Breaking News

Guadeloupe. Municipales. Basse-Terre. « Il y a une forte envie de changement de gouvernance »

22 Jan 2020 André Atallah
1306 fois

Basse-Terre-Capitale. Mercredi 22 janvier 2020. CCN. André Atallah ne semble pas faire l’unanimité au sein du groupe socialiste à Basse Terre. Ainsi le 17 janvier dernier, Joël Lobeau (un proche de Victorin Lurel) a appelé à une réunion, en vue semble-t -il de la constitution d’une liste d’union. André Atallah déjà adoubé par le PS et se sentant quelque peu mis en cause a refusé de répondre à l’invitation de J. Lobeau : il s’en explique…

CCN : Pourquoi l’union ne se fait-elle pas à Basse Terre ?

André Atallah (AA) : L’union commence à se mettre en place. C’est un processus complexe car plusieurs facteurs interviennent. Plus que des divergences politiques il y a certainement un problème d'égo et peut-être des candidatures " sous-marines" pour brouiller les cartes.

Dès mai 2019, juste après avoir été désigné par mon Parti, le Parti Socialiste, accompagné de mon directeur de campagne, Joël Jeannette, j’ai pris l’attache de tous les candidats déclarés ou potentiels, opposés, comme moi à la politique actuelle de l’équipe municipale en place, afin de travailler ensemble cette union. Je souhaitais une union dès le premier tour, dans un souci de cohérence d’équipe et d’efficience. Certains ont adhéré à cette démarche et nous ont rejoint (annoncés un temps dans la presse comme potentiels candidats) ; et le parti « Les Insoumis » nous a officiellement « rejoint ».

CCN. Pourquoi il y a-t-il dans le camp du PS des socialistes qui s'opposent à votre leadership ?

AA : Ils sont très minoritaires au sein du PS à ne pas adhérer à ma désignation comme « premier des socialistes » à cette élection. Il me plait de rappeler que j’ai été élu démocratiquement comme candidat par mon parti, le Parti Socialiste, à la suite d’une primaire dont les règles ont été approuvées par les participants et où chacun a pu s’exprimer. J’ai été élu avec plus de 78% des voix, c’est dire que l’adhésion, au sein de mon parti est très large.

L’adhésion des socialistes à ma candidature est large ; c’est au niveau des autres groupes que nous travaillons à cette union.

Si avec certains candidats, cette union ne se fait pas au premier tour, la porte reste ouverte pour un éventuel deuxième tour. Reste à travailler en amont les conditions de cette union du deuxième tour : désistement républicain en faveur de la liste d’opposition arrivée en première position, ou présentation d’une nouvelle liste avec fusion de celles ayant obtenus plus de 10% des voix. La discussion reste ouverte, même si je suis favorable à la première solution : le désistement républicain. 

CCN. Avec qui êtes-vous prêt à faire l’union ? quels sont les freins ?

AA : Avec ceux qui comme moi sont clairement opposés à la politique du maire actuel avec un déficit de fonctionnement qui a doublé depuis sa prise de fonction, passant de passant de 2,5 Millions d’€ en début 2015 à 5 Millions fin 2019 ; une augmentation des impôts, des structures sportives à l’abandon. Voir le derby Gauloise-Racing (nos deux équipes de Football évoluant dans l’élite se jouer hors de Basse-Terre faute d’un terrain aux normes m’insupporte terriblement.

CCN : Les Basse-Terriens sont-ils prêts pour un changement de cap ?

AA : Clairement oui. Il y a clairement une forte envie de changement de gouvernance au sein de cette municipalité de Basse-Terre. On le ressent bien lors de nos réunions de quartier et nos portes à portes à la rencontre de la population. Un vrai ras le bol. Certains sont tellement déçus de la politique avec des promesses non tenus qu’ils envisagent de na pas aller voter. Nous travaillons à leur présenter notre programme (une vraie chance pour Basse-Terre) afin de les inciter à aller voter.

CCN : On a le sentiment que Victorin Lurel est très "silencieux" et distant sur ce qui se passe à Basse-Terre ? 

AA : Victorin Lurel était personnellement présent le 11 janvier lors de ma déclaration de candidature (accompagné d’ailleurs des ténors du PS) et a clairement manifesté son soutien à ma candidature, confirmant la légitimité de celle-ci et la réelle chance que nous avions de l’emporter.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires