×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1633

Guadeloupe. Les déplacements domicile-travail en hausse.

06 Juil 2016
1141 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi 6 juillet 2016. CCN. En  Guadeloupe en 2013, 71 000 actifs quittent quotidiennement leur commune de résidence pour se rendre à leur travail, et 65 000 d’entre eux utilisent la voiture. La part de navetteurs a augmenté de 6 points depuis 1999, témoignant de la déconnexion progressive entre lieu de domicile et lieu de travail. 60 % des navetteurs vont travailler dans la Communauté d’Agglomération de Cap Excellence et 10 % dans la commune de Basse-Terre. Le mode de transport privilégié pour ces déplacements est la voiture.


 

 

57 % des actifs quittent leur commune de résidence pour se rendre à leur travail

Près de 125 000 personnes habitent et travaillent en Guadeloupe en 2013, dont 43 % ont leur emploi au sein de leur commune de résidence (36 % en France que cette proportion est la plus importante (62 %).

A contrario, la part de navetteurs parmi les actifs est la plus forte dans la Communauté de Communes du Nord Basse-Terre, particulièrement en périphérie de Cap Excellence, où elle atteint plus de 70 % (Goyave, Lamentin, Petit-Bourg). De même, sur la Grande-Terre, plus de deux tiers des actifs de Morne-à-l’Eau et du Gosier sont navetteurs. Le Sud Basse-Terre se caractérise par l’importance des navettes au sein de l’EPCI, avec de nombreux résidants des communes proches du chef-lieu travaillant dans celui ci.

Ainsi, 41 % des actifs habitant le Sud-Basse-Terre travaillent dans une autre commune de l’EPCI. La part de navetteurs infra-EPCI est également élevée à Cap Excellence (34 %), avec trois communes attractives en termes d’emploi, ainsi qu’à Marie-Galante, du fait de son insularité. Dans le Nord-Basse-Terre, le Nord Grande- Terre et à la Riviera du Levant, plus de huit navetteurs sur dix sortent de l’EPCI.

 

Une augmentation des navetteurs sous le signe de l’étalement urbain

La part des navetteurs a augmenté de 6 points depuis 1999. La hausse profite particulièrement aux communes des deuxièmes couronnes de Cap Excellence et de Basse-Terre, ainsi qu’à Anse-Bertrand, reflet du développement de la périurbanisation.

Cependant, le phénomène d'étalement urbain semble ralentir sur la période la plus récente : la proportion de navetteurs a quasiment stagné depuis 2008. Cap Excellence se distingue avec une légère diminution de la proportion de navetteurs parmi les actifs depuis 1999 (- 2 points). Mais, l’évolution diffère selon la commune : elle recule fortement à Baie-Mahault, stagne aux Abymes et augmente à Pointe-à-Pitre. Comme en 1999, six navetteurs sur dix travaillent à Cap Excellence en 2013, mais seulement 25 % d’entre eux ont leur emploi à Pointe-à-Pitre, contre 36 % 14 ans plus tôt. Basse-Terre reste la 4e commune à attirer le plus de navetteurs, environ un sur dix, comme en 1999.

La voiture est le principal mode de transport des navetteurs, souvent bi-actifs

La voiture est le mode privilégié des navetteurs pour se rendre à leur travail : 91 % d’entre eux l’utilisent, tandis que cette proportion est de 71 % parmi les actifs travaillant dans leur commune de résidence. Différents facteurs influent sur la probabilité d’être navetteur.

 Ainsi, la bi-activité au sein du couple augmente les déplacements : 61 % des personnes appartenant à un couple de deux actifs sont navetteurs contre 53 % parmi les couples avec un seul actif et les personnes seules.

 La part de navetteurs est également plus forte parmi les ingénieurs et cadres (69 %), que parmi les employés et ouvriers (57 %) et les artisans, commerçants, chefs d’entreprise (33 %).

 

Parmi les nouveaux résultats statistiques du recensement de la population : les flux de mobilité

Tous les ans en fin de chaque premier semestre, l’Insee met à jour via le site www.insee.fr, les résultats statistiques du recensement de la population :

- les chiffres clés fournissent les résultats essentiels du recensement territoire par territoire via une recherche thématique.

Les bases de chiffres clés contiennent toutes les données pour calculer ces résultats sur des zones personnalisées ;

- les tableaux détaillés fournissent des statistiques complémentaires aux chiffres clés sur le recensement de la population en croisant plusieurs critères. Ils sont disponibles territoire par territoire via une recherche thématique ;

- les bases sur les flux de mobilité fournissent le dénombrement des déplacements domicile-lieu de travail, des

déplacements domicile-lieu d'études et des migrations résidentielles entre communes. Ces bases permettent d'effectuer les regroupements souhaités sur tout niveau supracommunal.

Chaque base de flux associée à un thème fournit, pour l'ensemble des communes (France métropolitaine et DOM), les effectifs correspondant aux croisements du lieu de résidence avec l'une des variables de localisation suivante : lieu de travail, lieu d'études, lieu de résidence antérieure. Les données sont issues de l'exploitation complémentaire du recensement.

Ces bases de flux sont d'un usage très simple car elles contiennent peu d'informations. Pour faire des analyses plus approfondies sur les mobilités, il est recommandé d'utiliser les fichiers détail anonymisés qui traitent des mobilités et des migrations et qui comportent des variables relatives aux caractéristiques de l'individu ou du ménage (âge, sexe, activité, diplôme, nationalité, type de ménage et taille, mode de cohabitation, etc.).

 

Source : INSEE

 Notes.

Les navetteurs sont les actifs ayant un emploi qui ne travaillent pas dans leur commune de résidence.

Sources :

Les résultats sont issus des recensements de la population de 1999, 2008 et 2013, exploitations complémentaires.

Méthodes : 
Le champ est défini par les actifs âgés de 15 à 64 ans résidant en Martinique.

 

Pour en savoir plus :

l « Déplacements domicile-travail : Une intensification des déplacements domicile-travail en Martinique », Insee Flash n° 44, Juin 2016.

l « Déplacements domicile-travail : Déplacements domicile-travail : 18 000 actifs quotidiennement sur les routes en Guyane », Insee Flash n° 44, Juin 2016.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires

Last News