Breaking News

Guadeloupe. Elie Domota et l’UGTG se lancent dans une guérilla contre le MEDEF

28 Avr 2016
3187 fois

Pointe-à-Pitre. Jeudi 28 avril 2016. CCN. Cette année encore le 1er Mai sera unitaire. En effet, une dizaine d’organisations syndicales, dont les 2 principales, la CGTG et l’UGTG. Appellent à manifester ce dimanche à St François. Il faut le souligner, ce 1er Mai intervient dans un climat social  particulièrement dégradé. Au cours des semaines passées l’UGTG s’est de son coté montrée très active. A Canal Sat après plus de 40  jours d’un conflit souvent très dur, et sans concession l’UGTG a finalement pu « arracher » un emploi pour une salariée qui avait été licenciée. Mardi dernier, à Jarry Houelbourg, malgré une presence massive des flics, B.C.A, une  entreprise appartenant au groupe Blandin , a fait les frais de la colère des Ugétégistes qui voulaient protester contre le licenciement 5  de leurs camarades. Le lendemain, mercredi au cours d’une conférence de presse unitaire, Elie Domota, au nom de l’ UGTG a clairement affirmé que son organisation allait se lancer dans une véritable guerre de guérilla contre le Medef dont le président n’est autre que Bruno Blandin. Il y a de cela une dizaine de jours ce même Elie Domota , avait affirmé à CCN, que la grève a Canal Sat, n’était qu’une « mise en jambes ». Autant dire que les jours à venir risquent encore d’être très  agités, la tension sociale ne va pas diminuer. Les organisations signataires du communiqué  que CCN publie ci dessous, appellent déjà à une grève le 12 mai prochain. Mais eu égard au  fait  que le mois de mai est celui des examens, prélude des vacances, c’est probablement à la rentrée prochaine, que les choses risquent vraiment de basculer. Peut-on alors déjà parler des prémisses d’un nouveau LKP ? Les syndicalistes  ne répondent pas  encore vraiment à la question, mais on sent bien qu’ils y pensent très sérieusement. De plus sur le terrain de la vie quotidienne : la crise du BTP, la hausse  exponentielle du chômage, associée à celle du cout de la vie, dans le contexte d’une agitation contre la loi El Khomri sont autant d’ingrédients qui pourraient contribuer à créer les conditions d’un mouvement social très dur. Les contours semblent déjà se dessiner. L’un des syndicalistes interrogé par la presse a laissé entendre: que le refus du dialogue social, le silence des autorités préfectorales et des 2 présidents de Collectivités, la situation des salariés et les conditions de vie en Guadeloupe  étaient  déjà en ce moment pire qu’en 2008: c’est à dire à la veille du grand mouvement de janvier 2009! Les discours des leaders syndicaux à l’occasion de ce 1er Mai unitaire donneront sans aucun doute déjà, quelques indications et prévisions sur la météo sociale des mois à venir : le temps semble vouloir s’alourdir.

Question : serions nous déjà dans une période sociale pré-cyclonique ? (CCN)

 

L’Appel du 1er Mai. (Extraits) 

L’année 2015 a été marquée par la poursuite du démantèlement du code du travail. Dapwé yo celui-ci serait un obstacle à la performance des entreprises et à la création d’emploi ! Ainsi, au nom de la croissance, de l’activité et de l’égalité des chances, la loi Macron passée en force en juillet 2015 prévoit : - l’extension du travail dominical, - la facilitation des licenciements économiques - la casse de l’inspection du travail et des prud’hommes - la remise en cause des acquis obtenus de haute lutte. Comme si ce n’était pas suffisant, on assiste au fur et à mesure à une série de lois et de mesures,

Encore une fois, en faveur du patronat, et contre les intérêts des salariés : Loi Rebsamen, Loi Notré, rapport Combrexelle, Badinter, projet de loi El Khomri 2016: La machine est en marche vers un modèle économique et social répondant ainsi à la plateforme du MEDEF et de la CGPME dont l’objectif est de généraliser l’allègement du coût du travail, - Individualiser les droits des travailleurs, - supprimer les droits collectifs, - Adapter les qualifications aux besoins des entreprises.

Chaque entreprise ses horaires, ses salaires flexibles, ses taux d’heures supplémentaires !!! Le patronat, ses valets et le gouvernement à son service cherchent à éradiquer toute contestation et détruire toutes les organisations syndicales qui luttent pour la défense des travailleurs, le droit et les libertés fondamentales.

En Guadeloupe, la situation est encore plus grave, car notre pays est gangréné par: Le chômage de masse: 35% de la population active, 60% de jeunes de 16 à 25 ans sont sans emploi

L’échec scolaire et l’illettrisme : suppressions de postes, réduction des moyens. Les licenciements de centaines de travailleurs, même dans les entreprises ayant reçu des fonds publics comme à l’hôtel Manganao. La répression antisyndicale

Le licenciement des délégués, le procès des dirigeants syndicaux, le racket des organisations syndicales, l’attaque de la CGTG par la Famille Despointes. Le démantèlement du service public d’État, territorial et hospitalier au détriment des agents et des usagers de Guadeloupe. L’augmentation des maladies mortelles. La pollution au chlordécone et autres pesticides. La misère, l’exclusion et la précarité basée sur des rapports de classe et de couleur de peau. La Pwofitasyon sur les prix au profit des multinationales, des importateurs distributeurs. Le mépris et le négationnisme colonial, la pose d’une stèle à Pointe Allègre en hommage à De l’Olive et Duplessis (1ers colons assassins et esclavagistes), les discours négationnistes valorisant le code noir .Voilà le sort réservé aux Travailleurs et au Peuple de Guadeloupe par le système colonial et capitaliste !

Ensemble, renforçons nos organisations syndicales, et réaffirmons les revendications fondamentales de la classe ouvrière; Consolidons et valorisons les expériences de luttes dans l’intérêt des travailleurs et du peuple de Guadeloupe; dans la lutte, développons l’unité d’action des travailleurs, des organisations et du peuple de Guadeloupe dans l’intérêt collectif; Refusons la pwofitasyon sous toutes ses formes ! Refusons la remise en cause de nos acquis sociaux, le démantèlement des statuts et conventions collectives. Exigeons: l’arrêt des licenciements mais l’augmentation des salaires et du pouvoir d’achat;

Une école et une université au service de notre jeunesse ainsi que de véritables Emplois et l’arrêt des suppressions de postes; un service public au service des guadeloupéens; le droit à l’éducation, a la sante, a la vie, a la liberté.

Seuls les travailleurs et le peuple de Guadeloupe ont le droit de déterminer leur avenir!

Travayè-jenn-chomè-retrété Face aux visées répressives anti règlementaires

Et antisociales de l’état et du patronat

 

On sèl solisyon Lévé goumé ansanm ansanm Sanblé : 8h30 plage de raisins-clairs à St-François

CGTG - FAEN/SNCL- FO - FSU - SPEG - SOLIDAIRES- SUD PTT GWA – UIR/CFDT- UGTG

 

Baie-Mahault. Mercredi 27 Avril 2016. CCN. L’Union des Entreprises, Medef a fait de l’approfondissement du dialogue social un axe majeur de son action.

L’Union des Entreprises considère qu’il ne peut y avoir de développement durable sans un dialogue entre partenaires où chacun apporte sa part de vérité.

Le Président de l’Union des Entreprises a invité chacune des organisations syndicales à une rencontre sans préalable afin de définir ensemble les pistes les plus pertinentes pour répondre à l’attente de nos concitoyens notamment sur les questions d’emploi.

De nombreuses rencontres ont déjà eu lieu avec la plupart de ces organisations.

L’UGTG a toujours décliné cette offre en faisant un préalable du règlement d’un contentieux individuel concernant une société.

De manière constante il a été rappelé que l’UDE n’avait aucune qualité pour s’immiscer dans les affaires internes d’une société.

L’Union des Entreprises ne peut que déplorer et condamner les voies de fait commises récemment par l’UGTG dont la pénétration par effraction dans les locaux commerciaux de l’entreprise en question, avec molestation et menaces proférées aux membres du personnel.

L’Union des Entreprises s’interroge sur les objectifs réels de cette organisation syndicale et rappelle son attachement à la préservation de l’Etat de Droit et des libertés républicaines.

Source: UDE Médef

Évaluer cet élément
(1 Vote)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com
Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires