Breaking News

Guadeloupe. Economie-post covid : Le transport aérien peut-il re-décoller ?

22 Aoû 2020
2764 fois

Abymes-Pôle Caraïbes. Vendredi 21 aout 2020. CCN. Tout ou presque a changé dans le monde du transport aérien avec « l’arrivée » de pandémie qui sévit depuis plusieurs mois. Dans la Caraïbe, la première grande victime du Covid a été la Leeward Island Air Transport (LIAT)*. En effet à la mi-juillet le gouvernement d’Antigua a annoncé la liquidation d’une Cie qui, bien avant le Covid, avait déjà des difficultés pour assurer sa survie. En Guadeloupe, Air Caraibes et Air Antilles clouées au sol pendant le confinement ont tenu le « choc » et repris progressivement les vols. Eric Koury, DG de Air Antilles a confié à CCN son analyse de la situation désormais très compliquée du transport  aérien dans nos cieux. Sera -t-il entendu ?

Le transport aérien est le premier vecteur de développement économique pour une région comme la notre qui est une ile fortement dépendant du tourisme.

Le secteur du transport aérien est le secteur qui aura été le plus touché par la crise du covid-19.

Seules 40 à 50% des compagnies aériennes mondiales survivront à la crise et uniquement grâce aux aides qui leur auront été octroyées par leur état ou collectivité régionale.

Si l’Europe, les Etats-Unis, la Chine et le Moyen Orient ont généralement répondu à l’appel de leurs compagnies, l’Amérique du Sud et la Caraïbe en général ont été insensible aux appels à l’aide des leurs.

Aussi, nous sommes en train de vivre dans la région un véritable cataclysme qui aura des conséquences très lourdes pour la mobilité des hommes et des marchandises de notre région, donc de notre économie en générale.

Le transport aérien est une activité qui offre des opportunités et des perspectives très intéressantes aux populations, il permet aux jeunes d’accéder à des métiers hautement qualifiés et rémunérés très au-dessus de la moyenne.

L’existence d’une filière organisée, qui part de la formation des jeunes à ces métiers, et se poursuit par des débouchés dans des compagnies aériennes régionales, puis transatlantiques, constitue une piste particulièrement intéressante pour notre région.

Ces trois dernières années, notre Compagnie Air Antilles a embauché 44 pilotes et 21 mécaniciens, elle n’a pas trouvé les ressources qualifiées suffisante dans notre région et a dû couvrir 60% de ses besoins en France

La crise du Covid a eu un impact significatif sur le marché du transport Intra Régional Caribéen dont le volume se situait avant le covid à 3.400.000 passagers par an, depuis le passage du covid nous sommes sur une tendance de  950.000 passagers par an. Cette diminution est causée par deux facteurs ; la fermeture des frontières intra caribéennes et la mort de certaines compagnies aériennes régionales.

Nous vivons donc dans le secteur un véritable cataclysme où tout est à reconstruire, c’est le challenge que s’est fixé notre compagnie Air Antilles avec trois objectifs :

1-    Le redéploiement de notre flotte sur une partie des lignes abandonnées par la Liat.

Le 08 août, nous ouvrons les dessertes entre Sainte-Lucie, Barbade et  la Dominique pour lesquelles avons obtenu les droits de trafic, et nous préparons l’ouverture des dessertes entre  La DOMINIQUE, ANTIGUA et SINT MARTEEN, dès l’obtention des droits d’Antigua.

2-    Grâce à ce redéploiement, maintenir les 300 emplois de notre Compagnie si nous aboutissons à la signature d’un accord de performance collective (APC).

3-    Contribuer à la formation de jeunes en vue de la création de 100 nouveaux emplois d’ici deux ans pour faire face au retour à la normale de l’activité.

 

Pour atteindre ces objectifs, nous sollicitions bien évidemment l’accompagnement et le support de nos collectivités régionales au travers :

-       Le financement  d’un projet INTER REG

-       le financement de la formation de nos salariés et futurs salariés.

-       Et un accompagnement en matière de coopération régionale avec nos voisins

E.K

La Liat  disparaît du ciel  caribeen.

Six compagnies aériennes dont Air Antilles seraient prêtes à reprendre les lignes inter-îles qui seront abandonnées par LIAT, dont la liquidation est désormais confirmée.

Clouée au sol par la pandémie de Covid-19 et continuant à payer traites et salaires malgré une absence totale de revenus, la liquidation de l’ex-Leeward Island Air Transport basée à l’aéroport de St John’s- V. C. Bird a été annoncée la semaine dernière par le gouvernement d’Antigua-et-Barbuda, puis confirmé par celui de la Barbade. LIAT devrait renaitre sous une autre forme, mais la crise sanitaire s’est ajoutée à une année 2019 terminée déjà dans le rouge, avec une perte d’environ 4,4 millions de dollars américains. Au mois de mai, la compagnie aérienne annonçait déjà qu’il lui faudrait 5,4 millions pour avoir une chance de se rétablir – une somme qu’aucun des quatre gouvernements présents dans son capital n’est pas prêt à investir.

La Première ministre de la Barbade Mia Amor Mottley a déclaré vendredi que six compagnies aériennes de la région s’étaient proposées pour assurer « dans les prochaines semaines » les lignes abandonnées par LIAT (dont des vols pourraient reprendre en fin de semaine). Outre Air Antilles, il s’agit de Caribbean Airlines (Trinidad et Tobago), InterCaribbean Airways (Turks and Caicos), Fly One Caribbean (Barbade), SVG Air (Saint-Vincent et Grenadines) et Silver Airways (Miami),

« Nous sommes convaincus que ces six compagnies aériennes peuvent plus que combler le vide immédiat, en particulier compte tenu de la réduction du trafic dans le cadre de la pandémie de Covid-19. D’autres acteurs du secteur privé ont également exprimé leur intérêt à voir comment ils peuvent travailler seuls ou avec certains des acteurs existants », a déclaré Mia Mottley dans Stabroek News. Mais elle a aussi remarqué qu’il arrive « un temps quand les instruments qui nous ont bien servis par le passé pourraient ne pas être les meilleurs pour aller de l’avant »…

LIAT opérait avant la crise cinq ATR 72-600 et autant de 42-600, de respectivement 68 et 48 sièges, sur un réseau d’une quinzaine de destinations – y compris la Guadeloupe et la Martinique. Ses opérations restent suspendues jusqu’au 15 juillet au plus tôt selon son site. Les passagers ayant des réservations pendant la période de suspension des vols de LIAT « recevront un crédit complet pour des voyages futurs » ; ils pourront réserver de nouveau « dès que la compagnie aérienne annonce la reprise des services passagers ». 

Source : : air journal

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires