Breaking News

×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 940

Guadeloupe. Didier Destouches, Vice Pdt de l’UA : « La démission de CMC ? je n‘ai été ni consulté, ni averti en amont »

07 Sep 2016
1727 fois

Pointe-à-Pitre. Mercredi  07 septembre 2016.  CCN.  Depuis le 1er septembre Corine Mence- Caster  (CMC) n’est plus  présidente de l’Université des Antilles. En effet,  quelques  jours avant la rentrée universitaire, et à la surprise générale, CMC a  annoncé par communiqué, qu’elle abandonnait ses fonctions.  Cette démission   qui intervient  aussi à quelques semaines  des élections  est  très diversement  «  appréciée »   sur le campus et ne contribuera certainement pas  à améliorer l’image  de CMC. Pour nombre d’universitaires que CCN a interrogé, le bilan de l’ex présidente  de l’ex UAG  est plus que « contrasté « .  Une première réaction, celle de Didier Destouches,  Vpt du Pôle Guadeloupe : c’est à lire…

CCN. Comment  comprendre et expliquer cette  décision, pour le moins  inattendue? Avez vous  été surpris?  en quoi cette  démission  peut :  « favoriser  la  mise  en place de la future  équipe de gouvernance » ?
Didier Destouches J’ai été surpris dans la mesure ou je n’ai été ni consulté ni averti en amont alors que je suis vice-président du pôle Guadeloupe. D’autre part le choix de la rentrée est pour moi un choix qui pouvait difficilement être fait tant nos responsabilités à ce moment crucial de notre établissement sont importantes. Mais j’en ai pris acte et au final, il est clair que c’est une décision qui n’appartenait qu’a Mme Mence Caster. Je ne vais donc en dehors de ces questions de forme, apporter aucun commentaire.

CCN. Comment est-elle perçue et  comprise dans les hautes  instances de l'enseignement supérieur ?
DD. Je ne saurais dire mais il est vite apparu que le ministère était d’accord et aussi très favorable. Il s’agit pour lui depuis un moment de voir l’établissement stabilisé vis à vis des nombreux dysfonctionnements administratifs constatés au niveau central. . Peut être que la visite de l’instance chargée de nous évaluer à joué un rôle également. 

CCN.  Quelles conséquences immédiates  sur le fonctionnement de l'UA? et sur la prochaine élection?
DD. Nous sommes entrés dans un climat de précipitation et de politique politicienne, en témoigne la brusque démission d’une partie du conseil d’administration alors que nous avons encore des dossiers à gérer et des situations à régler. C’est dommage. 

CCN.  En tant que Vice Pdt du Pôle universitaire Gpe, quel est bilan faites vous de l'action de l'ex présidente durant sa mandature ?
DD. La présidente et son équipe ont fait un travail technique remarquable concernant les comptes mais pas sur les ressources humaines et sans vision politique, avec trop peu de dialogue interne avec notre pôle surtout, et avec trop d’autarcisme. Cela a maintenu l’établissement dans une situation « anxyogène » et peu productive. Heureusement au niveau du pôle Guadeloupe, nous avons pu réaliser (non sans de multiples contraintes et blocages) de belles choses et garder un esprit collectif et solidaire. Il faudra tirer des leçons de cette gouvernance pour l’avenir et de ces années dures et âpres. J’espère que la prochaine équipe le fera.

CCN. Cette démission peut-elle ou non favoriser un retour à la sérénité dans une UA qui a connu des séquences de grande agitation?
DD. Je l’ignore et je ne pense pas.

CCN.  Où en est on de l'affaire du CEREGMIA ? il a souvent été dit/écrit que cette affaire concernait (ou concernerait) aussi le Pôle Guadeloupe, or à notre connaissance, ce ne sont que des membres de la Martinique qui ont été sanctionnés, il y a une explication ?
DD. Je n’en ai pas et n’en sais pas plus. C’est une affaire judiciaire et elle doit le rester.

CCN.  Si on se  projette  un peu faut-il penser que les projets d'une Université de la Guadeloupe  et d'une Université de  la Martinique  sont encore à l'horizon ? 
DD. Je pense que c’est inévitable. Nos deux îles ont toujours été en concurrence et le seront encore plus compte tenues  des différences notables et institutionnelles nouvelles. L’affaire des deux cyclotrons en est un exemple édifiant ! Il faut savoir le reconnaître et en faire un élément de développement positif. La poudre aux yeux n’a jamais fait avancer et le déni est source de déclin. Il faut avancer et regarder les réalités en face. L’idée d’une université de Guadeloupe est tout à fait viable et pertinente tout comme celle d’université des Antilles fédérale. Mais c’est une question de choix à faire et l’avenir nous montrera progressivement ou aller et comment y aller.

CCN . Vous êtes candidat à la succession de Corinne Mence Caster
DD. Après deux années bien remplies et avoir pris le temps de la réflexion et de l’écoute, je peux vous dire que je ne serais pas candidat à la présidence de l’université des Antilles. D’une part parce que mon énergie et mon action ont été et seront toujours consacrées exclusivement à mon pays : la Guadeloupe et que d’autre part notre université recèle d’autres talents et personnalités qui doivent prendre le relais et installer une atmosphère de nouveauté, de créativité et d’unité : d’abord en Guadeloupe puis au sein de notre établissement. Je contribuerai en tant que vice-président de ce pôle à permettre au débat démocratique de faire émerger LE candidat qui sera le meilleur pour cela. J’ajoute enfin que l’avenir de l’université ne peut se concevoir sans volonté collective et esprit de résilience commune, bien loin d’ambitions personnelles et de carrière.

Évaluer cet élément
(5 Votes)

Connectez-vous pour commenter

Toute l'actu de la Guadeloupe et des Caraïbes.

Articles Populaires