Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. La polémique sur l’octroi de mer : Lurel a tort mais Chalus n’a pas raison !

01 Avr 2016
2378 fois
Alain Plaisir (Président du CIPPA) Alain Plaisir (Président du CIPPA)

Basse-Terre, Capitale. Vendredi 1 avril 2016. CCN. Alain Plaisir, au travers de ses interventions et ouvrages, suit depuis longue date avec passion et expertise la question cardinale de l’octroi de  mer. Il sort cette semaine un opuscule « Pour un tarif d’octroi de mer juste, transparent et démocratique ». Il y explique comment cette vieille taxe coloniale plombe notre economie et entraine aussi des dérives dans les échanges commerciaux entre la Guadeloupe et la Martinique. Cet ouvrage très pédagoqique pose une fois de plus la question d’une véritable fiscalité pour notre pays. C’est à lire...


Au dela de  la polémique les chiffres et les  faits
Par Alain Plaisir

Du débat, tant espéré, pour éclairer la population sur la question de l’octroi mer, le grand public n’a retenu que la polémique stérile entre l’ancien et le nouveau président du Conseil régional. Au lieu d’une clarification sur le sujet, beaucoup de guadeloupéens  n’ont eu droit qu’au troisième round des élections régionales de décembre 2015.

Il n’a été question que d’un tarif d’octroi de mer, voté, dans la précipitation, le  19 novembre 2015 par les anciens membres du conseil régional.   D’après les commentateurs, les taux votés étaient tous excessifs, ce qui est vrai ! Ces augmentations allaient provoquer, en toute logique, une augmentation généralisée des prix pour les consommateurs et une difficulté pour certaines entreprises.

Le nouveau président ayant pris la sage décision, d’abroger le 22 janvier 2016  la délibération CR/15-1305 du 19 novembre 2015 et de revenir au tarif d’octroi de mer en vigueur au 31 décembre 2015, la messe semblait être dite.

La presse a pu passer à autre chose et le peuple s’adonner aux délices du carnaval, en ce début de l’année 2016.

Pourtant la question de l’octroi de mer, et plus généralement, la question de la fiscalité devrait être au  centre du débat économique et politique.

 En effet, la décentralisation a accru les prérogatives et les devoirs des instances locales ( Région, département , communes). La Guadeloupe a hérité d’une fiscalité, fruit de son passé colonial. Le monde a changé, et pourtant, les principes de la fiscalité n’ont guère été repensés dans notre pays.

La lutte pour l’emploi est en rapport direct avec la fiscalité. La fiscalité et notamment l’octroi de mer devrait être un élément d’incitation pour le développement économique et  la création d’emplois. Il faut utiliser les recettes fiscales pour la formation, la recherche et le developpement, tout en permettant aux communes et à la Région d’assumer leurs dépenses de fonctionnement. C’est une affaire d’ambition politique.

 En attendant, il faut répondre maintenant aux intérrogations du grand public et au défi de l’intégration européenne. C’est l’objectif poursuivi avec ce guide.

Après avoir écrit un livre sur l’octroi de mer, paru en 2006 «  L’octroi de mer   de la colonisation francaise à l’intégration européenne », qui commentait les différents aspects de cette taxe…on devrait dire de ces taxes, puisque dorénavant existent l’Octroi de Mer Externe, l’Octroi de Mer Interne, l’Octroi de Mer Régional externe et enfin l’Octroi de Mer Régional Interne…il m’a semblé utile de faire cette mise à jour.

Pour informer sur les modifications et les enjeux de la loi de 2015 qui remplace la loi de 2004.  C’est l’occasion aussi, après le débat télévisé qui a réuni, au mois janvier 2016, les représentants des trois collectivités de Guadeloupe, Guyane  et  Martinique, d’apporter mon éclairage sur la question du marché Antillo-Guyanais.

Après les approximations des acteurs de ce débat, il est important, d’affirmer, très clairement, qu’il n’existe pas,  à ce jour, de  marché Antillo-Guyanais, mais seulement un marché antillais… Marché antillais d’ailleurs avec beaucoup de failles, voire propice au détournement de trafic et sans doute de fraude.

Évaluer cet élément
(4 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires