Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. Escroquerie : Le MGP exige la démission de Marlène Mélisse et Marcel Sigiscar

18 Juil 2016
4553 fois
De gauche à droite : Claude Barfleur, Marcel Sigiscar, Marlène Mélisse De gauche à droite : Claude Barfleur, Marcel Sigiscar, Marlène Mélisse

Pointe-à-Pitre. Lundi  18 juillet 2016. CCN. Le Mouvement du Grand Pointe à Pitre qu’anime l’opposant Claude Barfleur,  tente de relancer par «  la lettre ouverte ci dessous »,  l’affaire Mélisse/Sigiscar.  Après leur  victoire aux dernières cantonales (mars2015), le tribunal administratif avait invalidé l’élection de Marlène Mélisse, au motif que cette dernière  travaillait au cabinet du président  du conseil général  en exercice.. Selon nos infos, les deux élus auraient alors contacté un escroc notoire  et  versé chacun des milliers d’euros pour  tenter  d’inverser la décision du tribunal administratif. L’affaire a été rendue publique par la radio d’état.  Pour le MGP il s’agit  là d’un cas » d’ escroquerie » devant entrainer la démission  des  2élus. Par ailleurs  la semaine dernière sur cette  même  affaire le PPDG dans un communiqué de presse a quant à lui apporté son total soutien au « camarade Sigiscar ».


 

La Lettre ouverte du MGP .

Le 1er juillet dernier, Guadeloupe 1ère révélait une affaire d’escroquerie dont étaient victimes Marlène Melisse et Marcel Sigiscar, les représentants des Pointois au Conseil départemental (respectivement 4ème et 7ème vice‑président) et conseiller municipaux de notre ville (respectivement conseiller communautaire à Cap Excellence et maire adjoint de Pointe-à-Pitre). Cependant, au regard des faits, cette escroquerie avait pour origine, une tentative de trafic d’influence et de corruption pour faire annuler leur inéligibilité à l’élection de 2015 au Conseil départemental.

J’ai dénoncé les faits par voie de presse le lundi 4 juillet et demandé instamment au Maire de porter cette question à l’ordre du jour lors du Conseil municipal du mardi 5 juillet. A ma plus grande surprise, j’ai reçu une fin de non recevoir. J’ai alors, immédiatement, quitté ce conseil municipal de la honte, offusqué et choqué que j’étais que des faits aussi graves, impliquant des élus pointois de premier rang, ne puissent être débattus en toute transparence.

 A travers cette infamante affaire de corruption et d’escroquerie, Marlène Melisse et Marcel Sigiscar jettent une fois de plus le discrédit sur toute la classe politique, les élus du Peuple et singulièrement sur les élus de Pointe-à-Pitre. Ils symbolisent à eux deux la cupidité et l’immoralité en politique.

De plus, quelle fût ma consternation, quand le mercredi 13 juillet, le PPDG – parti dont Marcel Sigiscar est le secrétaire général, se pourfendait d’un communiqué de presse niant les faits et lui apportant son soutien sans faille.

Heureusement que le ridicule ne tue pas ! En effet, le PPDG argue de l’intégrité du camarade Sigiscar et de sa rigueur intellectuelle ; alors que ce dernier, en payant un escroc connu a voulu corrompre un juge… Si Monsieur Sigiscar est si intègre et pourquoi ne porte t-il pas plainte et ne se constitue t-il pas partie civile ?

Par ce communiqué, par son soutien inconditionnel à « l’arroseur arrosé », le PPDG se disqualifie et est indigne de diriger Pointe-à-Pitre.

Nous, Élus du peuple avons un devoir d’exemplarité et d’intégrité morale, surtout vis-à-vis de la jeunesse ! Nous ne pouvons pas lui faire la morale à longueur de journée et ne pas donner l’exemple !

Face à de tels agissements représentant une véritable entorse non seulement à la Justice – un des piliers de la République – et à la Démocratie dans son expression la plus simple, le MGP refuse de rester silencieux et demande instamment la démission de Marlène MELISSE et de Marcel SIGISCAR de leurs fonctions électives.

Évaluer cet élément
(4 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires