Breaking News

Martinique. Sargasses : Le web site martiniquais Bonda Man Jak tente d’empoisonner l’opinion !

29 Jui 2018
2192 fois

Fort-de-France et St-Denis (Réunion). Samedi 30 juin 2018. CCN. Venant de BMJ on ne s’étonne hélas plus de rien. Ainsi dans un « papier » très mal informé mensonger, malodorant donc sargassien, inspiré par un soupirant égaré et sans media fixe (SMF), le site de Gilles Degras histoire de voler au secours de ses amis de RCI (affaire Ingrid Senat) s’est senti obligé d’attaquer gratuitement la journaliste Barbara Olivier et son époux Dimitry Zandwonis. Cette vilénie toxico-médiatique, entrainera sans aucun doute pour ses auteurs, un épisode judiciaire. En guise de réaction Barbara O-Z a soumis le texte ci-dessous à CCN. C’est à lire, afin que nul n’ignore !

 

 « J'ai beaucoup hésité avant d'écrire cette lettre n'ayant pas l'habitude de répondre à des attaques publiques. Mais depuis quelques semaines, les circonstances m'y obligent et croyez-moi ce n'est pas de gaieté de coeur.Après les violentes accusations mensongères et indignes dont j'ai fait l'objet sur une feuille de chou numérique où l'ancien directeur de la production d'ATV Guadeloupe Daniel Nlandu Ganga m'accuse d'être la principale cause de son licenciement pour motif d'harcèlement sexuel dont je me serais plainte en interne, j'ai décidé de dire ma vérité, qui n’est autre que la Vérité.

Je crois qu'aujourd'hui on ne peut plus délibérément nuire à l'intégrité morale et à la réputation d'une personne, de façon publique ou pas, sans être inquiété, même sous nos latitudes.

Je crois qu'en 2018, singulièrement dans notre pays de Guadeloupe, une femme a le droit de refuser les avances d'un homme quel qu’il soit sans craindre de subir des représailles ni une quelconque vengeance mesquine et ignominieuse dans le seul but de panser l’égo blessé de cet homme.

En 2018, une femme a le droit de disposer d'elle-même, de choisir l'homme avec lequel elle veut partager sa vie, sans avoir peur d'être la cible d'un soupirant (amoureux ?) éconduit.

Je ne céderai pas à la douce tentation de rendre oeil pour oeil, dent pour dent, le mal qui a été commis en relatant dans les détails ce pénible récit mais j'ai ce devoir de rétablir la vérité. Qui est donc responsable du licenciement de Daniel Nlandu Ganga et de tous ses malheurs ? Serait-ce Daniel Nlandu Ganga lui-même ? Assurément...

A fomenter des cabales et des petites histoires sans intérêt sur les uns et les autres, ce que nous appelons des " cancans" alors qu'on occupe un poste de cadre, on finit probablement par attirer le loup !

A s'inventer des complots fictifs (prétendue accusation de harcèlement sexuel) on finit peut-être par s'attirer des ennuis. 

Toute méchanceté a sa source dans la faiblesse. a dit Sénèque

Je tiens à affirmer publiquement que je ne suis en aucun cas responsable, ni de près ni de loin, du licenciement de Daniel Nlandu Ganga, qui par son comportement s'est forgé une image peu flatteuse auprès de sa direction tout comme je n'ai jamais accusé celui-ci de m'avoir harcelé sexuellement !

Il s’agit d’Une histoire fantasmée qui répondait certainement à un besoin de vengeance ou à la nécessité de trouver un bouc émissaire à ses propres errements !

En revanche l’atteinte volontaire à la réputation et la diffamation sont un délit pénal qui ne sauraient rester sans réponse judiciaire. 

Barbara Olivier-Zandwonis

 

 

 

Évaluer cet élément
(11 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires