Breaking News

Guadeloupe. Hommage. Pierre Sainton : Vie et survie (et décès) d’un fils de la Guadeloupe

10 Déc 2018
1791 fois

Capesterre-Belle-Eau. Lundi 10 Décembre 2018. CCN. Le Dr Pierre Sainton l’un des principaux fondateurs du Groupe d’Organisation Nationale de la Guadeloupe (GONG) est décédé hier dimanche. Farouche partisan de l’indépendance nationale de la Guadeloupe, il avait en effet consacré une grande partie de sa vie au combat pour l’émancipation de notre pays. C’est une figure emblématique de la lutte anticolonialiste qui disparaît. En 2008, il avait publié aux Éditions Nestor une autobiographie qui restera pour l’histoire un témoignage d’une grande valeur, à la fois sur sa vie personnelle et sur ses combats. Un ouvrage qu’il faut avoir lu, voilà ce que nous écrivions à l’époque dans CC1 qui deviendra plus tard CCN.

41 ans après les massacres de mai 67 à Pointe-À-Pitre, Pierre Sainton, l’un des acteurs politiques essentiels de cette période, parle enfin. Aujourd’hui, Pierre Sainton, est presque un inconnu, sauf pour ceux qui comme lui ont « donné » toute leur vie pour que la Guadeloupe accède à la responsabilité. Le combat est loin d’être achevé. Sainton, qui n’est pas un écrivain, produit un ouvrage, où le lyrisme n’est pas absent. Les 160 premières pages de ce gros bouquin sont une véritable chronique des 7 misères d’un jeune guadeloupéen né et élevé dans le Capesterre des années d’avant-guerre. A ce titre le livre de Pierre Sainton est un document sociologique très fouillé sur la Guadeloupe de ce « temps-là ».

Mais ce bouquin, qui parfois prend des allures de roman autobiographique est aussi l’itinéraire d’un rebelle, d’un jeune garçon, qui ne sait pas encore qu’il jouera un rôle important dans l’histoire du mouvement nationaliste guadeloupéen. Pierre Sainton, aujourd’hui octogénaire, a été l’inspirateur, le théoricien, le fondateur du Groupement d’organisation nationale de la Guadeloupe : Le GONG. !

Son livre raconte souvent avec des détails inédits, cette période encore peu connue de l’histoire récente de la Guadeloupe. Sainton n’hésite pas a expliquer par le menu ; toute l’activité militant de ces guadeloupéens vivant en France, qui comprennent, dés la fin des années 60, la nécessité de doter la Guadeloupe d’une organisation révolutionnaire. {« en fait, écrit Sainton, (P.194) l’idée du GONG mûrissait déjà depuis le Front (Antillo-Guyanais). Ce sont les étudiants qui au sein du Front représentaient la Guadeloupe. La base active du Front était en réalité composée presque essentiellement de Guadeloupéens alors que la Direction était martiniquaise... »}

Pierre Sainton puise allègrement dans ses souvenirs pour nous faire vivre de l’intérieur, ces moments importants de la création du GONG. {« Ici je dois donner une précision d’ordre historique : Serge Pierre Justin membre de la direction du PCG, de passage à Paris a été contacté et la Charte ( du GONG) lui a été présentée. Nous avions toujours l’idée d e ne pas rompre les ponts avec les communistes... ( ) il présenta quelques annotations, mais donna son accord global…je veux rétablir la vérité historique : le PCG fut parfaitement informé et en quelque sorte, a été associé à la création du GONG ».} Voilà une révélation qui ne manquera pas de faire débat, quand on saura les violentes polémiques qui ont opposé dés 1965 le GONG et le PCG. P. 213 l’auteur raconte l’époque où GONG et PCG travaillaient de concert au sein du {« Front Guadeloupéen pour l’Autonomie »} : {« après une conférence à Basse-Terre, Gerty (Archimède) s’est plainte auprès de moi, disant que les amis du GONG ne devraient pas en profiter pour faire la propagande pour l’Indépendance. Gerty était sincère, mais le parti ne l’était pas. J’avais toujours pensé qu’il ne voulait pas mener le combat national et je crois bien que c’est à ce moment que le PCG ne pouvant pas nous barrer la route et se sentant t largement dépassé se rapprocha davantage du pouvoir}» . Toute la dernière partie de l’ouvrage relate cette période sur laquelle rien ou presque n’avait été dit. Pierre Sainton est donc le premier « ancien du GONG » à raconter de l’intérieur l’histoire grande et petite, de la première organisation nationaliste Guadeloupéenne.

Entre souvenirs très intimes sur sa vie d’homme et souvenirs politiques d’un militant de la cause nationale méritant le respect, le livre de Pierre Sainton, est un ouvrage indispensable. Il est partisan, l’auteur ne le cache pas, mais cela n enlève rien à ses qualités documentaires

 « VIE ET SURVIE D’UN FILS DE LA GUADELOUPE »
Pierre Sainton
Éditions Nestor

Évaluer cet élément
(2 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires