Breaking News

Suivez CCN sur : 

CMA ZCL TV
×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 950

Guadeloupe. Géothermie : Ary Chalus et son équipe ne semblent pas avoir compris les enjeux…

18 Mai 2016
3672 fois

Bouillante. Mercredi 18 mai 2016. CCN. Depuis plusieurs semaines, à l’initiative d’Alain Plaisir, président du CIPPA une véritable campagne de mobilisation qui prend l’allure d’une course contre la montre est organisée pour empêcher que le patrimoine géothermique de la Guadeloupe ne soit vendu par le gouvernement français à Ormat Technologies, un groupe américain. Selon Alain Plaisir que CCN a rencontré, ni le maire de Bouillante, où se situe le site, ni le Président de Région ne semblent avoir saisi l’importance stratégique de ce combat pour… changer l’avenir énergétique et assurer déjà sur ce plan l’indépendance de notre pays. Pourtant la semaine dernière se tenait à Bouillante même, avec la CARICOM et l’OECS un « Forum caribéen sur la Géothermie ». Il faut ici rappeler que l’usine géothermique de Bouillante est unique dans toute la Caraïbe insulaire…

CCN. Où en sommes-nous de l'action que vous avez initié pour "sauver" le patrimoine géothermique de la Guadeloupe ?

Alain Plaisir (AP). Nous avons informé l’opinion publique sur ce qui se tramait dans le dos des Guadeloupéens. Un collectif composé de 11 associations, partis politiques et citoyens a été crée. Un site dédié à la question également. Nous avons expliqué les enjeux et actuellement des milliers de citoyens sont informés et soutiennent notre combat qui est aussi le leur. Nous avons travaillé sur le rapport de la Cour des comptes d’octobre 2014 et nous avons constaté qu’il y a nécessité d’une enquête parlementaire sur le sujet. Pourquoi cette différence dans le calcul du coût de production entre EDF et l’ADEM ? A quel prix EDF achète-elle le MW d’électricité produite par la centrale ? Qu’elles sont les causes du déficit de 500 000 € et de l’endettement de 23 millions € ? Pourquoi l’audit technico-économique sur le site de Bouillante, prévu en avril 2011 n’a jamais abouti à un rapport officiel (rapport de la Cour des compte Octobre 2014….)

Autant de questions, sans réponses, qui méritent une enquête parlementaire. Ce que nous savons par contre, c’est que l’unité la plus ancienne de Bouillante a été entièrement rénovée il y a deux ans avec des fonds publics. Que la région Guadeloupe y a largement contribué en accordant des exonérations d’octroi de mer depuis 30 ans sur la livraison et l’importation de tous les biens d’équipements et les pièces détachés. Autant de questions, sans réponses. C’est pour cette raison que d’ici la fin de la semaine, nous écrirons ( lettre ouverte) aux parlementaires, afin qu’ils prennent l’initiative de déposer une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête aux fins de recueillir des éléments d’information sur les conditions de vente de Géothermie Bouillante par SAGEOS à la société Ormat Technologies. Nous avons été également reçus, à notre demande, par le président de Région le vendredi 6 mai.

CCN. Est-il déjà trop tard pour inverser la tendance ?

AP. L’histoire contemporaine montre qu’aucune situation n’est irréversible. Je peux citer l’affaire des péages pour l’écotaxe. Le gouvernement, suite à la mobilisation des bonnets rouges bretons, a fait enlever les péages et supprimer l’écotaxe. Ou encore l’aéroport de Notre Dame des Landes, qui fera l’objet d’une consultation populaire à la demande du président de la République, alors même que le permis de construire avait déjà été délivré et que les bulldozers étaient déjà en action. Certes la mobilisation n’est pas à ce niveau-là en Guadeloupe. Il appartient à chaque Guadeloupéen de prendre ses responsabilités. Les générations futures et l’Histoire jugeront

CCN. Vous êtes en contact avec le President de Région, sur ce dossier, y a-t-il une volonté réelle de faire avancer les choses ?

AP. Nous avons été reçus par le président de la Région. Disons, tout de suite, que nous avons été déçus. Le président et son équipe ne semblent pas avoir compris les enjeux. Et pourtant, si on veut « changer d’avenir », il  faut tout miser sur nos propres richesses et sortir de l’économie coloniale qui ne profite qu’aux importateurs. Le président affirme qu’il ne peut s’opposer à l’Etat qui vend « son bien ». Moi, je pense au contraire, qu’il faut investir massivement dans les énergies renouvelables, la formation et l’innovation et pour cela, il faut définir une stratégie pour maintenant et les 20 ans qui suivent.

CCN. Quelle architecture financière faudrait-il pour faire aboutir ce dossier ? On a parlé de 52 millions, la Région peut-elle mobiliser ces fonds ?

AP. Nous avons demandé à la Région de rentrer dans le capital d’une manière majoritaire. Pour être simple, disons que la Région devrait pouvoir mobiliser 27 millions pour que la géothermie reste dans le patrimoine de la Guadeloupe. L’entreprise américaine Ormat avec 52 millions d’euros veut rentrer dans le capital à hauteur de 85%. Si la Région ne voit pas l’intérêt d’investir dans une production rentable à tous les points de vue, alors il appartiendra aux Guadeloupéens conscients de créer une SCIC, une société coopérative d’intérêt collectif. C’est dans ce contexte que nous lançons un appel à chaque Guadeloupéen pour faire échec à tentative de privatisation de notre bien commun

CCN. Le maire de Bouillante ne semble pas non plus convaincu ni mobilisé sur cette affaire…

AP. Le maire de Bouillante fait du misérabilisme. Il réclame simplement une redevance pour équilibrer son budget, alors qu’il serait en droit d’envisager la gratuité de l’éclairage public et la baisse de la facture électricité pour chaque abonné. Il faut en finir avec cette mentalité de chefs de village. La Guadeloupe doit définir une stratégie globale qui profite à tout le pays en termes de création de richesses, d’exportation de notre savoir-faire, de formation et d’innovation  autour de nos richesses naturelles. La géothermie et notre bio-diversité sont des biens communs. A partir de cette réalité, nous pouvons mettre en œuvre un autre modèle économique et faire reculer, enfin, le chômage

Évaluer cet élément
(3 Votes)
CCN

Webzine cari-guadeloupéen créé en 2008. Notre premier objectif est d'établir par ce biais un véritable lien entre les caribéens, qu'ils soient francophones, créolophones, anglophones, hispanophones. L'information est donc pour CCN une matière première d'importance capitale.

Site internet : www.caraibcreolenews.com

2 Commentaires

  • Agostino
    Agostino dimanche, 22 mai 2016 12:48 Lien vers le commentaire

    Qu'est-ce qu'une SCIC ? La définition est dispensée par le site du Ministère de l'économie : "Selon la loi de 2001 qui a institué les SCIC, leur objet est « la production ou la fourniture de biens et de services d’intérêt collectif qui présentent un caractère d’utilité sociale »
    Le fonctionnement des SCIC est très proche de celui des SCOP : la gestion est démocratique (« une personne = une voix ») et le mode de fonctionnement ne privilégie pas la lucrativité. L’entreprise appartient là aussi aux salariés, mais pas seulement, et c’est là qu’est l’originalité des SCIC, puisque le capital peut être détenu également par les bénéficiaires de l’activité (les clients, les usagers, les fournisseurs) et par une troisième catégorie d’actionnaires regroupant des collectivités locales, des bénévoles, des financeurs, etc.
    Aucune de ces parties prenantes ne peut avoir la majorité, ce qui implique intrinsèquement un partage des pouvoirs."
    http://www.economie.gouv.fr/ess/scop-scic-cest-quoi

  • Agostino
    Agostino jeudi, 19 mai 2016 18:08 Lien vers le commentaire

    Pour ce qui concerne la question de la redevance, est-il si sûr (sauf si des informations viennent à nous démontrer le contraire) que des redevances seront versées à la collectivité communale de Bouillante ? L’accord de principe le prévoit-il ?

    Dans un article de France-Antilles du 10 février 2016, il nous est rapporté des propos du chef d’édilité : “Thierry Abelli, maire de Bouillante : « Obtenir une redevance » « Si Ormat vient en Guadeloupe c'est qu'ils sont persuadés qu'il y a un potentiel de développement ici. Nous devons soutenir et accompagner le développement de la géothermie en exigeant que ce développement soit conforme à la volonté de la population et que nous obtenions également une redevance ; ce pour quoi je me bats encore aujourd'hui. »”

    En examinant de près les textes, il semble que de redevance, elle n’en sera peut-être point versée. L’heure est aux questionnements légitimes.

    L’ arrêté du 6 décembre 2013 fixant les tarifs des redevances communale et départementale des mines prévus aux articles 1519 et 1587 du Code général des impôts applicables en 2013, ne prévoit pas de redevance pour la géothermie.

    La géothermie est ainsi définie par l’Article L112-1 du Code minier (nouveau) : Relèvent du régime légal des mines les gîtes renfermés dans le sein de la terre dont on peut extraire de l'énergie sous forme thermique, notamment par l'intermédiaire des eaux chaudes et des vapeurs souterraines qu'ils contiennent, dits " gîtes géothermiques ".

    Toutefois, ne relèvent pas du régime légal des mines les activités ou installations de géothermie utilisant les échanges d'énergie thermique avec le sous-sol lorsqu'elles ne présentent pas d'incidences significatives sur l'environnement et qu'elles ne nécessitent pas des mesures spécifiques de protection des intérêts mentionnés aux articles L. 161-1 et L. 161-2. Les activités ou installations concernées sont déterminées par décret en Conseil d'Etat, en fonction de la nature des ouvrages et des fluides caloporteurs utilisés et de seuils portant sur la profondeur et la puissance thermique des ouvrages, sur la température des milieux sollicités ainsi que sur les débits des eaux prélevées, réinjectées ou rejetées.

    Le BRGM nous apprenait dans un communiqué de presse du 21/01/2014 que “La centrale géothermique de Bouillante, un des principaux contributeurs à la production d'énergies renouvelables en Guadeloupe, est un cas unique en France de géothermie haute énergie, avec un réservoir naturel d'eau très chaude (250°C) qui permet de produire de l'électricité et qui est réalimenté en permanence.”

    Il convient de relever ce que nous enseigne le Bulletin Officiel des Finances-Impôts publié en 2012, à savoir que : “Les gîtes géothermiques sont classés dans les mines par l'article L 112-1 du code minier. Mais comme aucun tarif n'a été fixé en ce qui les concerne, les redevances des mines ne peuvent pas être établies pour l'instant.”

    Pour mémoire, dans le cadre du Projet de loi de finances pour 2012 (1ère lecture) SECONDE PARTIE MISSION OUTRE-MER, un amendement avait été déposé notamment par MM. J. GILLOT, CORNANO, DESPLAN et consorts dont l’objet disait :”De nombreux sites d’exploitation géothermique sont situés outre-mer. Or, les collectivités sur le territoire desquelles sont situées ces exploitations ne retirent aucun bénéfice de celles-ci. Cet amendement a donc pour objet de créer une redevance au profit de ces collectivités.” Cette amendement a été retiré.

    Peut-être que nos parlementaires de la Guadeloupe prendront leur baton de pélerin, pour déposer une proposition de loi, un amendement... Enfin, agiront dans ce dossier, non pas à un train de sénateur, mais avec la célérité, la réactivité, l’efficacité dont ils savent faire montre ?

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires