l'ARS Valérie Denux et les docteurs André Atallah et Stéphane Pelczar

Basse-Terre-Capitale. Mardi 1er mai 2018. CCN. Visite de Valérie Denux, directrice l’ARS et d’une mission sénatoriale française au CHBT. André Atallah, chef du service de cardiologie du CHBT, conseiller communautaire de Basse-Terre , membre du conseil de surveillance du CHBT, vice-président de la Fédération Hospitalière de Guadeloupe fait pour CCN le point sur cette visite. Il se confirme que le CHBT a été un acteur précieux lors de l’incendie du CHU et demeure tout aussi incontournable dans notre système de santé. La question essentielle d’un nouveau plan de santé régional a aussi été abordé. C’est à lire

CCN : On quoi consistait cette mission sénatoriale, pourquoi une visite au CHBT ?

AA : Cette mission sénatoriale avait pour but de rencontrer les acteurs locaux sur le thème de la situation sanitaire aux Antilles-Guyane. La mission dépassait la problématique de l’incendie du CHU. Plusieurs établissements de santé ont été « auditionnés », dont bien sûr le CHBT.

CCN : Que ressort-il d’important dans cette visite ?

AA. La directrice de l’ARS faisait bien sûr partie de cette délégation. Important pour nous, en préambule à la réunion de travail entre une délégation du CHBT et cette mission sénatoriale ; elle a clairement confirmé que le CHBT a été un acteur précieux lors de l’incendie du CHU, et surtout qu’il reste un acteur incontournable du système de santé de la Guadeloupe. Il est le 2ème établissement public de santé MCO (Médecine Chirurgie Obstétrique), et continuera à être accompagné (soutien financier, mises aux normes, etc.). Des propos pour nous plutôt rassurants.

CCN : Des propos plutôt rassurants, certes, mais concrètement en quoi consistera ce « accompagnement »

AA : Très concrètement, à titre d’exemple ; le service de cardiologie du CHBT est définitivement passé d’une capacité de 6 lits de Soins Intensifs à 12 lits (Soins Intensifs et Soins Continus, soit un doublement de sa capacité en soins de patients « lourds »). Avec en corollaire, le financement à hauteur de 148 000 € pour les équipements nécessaires à cette extension. Concernant la néonatologie, aujourd’hui, 5 mois après l’incendie, la réalité du terrain est la suivante : les grands prématurés de moins de 32 semaines sont encore accueillis au CHBT, ainsi que les grossesses à risque. Une enveloppe de 300 000€ a été allouée pour les équipements nécessaires car la capacité en lits de réanimation néonatale est toujours de 8 lits au CHBT, (soit le double de la capacité habituelle).

CCN : La délocalisation du CHU, partielle ou totale va impacter le système de santé en Guadeloupe. Ce sujet a – t – il été abordé ? Quelle est votre vision sur cette thématique ?

AA : Toute l’organisation des soins qui sera prévue lors de la rédaction du PRS2,( Plan Régional de Santé 2,) devra privilégier une prise en charge par filière. La réflexion doit tenir compte des compétences existantes sur le territoire, et prévoir une organisation territoriale de la santé. Il faut mettre aussi en place des équipes territoriales de santé par spécialité, voire des fédérations inter hospitalières. La première fédération devrait être la fédération Mère-Enfants ; d’autres suivront. Le PRS 2, qui est à sa phase de concertation doit tenir compte de cette délocalisation qui impacte tout le système de santé et pas que l’organisation du CHU. Nous devons davantage être associés à la réflexion, et à l’adaptation de ce PRS2 du fait de cette crise du CHU.

CCN :Vous dites que cette mission dépassait la crise sanitaire suite à l’incendie du CHU, quels sont les thèmes qui ont été abordés ?

AA : Ont été largement abordés, la situation économique et financière des établissements publics de santé et le dossier de l’attractivité et de la démographie médicale. Il s’agit de sujets que nous avons déjà travaillés depuis des années : MIG : Mission d’Intérêt Général, Coefficient correcteur géographique, attractivité médicale.

CCN : Vous avez souvent interpellé les tutelles et publiés des articles sur ces thématiques, force est de constater que d’année en année rien ne change, les hôpitaux de nos pays continuent d’afficher des déficits et des difficultés de trésorerie.

AA : En effet, Chaque fin d’année, depuis des années, une aide exceptionnelle en trésorerie est accordée a posteriori aux EPS antillais. Ce n’est pas la bonne solution ; c’est en amont qu’il faut agir en déterminant un financement réaliste adapté à la situation des Outre-mer. Et si la vraie solution serait de repartir à zéro, de revoir intégralement le mode de financement, avec sur une période à définir (10 ans !) un financement singulier, adapté à nos situations : Financement mixte : DGF, Dotation Globale de Financement, et T2A, Tarification à l’activité.

Ces propositions entrent parfaitement dans le champ de la loi de programmation relatif à l’égalité réelle outre-mer, notamment par le biais des plans, voire des contrats de convergence qui devront être signés dans l’année suivant la promulgation de la loi. En effet, l’article 10 quinquies proposent que les « plans de convergence intègrent obligatoirement un volet en faveur des établissements hospitaliers », et l’article 10 sexies lui prévoit le « développement des protocoles de coopérations entre professionnels de santé afin de favoriser une prise en charge coordonnée des patients par des équipes pluridisciplinaires ». Une décision devra être prise à cet effet, (par exemple rattacher la santé ou l’hospitalisation publique outre-Mer directement au premier ministre ou à une commission inter ministérielle. C’est peut-être LA solution Il faut travailler cette orientation avec les tutelles et les parlementaires.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires