Breaking News

Guadeloupe. Musique. Jérôme a fait de sa carte blanche un atout

25 Oct 2019
590 fois

Gosier. Samedi 26 octobre 2019. CCN. C’était le week end dernier la deuxième Carte Blanche de Jérôme Castry au New Ti Paris au Gosier. On connaît tous Jérôme comme sideman, et porteur de projets musicaux depuis son retour au pays, mais c’était la première fois qu’il se produisait en tant que Jérôme Castry. En lui faisant cet honneur, Xavier Richardeau maître des lieux, lui a permis de réaliser ce nouveau challenge.

Il était accompagné d’Audrey Claudion, Claudy Durizot et de Patrice Coyo qui était l’invité de cette soirée au lead.

Si la toute première interprétation était une composition de Richard Bona, grand bassiste que nous aurons d’ailleurs le plaisir de retrouver très prochainement sur l’une des scènes de la Guadeloupe, ce n’est pas moins de 5 compositions personnelles de son univers, que Jérôme Castry nous a fait découvrir.

L’une d’entre elle s’intitule « ansanm ». Il l’a composé pendant les évènements de 2009, et elle revêt une certaine fierté de tous les guadeloupéens qui vivaient à l’époque en France, et soutenaient ce mouvement de contestation.

Entre « Mizik », « Mayé » et « Chaguine » qui sont aussi de très belles compositions du batteur, nous avons pu entendre, une belle interprétation de Patrice Coyo, sur la chanson de Florence Naprix, « Konsyans ».

Parmi les autres invités nous avons eu le plaisir d’entendre la belle voix de Samantha Jean en trio avec Patrice Coyo et Jérôme Castry sur « Lanmou enposib » autre improvisation du batteur, mais également Dominik Coco avec son célèbre « chimen an mwen ».

La belle surprise, c’était le retour de Marcel Castry père de Jérôme et Stéphane Castry , qui a interprété à la guitare l’une de ses compositions «Manman Ningue » pour la première fois avec son fils, et Jean-Michel Lesdel au clavier.

Un grand moment d’émotion pour cet artiste qui a accompagné les plus grands dans les années 70 en France et ailleurs.

Certes, de très belles voix se sont succédées sur cette scène mythique du New ti Paris samedi soir, pour accompagner le grand Jérôme Castry , leader de Tanmpo et dont le beat et le style musical vous emporte, vous transporte et modifie les battements de votre cœur.

Mais il est important de souligner la présence incontestable de ses musiciens qui l’accompagnent régulièrement, à savoir le bassiste Claudy Durizot dont la ligne de basse s’affirme un peu plus à chaque nouveau concert. Une nouvelle empreinte musicale est née, et se dessine clairement au son de ses solos de basse. Elle est sans aucun doute le fruit d’heures et d’heures de travail. C’est de la dynamite en éveil à venir !

Impossible d’oublier, le pianiste Audrey Clodion dont le déplacement des doigts sur le clavier est souvent en symbiose avec les soubresauts de son corps. Il vit et vibre au son du clavier.

Une grande et belle complicité réunie ces trois-là.

Un grand moment de convivialité, de partage et de bonheur pour le plus grand plaisir du public qui ne s’est jamais fait prier pour animer la chorale exceptionnelle du New Ti Paris.

 

 

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires