Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. L’UJMG a rencontré la Fédération des Journalistes Haïtiens

04 Juil 2016
1087 fois
JC Rodes  (UJMG)  et Ady Jean Gardy  (Fédération Presse Haïtienne) JC Rodes (UJMG) et Ady Jean Gardy (Fédération Presse Haïtienne)

Basse-Terre,Capitale. Lundi 04 juillet 2016. CCN . De passage en Guadeloupe,  Ady Jean Gardy,  président de la Fédération  des  journalistes haitiens, et  aussi ancien ministre  de l’information dans son  pays, s’est entretenu avec  une  délégation de l’  Union des Journalistes et des Medias Guadeloupéens (UJMG). Cette rencontre, bilatérale  ouvrira à coup  sur de   sérieuses  perspectives de collaboration   avec  nos confrères de  la  1ère République Noire.


Les  échanges ont  porté sur la présentation, et les ambitions de nos organisations respectives.

 La Fédération des Journalistes Haïtiens regroupe une trentaine d’associations de journalistes soit plusieurs centaines de journalistes. Tant des journalistes spécialisés comme l’amicale des femmes journalistes ou l’association de la presse sportive que des associations territoriales implantées dans chaque ville du pays.

Cette fédération est elle-même affiliée à la Fédération Internationale des journalistes (1926) dont le siège est à Bruxelles et qui regroupe plus de 600.000 journalistes à travers le monde.

Nous lui avons parallèlement présenté notre Union de Journalistes et de Médias Guadeloupéens (l’UJMG), ainsi que  l’Union de la Presse Francophone à laquelle tous nos adhérents y sont affiliés.  Ady jean Gardy  s’est déclaré favorable  et honoré, à l’idée d’intégrer la section Caraïbe de l’UPF dont par ailleurs  Jocelyn Durizot  et Jean Claude Rodes sont des membres du comité international  de l’UPF. 

En outre, des pistes de coopération ont été émises consistant notamment à des échanges de données, la participation à des séminaires en Haïti ou en Guadeloupe et surtout à mettre en place une réciprocité dans les modules de formation organisés par chacune de nos organisations respectives. Ady Jean Gardy  s’est dit agréablement surpris, par le travail effectué par la presse en Guadeloupe, et par les engagements et déterminations de l’UJMG. Il n’a pas été avare en mots pour montrer sa satisfaction quant à la  teneur de nos médias papiers  et en particulier par la qualité du Progrès Social (journal doyen 59 ans) en termes d’informations et d’analyses. Notre hebdomadaire,  qu’il a l’occasion de lire avec un grand intérêt.

Par ces contacts, l’UJMG continue avec diligence de tisser des liens respectueux et citoyens, avec d’une part  avec “Toutes” les institutions Guadeloupéennes, sans ostracisme aucune. Et d’autre part entend renforcer des liens de solidarité, de fraternité  et d’entre  aide avec nos confrères de la francophonie et  de la Caraïbe.

La défense de la liberté d’expression est le meilleur rempart de la démocratie. Une presse libre et responsable, c’est le garant de toutes les libertés. Partout dans le monde!

Ady Jean Gardy : Journaliste ,  militant et ministre 

Agé de 49 ans, Ady est un inlassable militant de la presse réformiste. Remarqué très tôt pour ses qualités humanistes, il bénéficiait de la Bourse Senghor et partait étudier à Dakar au Sénégal. Docteur en communication, il a par la suite étudié à l’université de Chicago et aussi à Pittsburg aux USA d’où il est diplômé en histoire et en finances et gestion. Il travailla au Programme des Nations Unis, puis à l’UNESCO et au centre d’étude en communication en Allemagne, en Pologne. Il est l’un des Haïtiens les plus consultés au sujet des affaires des Caraïbes. Il avait été nommé Ambassadeur d’Haïti au Japon par le président Aristide. Après avoir combattu le gouvernement Haïtien après l’assassinat du journaliste Jean Dominique il n’hésita pas à se présenter à la Cour  internationale de la Haye pour dénoncer un trafic international d’enfants Haïtiens. Il avait présidé Radio Nationale  d’Haïti en 1990. Il a créé Haïti World TV en Floride avec l’appui du gouverneur Jeb BUSH en 2004. Fondateur de la Fédération Haïtienne de la Presse en 1999, il fut également chef-d’état-major du ministère Haïtien des Affaires étrangères puis ministre de la Communication en 1992-1993. Il a fondé également le centre Haïtien pour l’enseignement des Journalistes. Il a obtenu le prix de la Caraïbe pour son documentaire “Noël dans des couleurs Voodoo”.

Jean Claude Rodes

(Porte-parole de l’UJMG)

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires