Breaking News

Caraibes. Economie : Les agriculteurs des Caraibes se préparent au boom de la noix de coco

29 Nov 2018
762 fois
Manuel Trujillo, président de la plate-forme nationale du  ministère de l'Agriculture, Belize, présente un semis de noix de coco à Central Farm, Belize, en septembre 2018. Photo: Institut de recherche et de développement agricoles des Caraïbes Manuel Trujillo, président de la plate-forme nationale du ministère de l'Agriculture, Belize, présente un semis de noix de coco à Central Farm, Belize, en septembre 2018. Photo: Institut de recherche et de développement agricoles des Caraïbes

Port of Spain. Jeudi 29 novembre 2018. CCN/CNN - Les noix de coco sont depuis longtemps un aliment de base de la cuisine des Caraïbes et pratiquement un emblème du climat et de la culture de la région. Mais une nouvelle initiative internationale est en train de transformer l’image de la noix de coco en une icône de l’innovation des processus d’entreprise, de la création de richesse et des moyens de subsistance durables.

Au cours des quatre dernières années, l’Institut de recherche et de développement sur l’agriculture des Caraïbes (CARDI) a mis en œuvre un projet régional majeur, aux côtés du Centre du commerce international et des parties prenantes le long de la chaîne de valeur de la noix de coco, afin de faire passer les opérations à petite échelle de la région à la rentabilité des entreprises dans l'industrie mondiale de la noix de coco. L'Union européenne et le Secrétariat pour l'Afrique, les Caraïbes et le Pacifique ont financé le projet sur quatre ans à hauteur de 27 millions USD.

Une célébration à venir, la Journée CARDI, mettra en lumière les travaux en cours de l’Institut dans le cadre du projet de développement régional de l’industrie de la noix de coco financé par l’UE et les pays ACP, par le biais d’une série d’expositions, de conférences publiques et de visites scolaires. Les participants verront comment le projet insuffle une nouvelle vie à l'une des industries les plus anciennes de la région.

Tenue le 5 décembre, la célébration marquera également le jour de 1974 où les représentants du gouvernement des Caraïbes se sont réunis à Georgetown, en Guyane, pour signer un accord portant création de l’Institut.

Dans le monde entier, la demande croissante de produits à base de noix de coco fraîche est alimentée par les tendances récentes du secteur mondial des aliments et des boissons et du marché de la santé et de la beauté. Il n’est donc guère surprenant que les agriculteurs des Caraïbes explorent de nouvelles manières de tirer le meilleur parti de la chaîne de valeur de la noix de coco, convertissant chaque partie de l’arbre emblématique en actifs commercialisables. Mais ce n'est pas si simple. Pour de nombreux agriculteurs, des problèmes tels que les parasites, les maladies et l’accès limité aux marchés limitent considérablement leur capacité à gagner leur vie de manière durable à partir de la noix de coco.

Ricardo Vriesde exploite le terrain de 500 hectares de sa famille dans le district côtier de Coronie, juste à l'ouest de Paramaribo, une région autrefois connue comme la capitale de la noix de coco au Suriname. Loin de rappeler les jours de gloire de la monoculture de la noix de coco, Vriesde adopte une approche d'agriculture mixte. Grâce aux conseils techniques reçus dans le cadre du projet, il remplace les vieux cocotiers de sa plantation par des variétés naines et hybrides. Et en attendant que les noix de coco entrent en production, il associe des arbres fruitiers tels que des cerises, des caramboles et des bananes pour diversifier les revenus et régulariser les flux de trésorerie. Vriesde n'est pas limité à la production primaire. Il prévoit d'étendre son activité existante d'eau de coco en bouteille et a déjà sécurisé des machines en provenance de Thaïlande pour commencer à produire de l'huile de coco vierge au début de 2019.

Et il n'est pas seul. CARDI travaille aux côtés d’agences locales et internationales à Antigua-et-Barbuda, à la Barbade, au Belize, à la Dominique, à la République dominicaine, au Guyana, à la Jamaïque, à Sainte-Lucie, à Saint-Vincent-et-les Grenadines et à Trinité-et-Tobago afin d’aider d’autres agriculteurs à tirer parti des opportunités créées par une recrudescence de la demande mondiale.

À Belize, Dona Dougal Sosa, une petite transformatrice de noix de coco, a participé à une série similaire de modules de formation pour apprendre à rationaliser les processus de fabrication et de conditionnement de sa gamme de savons à base de noix de coco.

En Jamaïque, le projet s'est concentré sur le développement des compétences commerciales des agriculteurs afin de leur donner un accès crucial aux produits et services financiers. Une récente collaboration a permis au Centre du commerce international et à la Banque de développement de la Jamaïque d’offrir une formation à la littératie financière à plusieurs producteurs jamaïcains.

Ce type d'interventions se produit dans toute la chaîne de valeur de la noix de coco de la région, réunissant des petits exploitants et des transformateurs à petite échelle ainsi que des représentants du secteur financier et d'autres secteurs afin qu'ils puissent plus facilement partager des connaissances techniques et des informations sur le marché.

Barton Clarke, directeur exécutif de CARDI, a déclaré que les efforts des multiples parties prenantes contribueraient à une industrie de la noix de coco plus compétitive pour toute la région.

«À travers ce projet de développement régional de l'industrie de la noix de coco, CARDI s'emploie à améliorer les revenus et les opportunités d'emploi,

«Dans sa première phase, le projet a jeté des bases solides à partir desquelles la croissance et l’expansion de l’industrie peuvent maintenant être accélérées. CARDI continuera à travailler avec les parties prenantes nationales, les acteurs régionaux et les agences internationales pour renforcer les liens avec des acteurs de secteurs tels que les services de santé, la fabrication, la finance et le tourisme », a déclaré Maurice Wilson,

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires