Breaking News

Guadeloupe. Enquête CCN : Pourquoi l’Office de Tourisme Intercommunal (OTI) de la CANGT est-il dans la tourmente ?

28 Jui 2019
2468 fois

Petit-Canal. Vendredi 27 juin 2019. CCN. Il y aura tout juste un an, le 9 juillet que l’OTI du Nord Grande Terre a vu le jour. Un OTI qui depuis ne s’est singularisé que par ses dysfonctionnements internes : Démission, surprise de la présidence, rumeurs de harcèlement moral, devis astronomiques etc… La CANGT qui semble avoir perdu tout contrôle sur la gouvernance de cette petite structure en totale « roue libre » se doit vite de réagir avant que la situation n’empire. L’enquête de CCN.

C’est en Juillet 2015, que la loi NOTRé, a été définitivement adoptée par le parlement francais et a ainsi permis depuis Janvier 2017 que la compétence dite « promotion du tourisme » autorise la création d’office de tourisme par les EPCI. Dans le Nord Grand Terre, les 5 communes (Morne-à-L’eau, Moule, Port Louis, Petit Canal et Anse Bertrand) qui font partie de la Communauté d’Agglo du Nord Grande Terre ont donc accepté la mise en en place d’un OTI c’était l’an dernier.

La structure juridique choisie pour l’OTI a été la plus simple : une association loi 1901 dont la présidence a été confiée à une femme volontaire d’une grande simplicité : Yoleine Réveillé. Déjà impliquée dans le monde associatif et elle-même propriétaire d’un gite, Mme Réveillé semblait avoir le bon profil pour présider à cette structure.

Tout aurait bien pu se passer et cet OTI aurait pu fonctionner. Sauf que la CANGT sans peut-être y prendre garde a mis un ver dans le fruit et « placé » au sein de l’OTI naissante, un certain Aurelien Anzala (AA).

S’agit-il comme on le dit à l’OTI d’un cas de favoritisme ?

La question peut se poser, car AA, n’est autre que le fils de Jean Anzala, lui-même adjoint à la mairie du Moule. Tout s‘explique.

Depuis un an, et selon, nos informations, AA qui n’a comme expérience pro qu’un bref passage dans une structure hôtelière s’est mis en tête d’être le grand « boss » de l’OTI. Avec le trésorier de l’OTI, un balnfwans, avec qui il s’est allié AA, fait la pluie le beau temps et surtout l’orage au sein de l’OTI.

Ainsi donc, la semaine dernière, coup de théâtre plus que prévisible. La présidente en place, Yoleine Réveillé, excédée par le climat délétère qui s’est progressivement installé au sein de l’OTI démissionne brutalement. Prudente, Mme Réveillé a donc préféré s’en aller plutôt que de cautionner et signer le devis astronomique d’un prestataire qui propose pour ses services un proforma de plus de 60.000 euros soit plus de 3 /4 de la trésorerie actuelle de la structure.

La CANGT qui est le back office de l’OTI n’était pas officiellement informée de cette « affaire », ou plutôt certains responsables ont préféré ne pas voir ou faire l’autruche.

Plus grave, depuis plusieurs jours, un autre problème a surgi, il s’agit de la lettre qu’une employée a adressé à l’ex-présidente et à tous les membres du CA de l'OTI et que CCN s’est procuré.

A sa lecture, il se confirme qu’au sein de la petite structure, les choses se compliquent, on parle à mots couverts de harcèlement moral. Extraits :

« Madame la Présidente,

À votre demande, je dis bien à votre demande, je me suis rendue vendredi 7 juin dernier afin de vous représenter à une séance de travail, à l’agence de Communication PBO à Jarry. Vous m’avez signifié que M. Aurélien Anzala sera absent pour raison maladie qu’en revanche, Monsieur Jean-Michel Lefèvre trésorier, et Monsieur Jean-Claude Toquin membre, y seront présents.

Malheureusement, je suis au regret de devoir vous informer que ces derniers de manière impertinente m’ont éjectée de cette séance de travail. En effet, j’ai essuyé une rebuffade, subi de leur part des pressions, des remarques désobligeantes, des propos dévalorisants tout cela en me hurlant dessus, allant même au chantage c’est-à-dire d’annuler la réunion si je ne quittais pas les lieux. Sans compter que je ne pouvais même pas placer un mot.

M. Toquin arrivé en retard, aigri, ayant manqué de courtoisie à mon égard (car ne m’a pas saluée) et qui avait déjà été sans doute informé de ma présence, m’a carrément fait remarquer que j’étais instrumentalisée. Ce dernier a vociféré des ordres et des outrages pendant de longues minutes, se déchaînant de plus en plus, enfin se déclarant déterminé à quitter les lieux si je ne partais pas.

D’un ton calme, j’ai dit à ces messieurs que je ne partirai pas. La suite, vous la devinez, M. Toquin est parti furieux (…)

Extrêmement affectée par ces agissements et dans l’intérêt de mon état de santé ainsi que de la qualité de mon travail, je vous demande, Madame la Présidente de bien vouloir intervenir au plus vite afin de me permettre de poursuivre ma mission au sein de l'OTI dans des conditions relationnelles ordinaires.

J’estime être victime de faits qui n’ont pas lieu d’être dans une relation normale de travail et qu’il est nécessaire que cette situation ne se reproduise plus. Je n’aspire qu’à des situations sereines pour effectuer mon travail au mieux.

Je vous remercie de me tenir informée des démarches engagées dans ce sens et de prendre toute mesure que vous jugerez utile pour que ce genre de comportement soit unique envers moi.

Ce courrier daté du 15 juin dernier a sans aucun doute aussi contribué à l’urgente démission de la Présidente. Elle s’est vraiment rendue compte qu’outre le climat « détestable » qui règne à l’intérieur de l’OTI, qu’elle avait complétement perdu la main sur la gestion.

A ce propos on notera que très curieusement AA et le trésorier ont refusé la participation de la représentante de la présidente à une réunion, où il était précisément question de la présentation par une agence de com du fameux devis de plus de 61.000 euros !!!

La Direction de la CANGT qui a sans doute aussi reçu ce courrier édifiant, à notre connaissance n’a pas encore bougé, ni chercher à calmer le jeu…

Va-t-on alors vers la dissolution de l’OTI et son remplacement par la création d’un vrai EPIC tourisme dans le nord Grande-Terre ?

Willy Rosier, directeur de la CTIG ne s’opposerait certainement pas, si la question lui était posée et si l’initiative était prise. En attendant : un an après sa création, l’OTI du Nord Grande Terre est bel et bien dans la tourmente…

Évaluer cet élément
(3 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires