Breaking News

États-Unis. Disparition : Respect pour Queen Aretha Franklin diva et légende de la musique Afro Américaine

17 Aoû 2018
1010 fois

Detroit. Vendredi 17 aout 2018. CCN. La musique Afro-Américaine et le Mouvement des droits civiques ont perdu hier avec Aretha Franklin, un véritable poto mitan. Cette très grande dame de la Soul, du Gospel du Rythm and Blues aura marqué son époque, pendant plus d’un demi-siècle. Autre constat, à l’inverse de James Brown, de Ray Charles, de Miles Davis autres monuments de la Black Music, Aretha n’a jamais eu l’opportunité de se produire en Guadeloupe. Est-ce pour cette raison qu’il n’y a pas eu -à notre connaissance- le moindre hommage de nos « élites » à l’immense talent d’Aretha Franklin ?

Ary Chalus, qui était récemment à New-York, a-t-il une fois dans sa vie entendu Aretha Franklin interpréter « Respect » devenu un hymne des féministes, reprise d’un tube d’Otis Redding qui a été lui aussi à son époque, un grand de la soul musique ?

Mais alors pourquoi le PDR n’a-t-il pas salué la mémoire d’Aretha ? La même question pourrait être d’ailleurs adressée à Josette Borel Lincertin l’actuelle présidente du Conseil Général. En réalité nos « élites politiques » plutôt-francophiles n’ont pas assez le regard tourné vers les artistes, écrivains caribéens ou afro américains anglophones…

Pourtant la ministre française de la culture, Françoise Nyssen, a rendu hommage sur Twitter à "cette très grande artiste qui imposait tout naturellement le respect" :

 

 

On dira qu’Aretha Franklin, n’a jamais foulé le sol de la Guadeloupe (pas plus que Whitney Houston ou Michael Jackson) mais la musique n’ayant pas de frontières, ses tubes tels que « Respect » (1967), Think (1968), I never loved a man (1967), Chains of fools (1967), Jumping Jack Flash (1970), I say a little prayer (1970) etc.. sont des chansons hyper connues, qui ont résonné et résonnent encore aux oreilles des mélomanes de la Guadeloupe et du monde entier en tout cas pour tous ceux qui siècle s’intéressaient à la Soul, au Blues, au Gospel

 

 

De plus, Aretha Franklin, a été a souvent aux cotés de Martin Luther King Jr au moment où ce dernier militait activement pour les droits civiques des noirs américains.

Ce n’est pas non plus un hasard si en 1992 Aretha Franklin pose une chanson dans la bande son du film de Spike Lee Malcom X et interprète « "Someday We'll All Be Free" (Un jour nous serons tous libres).

De ce point vu, c’était une artiste engagée et ses chansons ont franchi tous les continents. Aretha Franklin a été sans doute la plus emblématique de tous les artistes afro américains. Elle meurt à 76 ans dans la ville de Détroit où elle a grandi et vécu ces derniers temps.

Detroit, on s’en souvient en juillet 1967, a été le siège des plus violentes émeutes raciales des États Unis : 47 morts, plus de 7500 arrestations.

L’œuvre musicale considérable que laisse Aretha Franklin atteste que cette chanteuse a très largement dominé son époque. Très éclectique, elle n’a pas interprété que des chansons de son répertoire. Souvent, elle a franchi avec succès, d’autres horizons musicaux, en y imprimant chaque fois sa marque: Eleanor Rigby (Beatles), jumping jack flash, Satisfaction (Les R. Stones), Bridge over trouble water (Simon and Garfunkel). Grâce à son timbre particulier et la soul qu’elle injectait dans ses interprétations, elle donnait à ces chansons un autre souffle, une autre dimension.

 

 

La revue américaine "Rolling Stone" la considère, comme la meilleure chanteuse de tous les temps.

Les nombreux disques d’or et Grammys reçus pour ses compostions (Aretha était pianiste) et ses interprétations dans des répertoires aussi divers que le gospel, le blues le R’nB, sont autant sont de marqueurs désormais inoubliables. Les spécialistes affirment qu’au cours de sa carrière, elle a vendu plus de 75 millions de disques…

Moment de grande émotion : la sublime interprétation de « Natural Woman » lors de l’élection de Barrack Obama. Ce dernier eut bien du mal à retenir ses larmes : inoubliable !

 

 

Aretha Franklin demeure pour l’éternité une très très grande artiste. RIP. !

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Danik I. Zandwonis

Directeur de rédaction de CCN et fondateur du site.

@ : danik@mediacreole.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires