Breaking News

Bannière Lamentin

Guadeloupe. Médias et politique : Quand le 4ème pouvoir se met à table

20 Jui 2018
812 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi 20 juin. CCN. Vendredi dernier au Mémorial ACTe s’est tenue la première rencontre visant à réunir les médias et les politiques sur le thème suivant qui annonçait la couleur : « Presse et pouvoir politique en Guadeloupe ». Aux cotés de Pierre-Yves Chicot (avocat & maître de conférence en droit public) cinq journalistes de la presse guadeloupéenne: Jean-Claude Rodes directeur de rédaction du Progrès Social qui fêtait son 61ème anniversaire, Jacques Dancale modérateur pour l’occasion mais aussi rédacteur en chef de Nouvelles Semaine qui fêtait son 400ème numéro , Eric Lefebvre rédacteur en chef de Guadeloupe La 1ère, et animateur du « Presse hebdo » , Christian Celeste directeur de rédaction de Nouvelles Etincelles qui fêtait son 74ème anniversaire et Danik Ibrahim Zandwonis directeur des rédactions de Caraib CreoleNews.com (CCN) qui fêtait son Xème anniversaire avec la publication de son premier ouvrage « Journaliste en pays colonisé » ( éditions Nestor.) Ce débat médiatico-politique se devait de tenir toutes ses promesses : Reportage.

 

DES ENJEUX MIS A NU

« Il n’y a pas de liberté sans conscience et sans courage ».

Cette déclaration d’introduction de Brigitte Rodes, conseillère départementale de la Guadeloupe, posa la réflexion d’entrée de jeu. Pour la première fois en Guadeloupe c’est avec une modestie mêlée d’audace que se présentèrent les médias face à nos décideurs politiques invités à débattre concernant sur la relation e entre presse et pouvoir politique sur notre sol toujours « colonisé » pour citer Danik Ibrahim Zandwonis.

Les journalistes présents sont tous allés de leur parcours imprégnés de l’évolution historique jusqu’à nos jours. Citons à cet effet, un senior, l’hebdo du PCG les Nouvelles Etincelles dont les fruits de la passion du journalisme engagé célèbrent aujourd’hui 74 années d’information au service du peuple. Dans cette cosmogonie bien trempée, la presse se confronte en permanence à l’opinion politique des citoyens d’une part tout en considérant l’opinion des élus guadeloupéens. Entre bras de fer et à vifs tumultes qui semblent irrévocables, l’un ne peut être sans l’autre.

Comme l’a rappelé le député Max Mathiasin, la réalité d’interdépendance du premier pouvoir – les politiques – et du quatrième pouvoir - la presse et les médias – dont parlait déjà Montesquieu dans son ouvrage De l’esprit des Lois au XIX è me siècle est un gwo ka interminable. Entre le besoin de contrôler la diffusion de l’information chez le premier pouvoir face à des journalistes militant pour leur liberté d’expression, cette danse ou l’objectivité n’a pas sa place trouve sa réalité dans les intérêts de chacun. Dans une sorte de « je t’aime, moi non plus », ce fut un débat mi koko mi zabriko où chacun a pu exprimer son expérience. En effet, la presse avide d’informations à transmettre envers une population en attente de vérités, voir de sensationnel, se nourrit aussi des décisions des politiques qui sont pour ces derniers à la recherche d’un plastron toujours plus doré pour leur image.

Un inversement des rôles invitant le premier pouvoir à se mettre à table est déjà sollicité par nos élus qui manifestement ont aussi leur mot à dire. Cela sera l’occasion d’une seconde rencontre visant à mûrir en profondeur cette entrée en matière critique et réaliste proposée ce vendredi 8 juin 2018. Une attente qui a déjà tout son mérite, lorsque nous connaissons l’émergence des citoyens influenceurs au travers des réseaux sociaux qui constituent d’ores et déjà un enjeu de taille réel. Menace ou allié, ce pouvoir montant d’un nouveau genre est à prendre en considération face à une information qui se réclame plus que jamais libre.

Sans nous faire l’avocat du diable, pour reprendre l’expression d’un membre de l’assistance, nous ne manquerons pas de souligner l’intervention de la sociologue Patricia Braflan-Trobo qui pour ouvrir le débat qui déplora d’entrée de jeu l’absence des femmes à la table. De quoi rajouter une épine à cette belle fleur que nous ont offert les médias présents sous les projecteurs lors de cette rencontre désormais inscrite des les mémoires.

Dans l’attente, délectons-nous du collector d’articles d’un « journaliste en pays colonisé » qui aborde les grandes questions que se posent les Guadeloupéens telles que les médias et la colonisation par exemple. Après une mise en bouche de la presse à table, Danik Ibrahim Zandwonis, invite chaque lecteur le temps de siwotaj de 370 pages, à dévorer son ouvrage épicé plein de vérités et à en faire sa propre sauce. Aux intestins fragiles, bonne digestion et à tous bon appétit !

India Claude (stagiaire)

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires