Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. Université des Antilles : Qui va succéder à Corinne Mence Caster ?

23 Fév 2016
3104 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi 24 février 2016. CCN. On pensait la sérénité totalement revenue au sein de l’ex UAG, devenue, depuis, Université des Antilles (UA), mais voilà que, dans un sujet diffusé sur les ondes de Radio Guadeloupe la semaine dernière, notre confrère Gilbert Pincemail dévoilait que la guerre de succession à l‘actuelle présidente de l’UA  avait débuté.  Dans  son papier très orienté,  Gilbert Pincemail semblait vouloir cibler Didier Destouches, Vice Président  du Pôle , mis en cause et accusé  de partialité dans  l’affectation du nouveau bâtiment de recherches des  laboratoires.  Le CAGI a-t-il été lésé au détriment du CREDDI ? Que révèle vraiment  cette «  guerre »  de positions entre  CAGI et CREDDI ? 


 

Cette « querelle » entre CAGI et CREDDI pour l’attribution des locaux  n’est pas aussi simple qu’elle y paraît. En réalité, Fred Reno, patron du CAGI et Didier Destouches, membre du CREDDI, ne  s’entendent plus et ce, depuis  les graves  turbulences qui ont  agité l’ex UAG.  Donc, au-delà d’une simple décision,  juste ou injuste, d’attribution de  locaux, il y a un chiraj bien plus profond entre ces deux universitaires, chiraj  qui semble même avoir pris une tournure politique. Lors des dernières  élections régionales, Didier Destouches était sur la liste Lurel, alors que le CAGI  et son « environnement » n’étaient pas  vraiment du même bord.

Cependant, il  faut savoir que le CAGI  bénéficie déjà de locaux attribués par la municipalité, au cœur de la ville de Pointe à Pitre. Fred Reno, invité au ZCL, l’a confirmé et a précisé qu’il était prêt à ouvrir les locaux pointois à d’autres groupes de recherches.

Pour tenter de mieux comprendre les raisons non avouées du conflit CAGI/CREDDI, CCN a eu accès à différents témoignages indiquant le processus d’affectation dénoncé, loin d’être unilatéral et personnel a été au contraire collectif et consensuel passant par plusieurs instances collégiales de l’Université.  Mais sur ce point, Fred Reno dit n’avoir participé à aucune réunion préalable. Mais le Directeur du CAGI, loin de vouloir mettre de l’huile sur le feu, se dit  dans l’attente d’une juste proposition.

Ce sont donc de bien curieuses accusations jetées sur les ondes et laissées à l’appréciation d’une opinion publique déjà excédée par les nombreux conflits au sein de l’Université des Antilles au cours des mois précédents.  

Mais on se doit de demander si le trouble et l’opprobre ainsi jetés sur le vice-Président  du Pôle Guadeloupe n’ont pas été commandités par quelques volontés opposées, pour des raisons qu’il faudra mettre à jour.

Didier Destouches a  ainsi déjà été qualifié par la page Facebook du Motfwazé d’ambitieux. Il est vrai que le Vice Président du Pôle a souvent été sous les feux de l’exposition médiatique. Chroniqueur sur les ondes d’une radio commerciale pro Lurel depuis dix ans, analyste politique, candidat colistier aux dernières Régionales, et surtout co-pilote du navire universitaire en pleine tempête, cet universitaire s’est pourtant singularisé depuis deux ans à défendre avec courage et fermeté les intérêts des universitaires guadeloupéens et à faire bouger les lignes dans un monde plutôt traditionnel et fermé. Cela n’a pas été sans susciter en Martinique et en Guadeloupe une adversité plus ou moins forte, surtout  dans la perspective d’une élection à la présidence de l’Université dans un an (janvier 2017), élection qui suscite déjà  bien des convoitises d’autant qu’elle serait réservée  exclusivement cette fois  à des candidats guadeloupéens.

Mais à la veille de cette élection, une question se pose : qu’entend on par candidat guadeloupéen ? Est-ce que tout universitaire travaillant sur le pôle Guadeloupe ou simplement tout Guadeloupéen travaillant à l’Université des Antilles ? Voire les deux cas de figure ? La réponse n’est pas anodine.  Fred Reno, Directeur du CAGI, est martiniquais  mais travaillant et installé  en Guadeloupe depuis des décennies, peut-il être candidat, au même titre que René Dorville, Guadeloupéen qui lui, exerce sur le pôle Martinique et est déjà Vice-Président du Conseil d’administration ?  Comment seront évaluées les candidatures ? On le voit, les enjeux sont bien réels et expliquent en partie pourquoi on retrouve dans les médias de nouvelles tensions exposées, voire des attaques ciblées sur la question de l’Université.

Certains membres du CAGI, on le sait, sont proches de certains journalistes et de lieux de pouvoirs.

Décrédibiliser Didier Destouches, soutien de l’ancien Président de Région et militant socialiste dans la ville du Gosier pour laquelle il nourrirait quelques ambitions, serait faire d’une pierre deux coups : l’empêcher d’être un candidat à la présidence de l’Université, et placer  son concurrent  potentiel, Fred Reno, en position de l’être. Fred Reno qui affirme ne pas  avoir pris de décision sur une éventuelle  candidature.

Mais mener une telle entreprise nécessite, à coup sûr, plus de professionnalisme tant la « crise » évoquée  à l’Université sur cette répartition des bureaux est inexistante et quasiment  affabulatoire. Fred  Reno confirme  et affirme qu’il n’y a pas  de « guerre » à l’UA.

Mais de plus, l’image du très communiquant et dévoué (de l’avis de plusieurs acteurs politiques et universitaires questionnés à ce sujet) Président du Pôle universitaire régional de Guadeloupe, Didier Destouches, reste, pour le moment, très positive. Il a, semble-t-il, profité de l’amélioration de l’image de l’Université, observée depuis quelques mois.

Invité la semaine dernière sur le plateau du ZCL de Canal 10, Didier Destouches a pris  de la hauteur et a très clairement appelé les médias à s’intéresser à l’actualité scientifique et universitaire du Pôle Guadeloupe, plutôt qu’aux polémiques qui ternissent inutilement le rayonnement pourtant bien réel de l’Université aux Antilles, mais aussi dans la Caraïbe. L’année universitaire, a-t-il précisé, sera riche en rebondissements politiques tant la campagne semble déjà lancée.

Le trop plein de possibles candidats guadeloupéens pour un siège de Président est évident.  Citons :  Eustaze Janky, René Dorville (vice-président), le doyen Jean-Gabriel Montauban (Directeur du CREDDI), Fred Reno (Directeur du CAGI), le doyen Alain Pietrus (faculté des Sciences), Didier Bernard (vice-Président Finances) et Didier Destouches (vice-président du Pôle Guadeloupe).  Cette situation, qui rappelle  trop celle de janvier 2013, qui avait facilité l’élection de Corine Mencé Caster devrait, selon nos sources, aboutir à un processus de sélection préalable, une sorte de primaires universitaires.  

Une chose est sûre, l’avenir de l’université et donc de notre jeunesse dépendra de la qualité démocratique du débat lors de la campagne présidentielle et, nous l’espérons, pas de la propagande médiatique ou des attaques ad hominem. L’UA, qui a vécu des heures très difficiles, a été au bord de l’implosion, et qui se remet difficilement du scandale CEREGMIA, ne devrait pas, à l’occasion des élections encore lointaines (janvier 2017), replonger dans la tourmente. 

 

 Le CAGI : Centre d'Analyse Géopolitique et Internationale est dirigé par Fred Reno.

Il a été crée en 1986 par le Professeur Michel MARTIN et constitue un Pôle de recherche en Science politique, en droit et en histoire du droit. Habilité par le Ministère, le CAGI est une équipe d'accueil de l'Université des Antilles et de la Guyane.

Spécialisé en Droit et Relations Internationales et notamment interaméricaines, il se consacre également à l'étude des évolutions politiques et administratives des Pays de la Caraïbe.

Comme équipe d'accueil, le Centre encadre la filière de science politique. Celle-ci comprend la licence « mention science politique » et le Master « Relations, Coopérations internationales et sociétés de la Caraïbe ».

A ce titre il anime régulièrement des séminaires autour des travaux des chercheurs et des doctorants.

En étroite liaison avec d'autre équipes de l'Université, en particulier le Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe, le Laboratoire d'Economie Appliquée au développement et le Centre d'Etudes et de Documentation Européennes, le CAGI développe des activités pluridisciplinaires.

Dans un souci d'ouverture sur le monde extra universitaire, des cycles de conférences sont organisés, notamment avec le concours de la Bibliothèque de l'UA. En outre, et pour répondre aux dimensions internationale et locale de son activité, l'équipe collabore et entend développer sa collaboration avec les autorités étatiques, les collectivités décentralisées et les organisations régionales et internationales dans la Caraïbe.

NDLR. Le CAGI est une entité interne du CRPLC, laboratoire du pôle Martinique ; et ce depuis quelques années. Il est autonome en matière budgétaire. Il n'est plus habilité par le Ministère en tant qu’équipe d accueil.


Par ailleurs, les locaux du CAGI à Pointe-à-Pitre accueillent 2 bureaux de 2 places et 1 bureau d’une place. 5 chercheurs peuvent y travailler. Avec5 bureaux dans le bâtiment de recherches au total une dizaine de doctorants pourraient y travailler.

 

 

 

 Le CREDDI-LEAD (Centre de Recherche en Economie Droit et Développement Insulaire –Laboratoire d’Economie Appliquée au Développement Equipe d’Accueil)

Le CREDDI-LEAD est un laboratoire pluridisciplinaire de recherche spécialisé en Economie et en Droit du Développement. Il couvre l’espace de l’Amérique du Sud et de la Caraïbe. Son champ d’étude recouvre les territoires insulaires et continentaux de l’Amérique. Les outils utilisés sont appliqués au contexte des thématiques de développement.

  • Développement des territoires continentaux et insulaires, régionaux et ultrapériphériques par rapport à   l’Union Européenne
  • Stratégies de développement et la dynamique des entreprises dans l’espace Caraïbe Europe Amérique
  • Approfondissement des études quantitatives théoriques et appliquées, économétrie, statistiques, comptables et financières
  • Responsable Université de Guyane : Paul ROSELE CHIM, HDR Paris 1 Panthéon Sorbonne Sciences Economiques et Sciences de Gestion, Maître de Conférences des Universités
  • Responsable Université des Antilles : Jean Gabriel MONTAUBAN, HDR Paris 1 Panthéon Sorbonne Sciences Economiques, Professeur des Universités

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires